Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Participation aux ANR: le non, mais du Cadre

Le Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie au Mali a réaffirmé devant le président de la transition, ce vendredi, sa décision de ne participer aux Assises nationales de la refondation (ANR) tout en restant ouvert au dialogue. Un des responsables du Cadre nous confie cependant qu’il pourrait revoir cette position à condition de dissocier les ANR et la prorogation du délai de la transition.

Indépendamment des rencontres initiées par le Panel des hautes personnalités en vue d’obtenir la participation inclusive de tous les acteurs politiques et de la société civile aux Assises nationales, le président Assimi GOITA a aussi reçu certains acteurs politiques. Il s’agit notamment du Cadre d’échanges, de la CofoP, du M5-RFP. Si ces deux derniers ont confirmé leur participation aux ANR, le Cadre d’échanges, lui, émet une réserve.
Après la rencontre, le regroupement a élaboré un communiqué de presse pour faire le compte rendu de cette réunion.
‘’Cette invitation à laquelle le Cadre d’échanges des partis politiques pour une transition réussie a répondu dans un esprit républicain et par souci de contribuer à l’apaisement du climat politique a essentiellement porté sur la tenue des Assises Nationales dites de la Refondation (ANR)’’, a rappelé le Cadre dans son communiqué.
Lors de la réunion, indique ledit communiqué, le Président de la Transition dans son propos s’est appesanti sur les nombreux défis auxquels notre pays fait face, nécessitant l’union des Maliens et sollicité la participation du Cadre des partis politiques pour une transition réussie aux Assises Nationales de Refondation,.
‘’Le Président de la Transition a également invité les membres du cadre de faire fi des erreurs du passé et se tourner vers l’avenir’’, a-t-il indiqué.
Le chef de la délégation du cadre, Dr Youssouf DIAWARA, Président du parti YELEMA « Le Changement », a tenu à saluer l’esprit d’ouverture du Président de la Transition, Chef de l’État.
Le chef de la délégation, selon le communiqué, a tenu à préciser que le Cadre n’est pas une opposition à la transition et estime que sa réussite est une exigence pour tous.
Par ailleurs, poursuit le document, il a également fait remarquer que cette initiative montre à suffisance que le Président de la Transition est en train de reprendre la main sur les questions politiques en tant que garant de la cohésion sociale.
Selon le communiqué, le Chef de la délégation du cadre a précisé que la confiance semblerait effritée entre les responsables de la transition et une grande partie des acteurs politiques, que la neutralité des autorités qui devrait être de rigueur ne s’est pas fait sentir, que le consensus prôné et l’inclusivité annoncée ne sont pas encore traduits en actes concrets.
‘’Il a rappelé que l’humilité en tant que valeur doit conduire nos actions et par conséquent, les invectives, les menaces, les intimidations, ne sont pas de nature à aider notre pays à relever les nombreux défis soulevés’’, conseille le cadre.
À l’étape actuelle des choses et au regard de ce qui précède, le cadre d’échanges des partis politiques pour une transition réussie ne prendra pas part aux Assises nationales dites de la refondation.
Le cadre appelle le Président de la Transition à veiller au respect du délai de la transition et à l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles à date pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal.
Le cadre reste disposé à accompagner et à œuvrer inlassablement à la réussite de la transition dans le strict respect des engagements pris par nos autorités vis-à-vis du peuple malien et de nos partenaires nationaux et internationaux.
Le cadre s’est engagé auprès du Président de la Transition, Chef de l’État à finaliser au plus vite un document stratégique en cours d’élaboration qui sera remis aux autorités de la Transition, dont le Président, afin de les aider à renforcer les actions allant dans le sens de la réussite de la transition.
Le cadre, dans son communiqué, souhaite la reprise des rencontres entre les partis politiques et le gouvernement à travers le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation.
‘’Les questions liées à l’insécurité, à la cherté de la vie, et au respect de l’État de droit ont été évoquées par les représentants du cadre’’, a ajouté le communiqué du Cadre.
Après la rencontre, un membre du cadre nous a indiqué que leur position pourrait évoluer. Mais, à condition de ne pas lier les ANR et la prorogation de la transition.
‘’Le gouvernement nous donne l’impression que les Assises nationales se tiennent juste pour obtenir la prorogation de la transition. Il faudrait que les autorités nous montrent que les Assises c’est pour véritablement aborder les problèmes’’, a déclaré notre interlocuteur.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *