Opposition-Congrès RPM: l’inélégance politique des ténors

6

Goujaterie politique, c’est bien ce qu’on peut reprocher aux ténors de l’opposition qui ont littéralement boudé la cérémonie d’ouverture du 4ème congrès du RPM. Bafouant la bonne tradition politique établie, les ténors de l’opposition, comme par enchantement, ont tous brillé par leur absence ; donnant la nette impression aux autres, surtout les invités politiques venus d’ailleurs, que l’inélégance politique s’est bien installée dans nos murs. Un acte politique démodé que rien ne justifie de la part de ceux qui entonnent, à bout de champ, telle une rengaine, l’esprit républicain. Où est passé le sens républicain de nos illustres opposants ?

Lors des assises du quatrième congrès ordinaire du RPM, tout le monde l’a constaté : les ténors de l’opposition n’y étaient pas. Comme par enchantement, ils ont tous boudé ces assises politiques du parti présidentiel, au palais de la Culture Amadou Hampathé Bah, d’où se tenait la cérémonie d’ouverture. Ce fut gros pour ne pas frapper les esprits. A l’accoutumée, le courant politique a beau ne pas être au beau fixe entre l’opposition et la majorité, les cérémonies politiques grandioses, comme les congrès, les conférences nationales, offrent à tous les acteurs de la scène nationale, indépendamment de la coterie, de belles opportunités de se retrouver, comme de véritables agents pour la mobilisation politique, au service de la communauté.
Qu’on le veuille ou non, les acteurs politiques nationaux, au-delà des chapelles politiques, contribuent tous ; chacun selon ses identités propres, à l’animation de la scène publique. C’est bien pour cela qu’ici, plus que partout dans le monde, eu égard surtout à notre tradition de civilité, il convenait mieux, pour les ténors de l’opposition, d’honorer le parti présidentiel de leur présence, lors de ce rendez-vous politique, fort attendu, car premier du genre, depuis l’arrivée au pouvoir du président IBK et du RPM. Pour cette leçon de sagesse démocratique, agrémentée par la bonne tradition malienne fondée sur la vérité et la solidarité, les ténors de l’opposition n’ont aucun prétexte à ne pas assumer leur charge politique vis-à-vis de leurs condisciples politiques du RPM, en répondant présents à ces assises du RPM, même s’ils ne partagent pas les mêmes choses et qu’ils passent d’ailleurs le temps à se tirer dessus.
C’est justement, pour cette raison, parce qu’ils se tirent dessus, même pour les broutilles, que les ténors de l’opposition se devaient, par civilité politique, d’être présents à ces assises du RPM. En s’y rendant, et pour le respect des différentes sensibilités politiques, rien, absolument rien, ne leur empêchait de se servir de cette tribune politique « facile » pour redire, à nouveau, tout le mal politique qu’ils pensent de leurs adversaires du RPM de leur gestion politique, de tous les jours, décriée, comme ils savent bien le faire, comme la plus catastrophique de toute l’histoire politique du pays. En ne s’y rendant pas à la cérémonie d’ouverture des assises du RPM, comme ils l’ont fait, en cette occasion politique inouïe, les ténors de l’opposition ont manqué à leur devoir de vérité vis-à-vis de l’opinion publique. Une tare politique qui ne manquera pas également d’entacher dangereusement leurs actions politiques, passées et à venir, dans le sens d’une alternative politique crédible, celle qu’ils veulent mettre en avant pour apporter un équilibre quelconque dans le débat politique du pays.
Quelle belle manière de contredire l’adversaire politique, sur ses choix de politiques publiques, que de le faire, comme on le dit prosaïquement, « les yeux dans les yeux » ? Les ténors de l’opposition, pour quelle que raison que ce soit, qu’ils se sont faits absents, lors de ces assises du RPM, dès qu’ils s’empressent, comme dans une course de vitesse, à rallier Koulouba, lorsqu’il s’agit d’invitations présidentielles, sous les lambris du palais, ont véritablement contribué à ridiculiser la fonction politique, pour laquelle ils s’évertuent à décrocher, à tous vents, des boulets rouges à un régime présidentiel, accusé, par eux, de tous les noms d’oiseaux. Il est désormais clair que les sirènes, distillées par l’opposition, surtout par ses ténors, ne servent plus rien d’autre qu’à faire amuser la galerie, dès lors que les caïds boudent, comme ils l’ont fait, pour le congrès du RPM, cette arène de débat public que leur offrait la tribune politique du RPM.
Pourquoi n’ont-ils pas saisi cette opportunité politique que leur offrait les assises du RPM, pour prendre la parole, comme d’autres l’ont fait, et comme il est de coutume, pour entonner leur part de vérité dans la gestion des affaires publiques ? En toute vraisemblance, si l’on a enflammé les rues, pour protester contre la gestion du pouvoir, il n’est pas crédible, politiquement parlant, de pratiquer la politique de la chaise vide, en prenant le risque de violer l’esprit républicain, fondé sur la civilité politique, pendant qu’on a, tout le temps, et tout le droit, de dire en face de l’adversaire ce qu’on lui reproche. C’est ce jeu politique fluide de l’opposition, axé sur la vérité et le courage, qui donne, aux yeux de l’opinion publique, le crédit à l’action politique. Dévoyée, comme elle l’a été, par les ténors de l’opposition qui se sont littéralement faits out, lors de ce rendez-vous politique, l’action politique, ici, à partir de l’opposition, n’est que la résultante du politique spectacle, à caractère égocentrique, totalement éloigné de l’intérêt général.
L’engagement politique, pour l’intérêt général, dont se justifient les ténors de l’opposition pour amplifier leurs actions et déclarations politiques, au sein de l’opinion, leur commandait d’être présents à ces assises du RPM. Au nom de la civilité politique, et au nom de l’intérêt public, qui forgent toute action politique, les ténors de l’opposition ont manqué de courage politique, en préférant ne pas prendre la parole publiquement pour expliquer aux citoyens Maliens, au-delà de l’arène politique partisane, ce qui les différencie du RPM et qui doit amener le citoyen lambda à être un juge impartial et crédible. Certes, l’absence des ténors de l’opposition, à ces assises du RPM, a été largement compensée par les apports politiques, venus de nombreux autres acteurs, tant nationaux qu’étrangers, qui y ont fait des contributions politiques intéressantes, mais, pour le contexte politique, chargé de défis, comme le nôtre, les ténors de l’opposition, pour cette volte-face remarquable, ont manqué de donner à l’action politique l’élégance et la pertinence dont elle a besoin pour s’imposer à tous. Dommage…

par Sékouba Samaké

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *