Ouverture des assises du 4è congrès du RPM: les vérités du Président par interim

7

A l’ouverture des assises du 4è congrès du RPM, premier du genre, depuis l’arrivée du camarade Ibrahim Boubacar KEITA au pouvoir, ce samedi 22 octobre, au Palais de la culture Amadou Hampaté BAH, le président par intérim, Dr. Boulkassoum HAIDARA, également porte-parole du congrès, n’a pas hésité à mettre en avant les résultats probants, jusqu’ici enregistrés. Et cela, en dépit du contexte difficile marqué par une crise sécuritaire et institutionnelle sans précédent.
Pour lui, le discours démobilisateur des détracteurs, qui tentent de saper le moral des citoyens, n’y fera rien : les nombreux acquis, engrangés dans de nombreux domaines de l’activité socio-économique du pays, comme le rétablissement durable de la paix, la réforme de l’outil de défense, la gouvernance économique et financière, avec en toile de fond l’amélioration du taux de la croissance, l’augmentation du budget, qui réalise pour la première fois de son histoire la barre des 2000 milliards de nos francs, la dette intérieure totalement apurée, etc., ont déjà eu un impact positif sur l’amélioration des condition de vie des Maliens et le retour de la paix dans le pays. Face aux futilités sous-tendues par des rumeurs fantaisistes et des allégations mensongères, le président par intérim a exhorté les militants du RPM à être mobilisés pour soutenir « les efforts du chef de l’État dans la consolidation des acquis engrangés et dans la mise en œuvre efficace et efficiente de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, la refondation de l’État avec la nouvelle ».

DISCOURS D’OUVERTURE DU DR Boulkassoum HAIDARA 7ème Vice-Président, Porte-Parole du RPM

Aouzou bilahi mina sheytan razim ;
Bismilahi Rahman Rahim ;
Assalamoualey koum wa Rahmatoulay ta allah wa barkatouhou !

Monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement ;
Madame et Messieurs les Présidents des institutions de la république ;
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs, les présidents de la convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP) ;
Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique National du Rassemblement Pour le Mali ;
Mesdames et Messieurs, les membres du bureau national des femmes et du bureau national des jeunes du RPM ;
Mesdames et Messieurs les honorables députés ;
Mesdames et Messieurs les conseillers nationaux ;
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, consulaire et des organisations internationales de coopération accrédités au Mali ;
Mesdames et Messieurs les représentants des familles fondatrices de Bamako ;
Monsieur le Coordinateur des chefs de quartier du District de Bamako ;
Mesdames et Messieurs les représentants des cultes ;
Mesdames et Messieurs les responsables des partis politiques nationaux et ceux des pays amis;
Mesdames et Messieurs de la presse publique et privée ;
Camarades militants et sympathisants du Rassemblement Pour le Mali ;
Camarades congressistes ;
Honorables invités en vos rangs, qualités et grades tout protocole observé ;

J’ai l’honneur, le plaisir et le privilège de vous témoigner combien le Rassemblement Pour le Mali, son Président, le Camarade Ibrahim Boubacar KEITA, ses délégués au congrès et l’ensemble de ses militants, sont sensibles à la hauteur de votre marque de considération.
Oui, une présence aussi imposante de tant de personnalités de haute allure est un signe indéniable d’intérêt et de sympathie pour notre parti.
En ce jour tant attendu, je voudrais rendre grâce à Allah pour nous avoir permis de vous souhaiter la chaleureuse bienvenue à Bamako.

Mesdames et Messieurs, Chers camarades,
Il y a quinze ans, des hommes et des femmes, d’horizons divers, soucieux du devenir de notre chère patrie, animés par la foi et la volonté de faire autrement la politique, se sont rassemblés pour tenter de donner un sens à l’existence de l’homme malien, au nom de « l’humanisme soudanien ou Maya », ce concept historique et social fondé sur la solidarité, la culture de la dignité et de l’humilité, le respect de la chose publique, le travail bien fait, le respect de l’autre et de la parole donnée ainsi que la reconnaissance du mérite.
La concrétisation de cet édifice socio-humanitaire, socle de notre projet de société, est un travail de longue haleine parce qu’il s’agit plus qu’une alliance, d’un mariage de la vertu et de la morale.
Au nom de ce projet de société, de ses valeurs fondamentales, vous avez accompli un travail de fourmi ; vous avez sillonné monts et vallées, à pied, à vélo, à mobylette, en pirogue sous la pluie, sous le soleil ardent, dans la nuit noire, vous avez fait du porte-à-porte.
Vous avez usé de tous les moyens de communication, pour expliquer aux hommes et aux femmes de ce grand pays, le bien-fondé de la vision qu’incarne notre candidat, le camarade Ibrahim Boubacar Keita et l’intérêt que revêt le projet de société du Rassemblement pour le Mali qui n’est et ne sera nullement un parti de plus.
Nous voulons pour preuve que ce parti a su fédérer en si peu de temps les initiatives porteuses.
Il a fait la preuve qu’aucune société ne peut se construire sans repères, sans identité, sans racines et sans culture.

Ainsi, nous avons suscité et entretenu l’espoir et la foi en des lendemains meilleurs, à un moment où plein d’incertitudes planaient sur notre nation.

Camarades participants, distingués invités,
Beaucoup d’entre vous étaient là, témoins de la naissance du parti, un 30 juin 2001, dans un stade omnisport plein à craquer, avec à sa tête, le camarade Ibrahim Boubacar Keïta, qui ce jour disait je cite : « C’est bien parce que nous sommes convaincus d’être porteurs de l’alizé de la résurrection nationale, qu’avec beaucoup d’autres, nous avons accepté de continuer à nous investir dans le champ politique pour faire autrement » fin de citation.
Durant ce parcours, beaucoup de nos camarades, pour diverses raisons, ne sont pas ici parmi nous ce matin.
Permettez-moi à ce titre Mesdames et Messieurs, d’avoir une pensée particulièrement émue pour tous ceux qui ont été rappelés à Dieu. En leur mémoire, et à la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires du conflit imposé à notre peuple par les djihadistes et les narcotrafiquants, je vous demande d’observer une minute de silence. Que Dieu les accueille dans Sa Miséricorde Amen.

Camarades militants
et sympathisants du Parti,
Je saisis cette occasion pour vous adresser les vives félicitations du Parti, pour votre engagement et votre constance.
Ce qui vous donne tout le droit d’exhiber les pas de la danse des braves, celle du « Djandjo » car le pari n’était pas gagné d’avance.

Aujourd’hui, nous nous réjouissons de l’élection du camarade Ibrahim Boubacar Keïta à la magistrature suprême de notre pays, avec 77,62 % des suffrages et un taux de participation de 50 % dans un contexte caractérisé par une crise sécuritaire et institutionnelle sans précédent.

Chers camarades, militantes et militants ;
Malgré les difficultés liées à cette situation exceptionnellement préoccupante et à la gestion du pouvoir, vous avez pu prendre de la hauteur, en ne reniant pas votre statut de militant fidèle et engagé et en ne renonçant pas à votre ambition de ne servir que le Mali et non de vous servir du Mali.
À l’épreuve de la gestion du pouvoir, notre parti a été confronté à de nombreuses difficultés, suscitant ainsi la tenue d’un débat interne. Cet exercice Cornélien de critique et d’autocritique constructives est un acte courageux qui nous a permis de venir à bout de nombreuses incompréhensions.

Camarades Militantes et Militants du Parti, Mesdames et Messieurs,
La défection, le 26 Septembre 2016, de 4 députés de notre parti doit être prise comme un non évènement car le départ de ceux dont il s’agit ressemble à une sélection naturelle de purification de notre admirable parti.
Au nom des nombreuses années au cours desquelles nous nous sommes côtoyés au sein du RPM, je garderai le silence sur « leurs excellentes qualités » que leur nouvel acquéreur ne tardera pas à apprécier.
Tournant définitivement cette page, je tiens chers camarades à vous souligner que le congrès nous donne aujourd’hui l’occasion de passer au peigne fin le fonctionnement du parti, notamment en ce qui concerne :
– l’état d’application des statuts et du règlement intérieur ;
– la politique des alliances électorales ;
– le fonctionnement des organisations de masse ;
– les perspectives d’avenir ;
– le financement des activités…..
Vous aurez compris, chers camarades, la densité du menu et l’intérêt qu’il pourra susciter et les résultats attendus, au regard de notre ambition commune de transformer qualitativement notre société.
Aussi, voudrais-je vous inviter à plus d’assiduité aux présentes assises, à engager des discussions sur les fondements de notre parti, pour que nous nous armions des outils à même de nous permettre d’engranger d’autres succès, en vue de concrétiser le projet présidentiel : « Pour l’honneur du Mali et le bonheur des maliens ».
C’est à ce prix seul que nous ferons du Mali une nation qui compte dans le concert des nations.

Mesdames et Messieurs
Ce projet présidentiel, loin d’être un slogan creux, est une annonce d’acquis probants pour la réalisation desquels nous souhaitons une longue vie au Président IBK afin qu’il puisse assister au dénouement heureux de certains évènements ou à la mise en consommation de grands chantiers ouverts pendant son quinquennat comme en témoignent les résultats fort appréciables dans plusieurs domaines comme entre autres :
– le rétablissement durable de la paix et de la souveraineté avec la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger signé le 15 mai et le 20 juin 2015. Prions pour que le chemin menant à cette paix soit déminé des manœuvres de duplicité, de politique d’usure, de ruse et de mauvaise foi.
– la réforme de l’outil de défense avec l’adoption de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire portant sur un montant de 1 230 milliards de FCFA entièrement financé par le budget national sur une période de 5 ans ;
– la gouvernance économique et financière avec :
• une amélioration du taux de croissance de l’économie qui était de 0,00% en 2012 est passé pendant la transition à 1,7 % en 2013 pour atteindre 7,2 % en 2014 et s’est maintenu à 6,0 % en 2015 avec une inflation maîtrisée de 1% ;
• le Budget 2016 a dépassé pour la première fois de son histoire la barre de 2000 milliards de FCFA avec une
meilleure contribution des services d’assiette de l’État qui ont mobilisé pour la première fois plus de 1000 milliards FCFA rendant possible également pour la première fois une allocation de 500 milliards de FCFA aux investissements productifs ;
• la dette intérieure a été totalement apurée au titre des années 2014 pour un montant de 108 487 311 210 FCFA et celle de 2015 pour un montant de 234 114 791 032 FCFA ;
• les prix des produits de première nécessité ont été stabilisés, les salaires ont connu une hausse de 20% et l’impôt sur le traitement des salaires a connu une baisse considérable ;
• les allocations familiales ont été rehaussées de 42, 86 % passant de 2000 FCFA à 3500 FCFA et pour un enfant vivant avec handicap, cette augmentation a atteint les 50% (2000 FCFA à 4000FCFA)
• le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) est passé de 28 460 FCFA à 40 000 FCFA en 2016. Il passera à 42 800 FCFA en 2017, soit une augmentation d’environ 33,5 % ;
• une augmentation substantielle sur les frais de mission et de déplacement de nos agents à l’intérieur et à l’extérieur, ce qui a amélioré de façon notable les conditions de travail des agents de l’État :
• la création de 116 388 emplois formels sur 200 000 promis ;
• le désenclavement intérieur du pays se poursuit avec la Construction de l’autoroute deux fois deux voies reliant Bamako-Koulikoro, construction du Pont de Kayo et de ses voies d’accès, du 2ème Pont de Kayes, du Pont de Ségou ; l’achèvement de la route du poisson, la reconstruction de la route Ségou-San, la construction d’un échangeur au rond-point de Markala à Ségou, du Pont de Kouoro-barrage entre Sikasso et Koutiala et de la route Zantiebougou- Kadiolo à la frontière ivoirienne, ainsi que le nouvel aérogare de Bamako ;
• la réalisation de centres d’autonomisation féminine ;
• la mise en place d’un fonds d’un milliard de FCFA pour le financement des projets d’autopromotion des femmes ;

Dans le domaine du renforcement de la démocratie :
– L’organisation avec succès des élections législatives de 2013 sur toute l’étendue du territoire.
– Le Vote du statut de l’opposition avec la mise en place de son budget de fonctionnement.
– Des mesures de promotion du genre dans les fonctions nominatives et électives.

Dans le domaine institutionnel, la mise en place en 2013 de la Haute Cour de Justice prévue par la Constitution du 25 février 1992, acheva l’application de toutes les dispositions de la loi fondamentale.

Dans le développement de l’agriculture, des acquis considérables ont été enregistrés avec :
• une affectation de 15,01 % du budget national ;
• la poursuite de la subvention des intrants agricoles qui passe de 42 à 47 milliards ;
• la baisse du prix des engrais de 12 500 à 11 500 le sac ;
• la distribution de 1000 tracteurs subventionnés à hauteur de 50 % aux producteurs ;
• l’aménagement de 18 000 ha de terres sur 25 000 ha en chantier ;
• une production record de 8 200 000 tonnes de céréales attendue au cours de la campagne 2015-2016 soit 27 % de plus que la moyenne des cinq dernières années et de 550 000 tonnes de coton graine.
• la Consécration du Mali par la FAO en 2015 avec 8 autres pays africains, comme pays ayant atteint les objectifs du pilier 1 de l’objectif du millénaire, en réduisant de 50 % la proportion de la population qui a faim.

Les subventions allouées par l’état aux hydrocarbures et au gaz ont permis un apaisement du front social

Dans le domaine de l’énergie, 179,38 milliards FCFA ont été mobilisés pour le financement de la Centrale hydroélectrique de Kénié d’une capacité de 42 MW, la Centrale solaire de 33 MW à Ségou/Pélengana, la Centrale solaire de 50 MW de Kita avec 76, 2 GWh (gigawatt-heure) de productible.

Dans le domaine de l’eau potable, 240 Milliards de FCFA ont été mobilisés pour réaliser l’alimentation en eau potable des villes de Bamako, Kayes, Sikasso, Koutiala, Kati, Nioro, Bandiagara, Mopti, Tombouctou et Gao.

Dans le domaine de l’Education, nous saluons l’apaisement du climat scolaire assorti d’un relèvement du niveau des apprenants dans l’assiduité et dans la discipline.
Nous nous réjouissons de l’ouverture des écoles à Kidal le 17 octobre dernier dans un décor national en présence du gouverneur de ladite région et des directeurs d’académies.
Nous invitons les autorités scolaires à prendre toutes les dispositions pour que ce grand évènement, prélude à la réinstallation de l’administration, ne soit pas un mirage.
Toutes les forces assurant la sécurité et la sérénité des enseignants et de l’encadrement doivent être mobilisés pour mettre fin au cauchemar de Kidal.
A ces réalisations, il convient de tenir compte des grands chantiers ouverts dans les domaines de la santé, de l’habitat, de la culture, de l’industrie et du sport ; pour ne citer que ceux-ci.
Je saisis ainsi cette occasion pour féliciter et remercier en votre nom, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA et son Gouvernement pour leur engagement sans faille au service du Mali.

Mesdames et Messieurs,
Tous ces résultats ont un impact positif sur l’amélioration des conditions de vie des maliens et le retour de la paix dans notre pays. Cependant, ils ne doivent pas nous faire oublier que notre pays fait toujours face à de nombreux défis dont nous avons pleinement conscience, aujourd’hui plus que jamais.
Malgré les résultats que nous venons de passer en revue, certains détracteurs persistent encore à poser la question saugrenue : « En trois ans de gestion de pouvoir qu’a pu réaliser concrètement IBK ? »
Oui, ils ont le droit, par déficit de mémoire, de poser une telle question quand on sait qu’au Mali certains Chefs d’État ont eu la chance d’inaugurer un ouvrage tous les six mois au nom de la continuité de l’État.
Ces ouvrages inaugurés ont été initiés et négociés par des prédécesseurs. Combien d’hommes ont pu bénéficier immédiatement des fruits de leur labeur ? Peut-on planter un arbre le matin pour prétendre jouir de ses fruits dans l’après-midi ?
Face à ces propos démobilisateurs qui sapent le moral et amenuisent l’espoir de notre peuple, je vous exhorte chers Camarades, à demeurer vigilants pour éviter que l’arbre ne cache la forêt, pour que les futilités sous-tendues par des rumeurs fantaisistes, des allégations mensongères et des expressions discourtoises ne masquent les réalités du développement.
Nous vous engageons en conséquence à accompagner les efforts du chef de l’État dans la consolidation des acquis engrangés et dans la mise en œuvre efficace et efficiente de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, la refondation de l’État avec la nouvelle constitution et le renforcement de la décentralisation pour la nouvelle politique de régionalisation.
Dans les moments de grandes difficultés, notre pays a bénéficié de la solidarité internationale aussi bien au plan bilatéral que multilatéral.
Cette solidarité a permis la stabilisation du pays et rendu possible les immenses progrès constatés.
Cependant nous invitons la communauté internationale à s’impliquer résolument dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale qui constitue pour le Mali un passage obligé pour tout processus de développement économique, social et culturel.
Nonobstant cette invite, je profite de cette opportunité pour exprimer à tous les partenaires et pays amis du Mali la profonde gratitude de l’ensemble du peuple du Rassemblement Pour le Mali.

Camarades Présidents des Partis politiques de la Majorité présidentielle, camarades Chefs des Associations et Clubs de soutien au Président IBK, les brillants résultats ainsi engrangés, sont aussi les vôtres.
Mobilisés depuis que la campagne bat son plein jusqu’à l’élection du camarade Ibrahim Boubacar Keïta à la Magistrature suprême de notre pays, vous n’avez ménagé aucun effort pour défendre les vertus qu’il incarne et vous engager pour appliquer et accompagner son programme politique. Pour illustrer cet engagement, vous avez signé le 7 septembre 2014, la Convention des Partis politiques de la Majorité présidentielle (CMP).
Si le fonctionnement de ce regroupement politique n’est pas encore à hauteur de souhait, votre volonté inébranlable de continuer la longue marche, est inoxydable.
Pour toute épreuve pénible, certains nous ont quittés et d’autres nous ont rejoints.
Je saisis cette opportunité, pour remercier les uns et les autres en les exhortant, comme d’ailleurs l’ensemble de la classe politique, à demeurer solidaire pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale du Mali, son unité nationale et sa cohésion sociale afin que dans la paix, nous puissions poursuivre les efforts de développement économique et social de notre cher pays.

Mesdames et Messieurs les Honorables Députés,
Pour le nomadisme récent opéré au sein de la majorité parlementaire, la CMP renouvelle son soutien indéfectible à ses Députés et rappelle à ceux qui ont sauté du « Navire majorité parlementaire », que le Conseil de prudence prodigué en la matière à tout passager lors de la traversée d’une zone de turbulence, est de demeurer serein en serrant ou en attachant la ceinture.
Peu importe les points de chute des uns et des autres, l’essentiel est de se retrouver au service d’un Mali Un et indivisible.
Cependant, quels que soient les motifs du départ de plus de dix (10) Députés d’un regroupement politique au pouvoir (manque de conviction, corruption), nous invitons nos honorables députés en mission à l’Assemblée Nationale, de réviser les modalités de gestion de leur collaboration qui doivent être fondées sur les respect mutuel et l’esprit de partage.

Camarades militantes du Parti, si les jeunes sont le fer de lance de notre parti, vous en êtes les véritables animatrices.
Recevez la totale reconnaissance de la Direction du Parti et de son Président IBK pour le rôle déterminant que vous avez joué pour son élection.
Soyez rassurées que les dispositions de la loi 2015-052 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans les instances nominatives et électives, seront appliquées au sein de notre parti parce qu’elles ont été instruites et soutenues par son Excellence Monsieur IBK en vue du renforcement de la démocratie dans notre pays comme nous l’avons signalé plus haut.

Camarades jeunes,
Je ne saurais terminer mes propos sans vous rappeler tout l’intérêt que le parti accorde à la jeunesse, véritable héritière pour la relève et indubitable garante pour son avenir.
Vous vous souviendrez de cette adresse de notre président, Ibrahim Boubacar KEITA, à l’occasion du troisième congrès tenu les 23 et 24 juillet 2011 au Centre International de Conférence de Bamako, je cite : « Je vous exhorte, vous jeunes, nos enfants à la relève, à vous préparer avec rigueur et constance à vos futures missions historiques. Vous ne les assumerez pas par incantations ou proclamations à la manière foraine mais en vous cultivant, en apprenant encore et encore car votre temps sera un temps de compétition, encore plus vives entre les détenteurs du savoir et ceux qui, hélas, ne savent pas.
Que nul ne vous incline à la facilité. Elle serait votre pire ennemie », fin de citation.

Camarades congressistes,
Au regard des espoirs suscités par l’avènement du Rassemblement Pour le Mali et l’élection du Président IBK, votre tâche est encore énorme et sacerdotale.
Vous devez davantage vous unir, vous ceindre la taille pour soutenir les actions du Président de la République et du Gouvernement pour faire du Mali un pays émergent où il fera bon vivre. Pour atteindre cet objectif, je suis convaincu que de nos assises, en sortiront des équipes dirigeantes homogènes, dynamiques, disciplinés, compétentes ; soudées et déterminées à accompagner le Président du Parti pour relever le défi du clanisme, du clientélisme, des querelles de positionnement, afin que le RPM, demeure la première force politique de notre pays durant des décennies encore.

C’est sur ces grands espoirs que j’annonce ici et maintenant l’ouverture des travaux du quatrième congrès ordinaire du Rassemblement Pour le Mali.
Vive le Rassemblement Pour le Mali !
Vive la République !
Que Dieu bénisse le Mali !
Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *