Opérationnalisation des 11 nouvelles régions: les exigences des 9 cercles restants

3

Après la création des régions de Taoudéni et Ménaka, en janvier 2016, conformément à la loi N° 017-2012 du 31 janvier 2012 portant création de 11 nouvelles régions qui sont : Nioro, Kita, Nara, Dioïla, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara, Douentza, Ménaka et Taoudéni, le Collectif des régions non opérationnelles (CRNOP), constitués des 9 cercles restants, exige l’opérationnalisation de leurs circonscriptions administratives en région avant les élections communales de novembre prochain.

L’information a été donnée à la faveur d’une conférence de presse, animée par les responsables dudit collectif sur le thème « Opérationnalisation des régions de Nioro, Kita, Nara, Dioïla, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara et Douentza ». C’était samedi dernier, à la Maison de la presse du Mali.
Le principal conférencier était le président du CRNOP, Mamba COULIBALY, du cercle de Bougouni, qui avait à ses côtés : son vice-président, Issa OMOTIMBE, du cercle de Bandiagara ; le secrétaire administratif, Mamadou TRAORE, du cercle de Dioïla ; le représentant du cercle de KOUTIALA, Seydou COULIBALY ; la représentante du cercle de Douentza, l’ancienne député, Mme Sangaré Fanta CISSE, etc.
Cette conférence de presse aux allures de meeting a enregistré la participation des délégations venues de ces 9 cercles, à savoir : Nioro, Kita, Nara, Dioïla, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara et Douentza.
Outre ses délégations de l’intérieur, on notait également la présence de certains honorables députés, des maires de certaines localités concernées et le président du Réseau « Joko Ni Maaya », le Pr Abdoulaye NIANG, etc.
L’objectif de cette rencontre était d’attirer l’attention des plus hautes autorités du pays sur la non-opérationnalisation de leurs cercles en régions à moins de 6 mois de la fin de la période légalement indiquée en mars 2017.
En effet, note le conférencier, la loi N° 017-2012 du 31 janvier 2012 portant création de 11 régions a été adoptée par l’Assemblée nationale du Mali, le 31 janvier 2012 et promulguée par le président de la République, le 2 mars 2012.
À travers cette loi, le gouvernement du Mali créé, en plus du District de Bamako et des 8 régions existantes, 11 nouvelles régions que sont : Nioro, Kita, Nara, Dioïla, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara, Douentza, Ménaka et Taoudéni. Ces nouvelles régions devraient s’ajouter aux 8 régions déjà connues ; à savoir : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal et le District de Bamako.
L’article 4 de la loi suscité stipule « La présente loi abroge, au futur et à mesure de sa mise en œuvre échelonnée sur 5 ans à compter de sa promulgation ». Voilà, à moins de 6 mois de la fin de ce délai, seulement 2 régions sont opérationnelles, à savoir : Ménaka et Taoudéni.
C’est pour exprimer sa préoccupation sur le silence des plus hautes autorités du pays sur cette question d’opérationnalisation des autres régions concernées par cette loi que le CRNOP a décidé cette sortie médiatique.
Selon ses responsables, au vu de la lenteur dans la mise en place effective des autres régions, un Collectif desdites régions non opérationnelles fut créé afin de défendre le droit des régions non opérationnelles et d’inviter le gouvernement à la diligence dans la mise en place effective de la Loi 017-2012 du 2 mars 2012.
Aussi, a-t-il rappelé, cette conférence de presse fait suite aux missions d’informations et de sensibilisation effectuées par le CRNOP dans ces 9 cercles.
Par ailleurs, le principal conférencier a fait savoir que cette campagne n’est pas une lutte farouche pour entraver quoi que ce soit dans le pays.
« Nous n’allons pas prendre les armes, mais nous ne souhaitons pas aller aux élections communales tant que nos régions ne seront pas opérationnelles. Nous pensons que le gouvernement diligentera cette opérationnalisation dans les prochains mois », a dit le président. Avant d’ajouter qu’ils sont pratiquement à la fin des 5 ans impartis pour l’opérationnalisation des nouvelles régions, créées sans progrès majeur. Pire, cette loi, malgré sa promulgation, est ignorée par la majorité de la population des localités concernées. Conséquences : 4 ans après sa promulgation, aucune disposition n’a été prise pour rendre opérationnelles lesdites régions.
Ainsi, se fondant sur les dispositions pertinentes de loi N° 93-008/du 11 février 1993 modifiée, déterminant les Conditions de la libre administration des collectivités territoriales, les populations de ces régions, selon leur porte-parole, demandent au Président de la République de diligenter leur opérationnalisation.
Le gouvernement ayant fait de la décentralisation sa priorité, les responsables du CRNOP espèrent que lesdites régions seront opérationnelles avant les élections communales.
À noter que le Réseau « Joko Ni Maaya » a promis son accompagnement et mettra désormais la question de l’opérationnalisation des régions non opérationnelles au centre de ses intérêts.

Par Abdoulaye OUATTARA