Paix et Réconciliation: le rôle des valeurs ancestrales rappelé par les anciens

Réfléchir sur comment nos valeurs ancestrales peuvent parvenir à atténuer les effets de la crise dite du Nord qui n’a fait que trop durer. Voilà l’exercice qui était assigné aux personnes âgées du Mali, hier jeudi, à la Maison des aînés. C’était à la faveur d’une conférence-débat que le Conseil national des personnes âgées du Mali a organisée en collaboration avec le ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire, dans le cadre de la mise en œuvre des activités du mois de la solidarité et la lutte contre l’exclusion sociale.
Le débat s’est déroulé en présence de M. Mamadou Kôrôba Traoré, président du Conseil national des personnes âgées du Mali ; M. Maharafa Traoré, représentant du parrain de cette 22e édition du mois de la solidarité et de l’exclusion sociale et de M. Abdoulaye Koné, conférencier de la journée. La conférence d’hier avait pour thème : « Réconciliation et paix à partir de nos valeurs ancestrales ».
M. Traoré, à l’entame de ses mots de bienvenue, a souligné que le thème de cette conférence-débat était révélateur et impliquait toutes les couches socio-économiques du pays. « À traves des propositions concrètes issues des débats, nous apporterons des pistes de solution pour une paix durable au Mali », a-t-il dit.
Quant à M. Maharafa Traoré, ancien ministre, il a soutenu que cette rencontre, qui est assurément un rendez-vous des du donnée et du recevoir, était une occasion propice de bénéficier de l’expérience et du vécu des doyens d’âge afin de mieux orienter notre futur. Poursuivant les échanges, il a indiqué que les concepts de ‘’réconciliation et de paix’’ étaient des comportements de tous les jours. ‘’Les mettre en œuvre en rapport avec nos valeurs ancestrales est à nos yeux, une action originale et pourrai aider à la mise en œuvre efficiente de l’accord de paix’’, a-t-il martelé avant de rappeler que la réconciliation est sans doute une des caractéristiques de nos valeurs fondamentales au niveau de nos sociétés avec son pendant à la tolérance et au pardon. Par ailleurs, la paix, quant à elle, a été et reste toujours un idéal et une aspiration de même qu’un droit et un devoir qui ne peut être acquise par la violence et ne peut se construire que par la compréhension mutuelle, a soutenu le conférencier. La paix nécessite un travail de chaque instant, une vigilance constante et une participation active. Elle implique un engagement, une vision à long terme. Et, cela nécessite de combiner des approches ancestrales, traditionnelles et contemporaines enfin de comprendre les causes des conflits, de trouver les moyens d’atténuer les violences et de rechercher les voix vers la réconciliation et l’apaisement, a-t-il expliqué. Il a, à cet effet, conseillé que pour parvenir à la réconciliation et à la paix, des mécanismes tirés de nos valeurs ancestrales nous aident certainement à appliquer l’accord de paix en cours. C’est pourquoi ‘’cette rencontre est importante et porteuse d’espoir pour un Mali réconcilié et en paix’’, a-t-il affirmé.
Le conférencier Koné, dans son exposé, a reconnu que des difficultés existent pour aboutir à une véritable paix au Mali, malgré la volonté politique réaffirmée des plus hautes autorités et celles de la communauté internationale. Mais ‘’l’espoir est toujours permis, car les politiques ne sont pas les seuls acteurs sur le terrain’’, a-t-il laissé entendre. « La Société civile doit apporter sa contribution, d’une manière efficace pour réconcilier les cœurs enfin de faciliter l’instauration de la paix. C’est dans ce cadre que le gouvernement nous invite à réfléchir sur comment réconcilier les fils du pays, à travers nos valeurs ancestrales », a-t-il dit. Les mots valeurs, réconciliation ont été expliqués par le conférencier.
Selon lui, les valeurs sont des principes moraux que les membres d’une société adhèrent et qui se manifestent concrètement dans leur manière de penser. Il a, à cet effet, rappelé que les salutations, l’hospitalité, la solidarité, le cousinage à plaisanterie sont des valeurs propres à nous qui peuvent mettre fin à ce conflit. Le mariage, dit-il, peut aussi être une valeur qui contribue à la promotion de la paix et de la sécurité. La tradition orale, si elle est fidèlement relatée, par nos hommes de castes, contribue aussi largement à la promotion de la paix et la réconciliation au Mali.
Le conférencier a enfin rappelé que la devise du Mali, notamment « un peuple- un but- une fois » était une bonne leçon de réconciliation nationale, dont tous les protagonistes doivent s’approprier pour une paix durable dans notre pays.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *