Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Patrouilles mixtes: l’heure de la sincérité et de bonne foi

Les groupes armés vont-ils enfin faire preuve de bonne foi ?
L’État qui avait déjà mis dans la cagnotte du Mécanisme opération de coordination (MOC), pour son fonctionnement, 5 milliards FCFA, vient de lui remettre 42 véhicules pick-up d’une valeur de plus de 2 milliards FCFA qui proviennent des 5 milliards. L’équipement ainsi disponible, à quand la première patrouille mixte ?

Tout dépend désormais de la bonne foi des groupes armés dont les listes des éléments désignés pour ces patrouilles sont toujours attendues. En vue de l’organisation des patrouilles mixtes entre les FAMA et les groupes armés (CMA et Plateforme) dans le nord de notre pays, prévu dans la cadre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, le gouvernement du Mali vient de mettre à la disposition du MOC 42 véhicules 4X4. L’opérationnalisation de ces patrouilles doit, à coup sûr, contribuer à l’amélioration de la sécurité dans notre pays, en proie à la violence djihadiste au quotidien.
Seul bémol, l’opérationnalisation des patrouilles mixtes est liée désormais à la fourniture des listes des éléments qui doivent prendre part à ces opérations. Effet, selon les termes de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, l’effectif de ces patrouilles s’élève à 600 éléments, composés de 200 des FAMA, 200 de la CMA et 200 de la Plateforme. Mais pour le moment, les ex-rebelles peinent à fournir la liste de leurs éléments pour les patrouilles mixtes. Et pourtant, ce travail, la première patrouille mixte, selon les termes de l’accord devait commencer, 60 jours après la signature de l’accord. Autant dire que le retard est considérable, dans ce domaine.
Si l’arrivée de ces matériels est un pas décisif, il n’en demeure pas moins que la mobilisation des combattants de part et d’autre en est une autre paire de manches. Car les groupes armés trainent toujours le pas pour fournir les listes de leurs éléments désignés pour cet objectif.
D’ailleurs, ministre de la Défense et des anciens combattants n’a pas manqué de soulignée lors de la cérémonie de remises des véhicules acquis : « c’est un pas décisif et expressif qui traduit la volonté clairement exprimée de l’État du Mali de participer et d’agir au renforcement de la confiance entre les forces armées et de sécurité du Mali, les groupes armés signataires de l’accord pour la paix et l’ensemble des populations maliennes ». L’objectif recherché de ce mécanisme est de réduire le vide sécuritaire pouvant naître avant, pendant et après le processus de cantonnement et de DDR.
C’est pourquoi le gouvernement en appelle à l’esprit de responsabilité de tous les acteurs du processus. Aujourd’hui, le constat qui se dégage, c’est que l’accord pour la paix et la réconciliation est foulé aux pieds par les groupes de la CMA qui procèdent chaque jour à une réimplantation de leurs bases, au détriment du processus de cantonnement privilégié par le gouvernement en vue du processus de DDR.
Aujourd’hui, il est clair que le gouvernement a donné suffisamment de preuves qui attestent de sa volonté d’aller de l’avant dans la mise en œuvre de l’accord de paix à travers plusieurs actions. Autant d’initiatives saluées, à leurs justes valeurs, par le chef de la MINUSMA, Mohamed ANNADIF, qui a estimé que cela démontrait une réelle volonté du gouvernement malien de prendre de l’avance dans l’application de l’accord. Pour nous permettre de sortir de l’impasse, il est impératif que le médiateur algérien et l’ensemble des membres de la communauté internationale qui l’accompagnent le processus de paix durcissent pour contraindre les ex-rebelles à se hâte enfin pour désamorcer la crise.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *