Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Pasteur sous quarantaine: la version du président de la clinique

Le président de la clinique Pasteur, le Dr Ben BABA,  appele de toutes ses forces pour la gestion des patients hospitalisés dans sa clinique et le personnel, tous placés sous quarantaine à ladite clinique. C’était , hier mercredi, au cours d’un point de presse, dans un hôtel de la place. 

Selon le conférencier, président de la clinique Pasteur, le Dr Ben BABA, les 35 patients hospitalisés (non porteurs de virus Ébola), dont 22 de la MINUSMA et les 12 personnels administratifs dont le directeur de la clinique, et infirmiers, manquaient tout (eau, nourriture et les soins pour les malades). C’est pourquoi, le Dr BABA a fortement interpellé l’État et ses partenaires (OMS, SMF, MINUSMA, les ambassades…) pour la prise en charge des personnes, malades ou non, placées sous quarantaine à la clinique.

Car, selon le conférencier, des médecins refusent d’aller soigner les 35 malades hospitalisés dans la clinique.

Faisant la genèse du 1er cas suspect introduit dans sa clinique, le Dr BABA a précisé qu’un patient, Oumar KOITA âgé de 65 ans (imam de Kouremalé), a été reçu en consultation en urgence à la clinique dans le 25 octobre dernier, entre 21h30 et 22 heures, le samedi soir, par le médecin de garde, le Dr DOUMBIA.

A l’examen, selon lui, le Dr DOUMBIA a détecté une pneumopathie grave sur le patient. Cette pneumologie s’est aggravée et le patient est décédé par la suite le 27 octobre. Ainsi le corps a été envoyé à la demande de ses parents dans une morgue d’un quartier périphérique de Bamako. Après le décès du patient, une équipe du ministère de la Santé, de la direction nationale de la santé a alerté la clinique qu’un cas suspect d’Ebola a été hospitalisé dans la clinique Pasteur et qu’il est décédé.

Le Dr DOUMBIA n’a pas fait cas d’Ebola; il s’est contenté seulement au traitement de la pneumopathie.

D’ailleurs, depuis l’alerte du ministère, des précautions ont été prises au sein de la clinique..

Ainsi, le samedi 8 novembre, le jeune infirmier stagiaire à la clinique Pasteur, Salifou DIARRA, s’est présenté dans un état grave. Placé en isolement, il est décédé deux heures avant les résultats du test, le mardi 11 novembre, à la suite du virus d’Ébola.

Depuis, l’annonce, hier, du décès du jeune stagiaire, c’est devenu sauve qui peut: des infirmiers, patients hospitalisés à la clinique ont commencé à déserter les lieux. Ainsi, les autorités ont été alerté,la zone a été bouclée et la clinique a été mise sous quarantaine. Aussi, a-t-il expliqué, plus 150 à 200 personnes sont placées sous quarantaine au Mali.

Aujourd’hui, la sécurité autour de la clinique est assurée par la MINUSMA. Mêmes ceux qui étaient partis ont été retrouvés, a rassuré le conférencier.

Un cas hautement suspect, le Dr DJOUMADE, a été placé au camp d’isolement du virus Ebola à la CNAM.

Durant la durée de la quarantaine, les responsables de la cliniques respecteront à la lettre les consignes données par les autorités sanitaires et observé les 21 jours sans consultation.

Le président de la clinique a indiqué que même aux USA (New York, Washington), Espagne les médecins ont contractés le virus en entrant en contact avec les patients du virus.

Aujourd’hui, le Dr BABA a appelé de toutes ses forces le ministère, l’OMS, la CVD, le MSF a une gestion efficace.

S’agissant de sa clinique, qui n’a fait que son travail, le conférencier affirme haut et fort qu’elle a été la première victime et la première accusée. Il est sûr, c’est un coup dur pour la clinique Pasteur qui reçoit des patients de la MINUSMA, des coopérants et bien d’autres.

Précisons que le ministère de la Santé et l’OMS, bien qu’invités, ont brillé par leur absence la conférence du président de la clinique Pasteur

 

Par Hamidou TOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *