Opération Tabaski édition 2016: 30 000 moutons en vente promotionnelle

À quelques jours de la fête de l’Aïd-el-Kébir, le gouvernement du Mali, par le biais de la Direction nationale des productions et industries animales (DNPIA) est à pied d’œuvre pour l’opération de vente promotionnelle des moutons à des prix qui conviennent au pouvoir d’achat du Malien moyen. L’opération qui s’étendra du 03 au 10 septembre sur une grande partie du territoire national, prévoit cette année, 30.000 têtes de moutons, dont les prix varient entre 25.000 et 100.000 CFA, selon la cagnotte des amateurs.

C’est du moins l’information reçue par M. Amadou Dembélé, le Directeur de la DNAPIA. Permettre aux éleveurs d’avoir un bon revenu issu de la vente de leurs biens et assurer l’approvisionnement des régions et du district de Bamako en moutons de qualité et à un prix abordable sont les objectifs spécifiques de cette opération qui dure, depuis huit ans. L’opération de vente promotionnelle de moutons de Tabaski va s’étendre dans toutes les capitales régionales, à savoir Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao. Selon M. Dembélé, pour des raisons de sécurité, les régions de Tombouctou et Kidal ne sont pas prévues pour cette édition. Chaque capitale régionale sera dotée d’un site de vente. Quant au district de Bamako, la DNPIA a prévu quatre sites de ventes au niveau des communes II, IV, V et VI. Signalons que sur l’ensemble du territoire national, les sites de vente seront approvisionnés d’environ 30 000 têtes, selon les explications du directeur. Si cet effectif ne permet pas de satisfaire tout le monde, Monsieur Dembélé a rassuré que l’opération permet de réguler les prix des moutons, en vue d’éviter les spéculations d’une certaine envergure. Comme les années précédentes, les moutons seront classés en trois catégories. Les prix des moutons du premier choix varient de 25.000 à 50.000 CFA. Pour le deuxième choix, les moutons seront vendus entre 50 000 et 75 000 FCFA. Quant au troisième choix, les acheteurs auront à dépenser de 75 000 à 100 000 FCFA. Cette action du gouvernement dénote une volonté de ne pas dépasser le prix plafond de 100 000 FCFA. Mieux, les moutons seront marqués en vert, jaune et rouge respectivement pour le premier, deuxième et troisième choix.
« Cela permettra à la population de savoir le prix et de s’orienter, une fois sur les sites pour un éventuel achat », a-t-il dit.
Une opération planifiée avec les éleveurs
Selon M. Dembélé, ces animaux viennent des zones pastorales. Selon ses explications, ce sont les éleveurs eux-mêmes qui amènent leurs animaux aux lieux de vente et non les commerçants. Les animaux proviennent généralement des zones de projets mis en place par le gouvernement. À ces niveaux, dans les espaces pastoraux dotés de points d’eau, les animaux sont en liberté toute l’année, ils se nourrissent et boivent suffisamment. Ce qui rend le coût de production moins élevé.
« Ce sont des animaux différents de ceux des marchands de détail. C’est donc évident que le prix de ces animaux va être élevé », a-t-il dit. Une fois les moutons acheminés, dans les sites, les éleveurs seront appuyés par des agents techniques. Cet encadrement consiste à aider les éleveurs à classer les animaux par catégorie et à les marquer à la peinture, selon leur catégorie. Il a, à cet effet, révélé que la DNPIA mettra à la disposition de chaque site de vente quatre agents qui ne participeront pas à la vente, mais serviront de conseillers en cas de problèmes. Les éleveurs bénéficieront aussi d’un appui en l’aliment bétail pour leur permettre de garder les moutons en forme avant leur vente.
Signalons que les sites d’approvisionnement sont fin prêts, selon le directeur, pour accueillir les animaux. Déjà, a-t-il fait savoir, les quatre sites de la capitale attendent au moins 6 000 têtes pour cette vente promotionnelle. Chaque région, nous a-t-on confié, disposera d’un site de vente. Le site de Kayes sera doté de 500 moutons, 900 têtes pour Koulikoro, 2 000 pour Ségou, 1 000 pour Sikasso.
Pour mieux informer les Maliens sur la disponibilité des moutons sur toute l’étendue du territoire, une campagne sera lancée à la radio et à la télé sur les choix et les points de vente.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *