Search
vendredi 25 septembre 2020
  • :
  • :

Opérations de surcreusement des collecteurs: Adama Sangaré évalue les avancées et les défis

Le maire Adama SANGARE s’est rendu, hier lundi sur des sites d’opérations de surcreusement de certains colleteurs de Bamako démarrées il y a quelques semaines en vue de prévenir des cas d’inondations. Tous les chantiers étaient en cours à part celui de Niamakoro où l’entreprise était confrontée à des difficultés d’accès. Globalement, les travaux sont exécutés à 50 %, selon les estimations de la Cellule technique d’appui aux collectivités CTAC.

Le maire Adama SANGARE, accompagné des maires des communes de Bamako ainsi que des responsables des services techniques du District, a conduit une mission de contrôle de l’opération de surcreusement des collecteurs de notre capitale. En se rendant sur les sites, le maire voulait s’enquérir de l’état d’avance des opérations tout en exigeant aux entreprises le respect des clauses du contrat. Ce projet lancé, il y a un mois, prévoit de surcreuser 5 collecteurs et marigots qui traversent des communes du District de Bamako afin de minimiser les risques d’inondations.

Ce jour, le maire du District et sa délégation ont visité 3 sites où des entreprises s’activaient à terminer les travaux dans le délai. La délégation du maire a entamé sa visite guidée par les collecteurs Koflatiè, au niveau du « Pont tordu », à la rive droite de Bamako. Labàs, les travaux allaient bon train, a estimé le 1er adjoint de la mairie de la commune VI, Teninmakan KONE, sans plus de précision. Il espère que l’impact de la mise en œuvre de ce projet empêchera de nouvelles inondations dans sa commune qui a enregistré en mai dernier des dégâts matériels importants et des pertes en vies humaines.

« Je suis ravi de cette opération parce que notre commune a été la plus frappée par les récentes inondations », s’est réjoui M. KONE.

Ensuite, la mission s’est rendue au niveau du « Pont de Fasso Kanu » pour s’enquérir également de l’exécution du chantier du collecteur de Sogoniko. Sur place, deux Caterpillar s’activaient également à surcreuser ledit cours d’eau faisant plusieurs kilomètres. Sur ce site, les travaux sont exécutés à plus de 60 %, selon des responsables des services techniques. Par contre, au niveau du collecteur de N’Tominkorobougou, dernière étape de la tournée, l’état d’exécution des travaux n’est pas satisfaisant, selon les visiteurs, il est à 30 %. Devant la lenteur des travaux, le maire a piqué une colère noire.

« Ce n’est pas possible que l’entreprise déploie une seule machine pour ce travail. Je veux que ce problème soit réglé le plus rapidement possible », a déclaré M. SANGARE. Outre ce constat, le maire a déploré le non-enlèvement des déblais qui, selon lui, constitue des sources d’insalubrité.

Interpelé, le représentant de l’entreprise Sogoba BTP, en charge de site, Marc DARA, a déclaré avoir pris bonne note des recommandations du maire avant de promettre des actions urgences pour y remédier.

Ayant également participé à la visite, des notabilités du quartier de N’Tominkorobougou, à l’image Tahirou DJOURTE, ont salué cette initiative pilotée par la mairie centrale.

« C’est une très bonne chose parce que pendant des années, des concessions proches de ce collecteur sont fréquemment inondées. Aussi, il y a d’autres qui s’effondrent sous la pression des eaux », a rappelé M. DJOURTE.

À la fin de la visite, le maire Adama SANGARE, qui s’est particulièrement adressé à la presse, a expliqué que chaque année, la mairie initie une opération de curage. La particularité de cette année est que le gouvernement s’est engagé aux côtés de la mairie pour faire le surcreusement parce que des collecteurs étaient engorgés à certains niveaux ayant occasionné les inondations de 16 mai.

« Bien qu’il soit traditionnel, ce programme a fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’État », a indiqué le maire Adama SANGARE.

Sur l’état d’exécution des opérations, le maire apprécié l’avancement des chantiers avec quelques réserves, notamment le problème d’enlèvement des déblais.

Cependant, tous les chantiers sont en cours d’exécution excepté celui de Niamakoro au niveau de Pont des 30 m. Ce retard est dû, selon les explications du Directeur de la Cellule technique d’appui aux collectivités (CTAC), Moussa BOCOUM, par le non-accès des machines au site. Toutefois, a-t-il promis, que les dispositions sont prises pour démarrer incessamment ce chantier.

À noter que le financement de ce programme et celui du curage des caniveaux sont évalués de 4 milliards de FCFA.

Par Sikou BAH et Rahmatou SALL (Stagiaire)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *