Search
mardi 12 novembre 2019
  • :
  • :

Perception illégale de frais de retrait de la carte NINA: la PCC-MALI exige la radiation des agents fautifs

« Les Maliens réclament leur carte NINA » ; « On demande la distribution de la carte NINA » ;« le PCC-Mali exige la carte NINA ou rien » ;« Non à la perception illégale des frais de retrait de la carte NINA » ;« Carte NINA pour tous sans corruption » ;« la carte NINA, mon droit », tels étaient entre autres les slogans des manifestants du meeting de protestation contre la perception illégale des frais de retrait de la carte NINA, organisé par la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage (PCC-MALI), ce vendredi 11 octobre 2019, devant la mairie de la commune I, à Korofina.
À ce meeting deprotestation, on notait la présence du Pr Clément Mamadou Dembélé, président de la PCC-MALI ainsi que plusieurs autres responsables d’associations et mouvements.

Devant le drapeau malien, le président de la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage a fait sa déclaration contre la mauvaise pratique des agents de la carte NINA.
Le Pr Clément Mamadou Dembélé, président de la PCC-MALI, a dit, dans sa déclaration, que la carte NINA est un droit constitutionnel à tous les Maliens. Il a toutefois déploré qu’au Mali, cette carte entretienne un grand réseau de corruption, depuis dix ans. Le président de la PCC-MALI a dit que son organisation avait reçu un recensement qui avait prouvé que des Maliens de l’extérieur avaient payé entre quatre cents jusqu’à mille cinq centseuros pour avoir la carte NINA. À cela s’ajoute le cas de gens qui avaient payé entre vingt-cinq mille à un million de francs CFA pour être dans leur droit.
S’agissant de l’intérieur du Pays, le Pr Dembélé a informé que tout récemment, des boursiers avaient payé jusqu’à vingt-cinq mille et trente mille francs pour avoir la carte NINA. Quand on fait un bilan du nombre de Maliens qui ont dû payer la carte NINA, il faut compterles milliards de francs CFA, le montant de la corruption, dans ce domaine. Pour le président de la PCC-MALI, c’est un phénomène de corruption au sein de l’administration malienne. Parce que pour lui, la carte NINA est un droit constitutionnel.
« C’est l’État malien qui exige aujourd’hui d’avoir la carte NINA pour tout le monde pour pouvoir mener ses démarches administratives, la façon la plus simple et la plus fiable. Or, l’État même n’accomplit pas son devoir d’offrir ou de faciliter les conditions d’accès la carte NINA, de façon transparente », a-t-il dénoncé.
Selon le président, cette manifestation avait pour objet de revendiquer un accès facile et transparent à la carte NINA. Car selon lui, des agents d’enregistrement et de la distribution de la carte NINA sont devenus de ‘’petits bandits’’ qui prennent de l’argent en échange de la carte NINA.
Le responsable de la PCC-Mali a dit qu’il était convaincu que l’enregistrement et l’impression de la carte NINA pouvaient se faire en dix minutes. Malgré que l’élection et toutes les démarches administratives soient liées à la carte NINA, ces agents ne font as le minimum d’efforts pour que tout le monde puisse accéder à ce document.
Le Pr Clément Mamadou Dembélé a regretté qu’il y a des Maliens de l’extérieur qui ont perdu leur emploi et leur séjour, pour défaut de carte NINA. D’autres en ont été bloqués lors de situation d’évacuations sanitaires.
« On ne sait pas et on ne comprend pas le silence ou le mépris des administrateurs maliens vis-à-vis de ce problème. Qu’on revienne au principe fondamental sans la carte NINA. On ne peut demander aux citoyens d’accomplir leur devoir civique tant qu’on ne met pas ces gens dans leur droit civique. C’est la corruption qui est à la base de ce problème de carte NINA», ont dénoncé les responsables de l’organisation du meeting.
Enfin, le président de la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage a invité les Maliens à ne plus accepter la perception illégale des frais de retrait de la carte NINA à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur. Il a exigé la radiation sans délai des agents fautifs. Que tout le monde refuse catégoriquement cette fraude de la part des agents de la carte NINA.
À noter que la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage au Mali envisage un autre meeting de protestation contre certaines structures de l’Etat (INPS, EDM sa, CMDT) sur le boulevard de l’indépendance.

PAR SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *