Search
dimanche 19 septembre 2021
  • :
  • :

PDREAS: formation des secrétaires généraux des mairies

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet de déploiement des ressources de l’État pour l’amélioration des services (PDREAS) pour le compte de la Cellule d’appui à la réforme des finances publiques (CARFIP), une session de formation en Gestion axée sur les résultats et en Budgétisation axée sur les résultats (GAR/BAR) est organisée à l’intention des secrétaires généraux des communes d’intervention.

La cérémonie d’ouverture de cette formation qui se déroule du 13 au 24 septembre était présidée, hier lundi, à la CARFIP, par Salif TRAORÉ, Expert en finances publiques, contrôle et audit. Il avait à ses cotés Ismaël Yoro DICKO, chef service communication, information de la CARFIP.
Dans ses propos introductifs, le chef service communication, information de la CARFIP a affirmé que cette formation a pour objectif de renforcer les capacités des participants, afin qu’une fois dans leurs localités respectives ils partagent les connaissances reçues avec ceux qui n’ont pas eu la chance d’y participer.
A son tour, Salif TRAORÉ, Expert en finances publiques, contrôle et audit, représentant le coordinateur de la CARFIP, a rappelé que le gouvernement a signé, le 12 juillet 2019, un accord de financement avec la Banque mondiale pour la mise en œuvre du Projet de déploiement des ressources de l’État pour l’amélioration des services et de riposte locale à la COVID-19 (PDREAS).
Selon lui, le but était d’améliorer la disponibilité et la rapidité du déploiement des ressources du gouvernement central au niveau des collectivités territoriales et centres de services, ainsi que la gestion et la reddition de compte sur l’utilisation de ces ressources par les collectivités territoriales et les centres de services.
« Le projet est mis en vigueur depuis le 02 décembre 2019 à hauteur de 50 millions de dollars américains (environs 29,2 milliards de francs FCFA) pour une durée de 5 ans. Il est attendu un montant de 44,8 millions de dollars américains (environs 26,18 milliards de FCFA) comme financements additionnels d’autres partenaires (AFD, Pays Bas, coopération Suisse) », a informé Salif TRAORÉ.
Il a expliqué que le projet était structuré autour de trois composantes: soutien au déploiement et à la gestion des ressources dans les collectivités territoriales et la riposte à la covid-19 ; renforcement des institutions et des capacités pour une gouvernance locale plus inclusive et plus responsable et la gestion de projet.
Aux dires du représentant du coordinateur de la CARFIP, ce projet vise à améliorer la fourniture des services tels que l’éducation et la santé. Des services qui sont essentiels et incontournables pour le bien-être des populations et pour l’émergence de citoyens conscients de leurs devoirs envers la cité.
« Cette intervention de l’État permet, non seulement, de renforcer notre processus de décentralisation par le transfert des ressources financières aux 102 communes d’intervention du projet, mais également, de créer les conditions d’une saine compétition entre les collectivités territoriales, afin que les autorités jouent pleinement les rôles qui sont les leurs dans la fourniture et l’amélioration des services aux populations », a soutenu l’expert en finances publiques.
Il a déclaré que cette formation en Gestion axée sur les résultats et en Budgétisations axée sur les résultats (GAR/BAR) était d’une grande importance dans les réformes majeures de notre pays. Des réformes qui ont pour objet l’amélioration de la qualité des services aux usagers, l’utilisation plus efficace et transparente des fonds publics, ainsi que le renforcement d’une gouvernance démocratique.
C’est pourquoi cet atelier de renforcement des capacités se veut un creuset d’échanges avec les acteurs locaux dans la mise en œuvre de dispositions nouvelles.

FANTA TRAORÉ
STAGIAIRE)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *