Search
mercredi 20 septembre 2017
  • :
  • :

Phénomène d’inégalités dans le monde: OXFAM dévoile son plan de lutte au Mali

A l’invitation d’OXFAM, les acteurs de la lutte anti inégalités étaient, jeudi dernier, au CICB pour le lancement officiel de la campagne mondiale et du Rapport d’OXFAM sur les inégalités dans le monde. Le phénomène a atteint une acuité insupportable et prive les plus vulnérables de toute espérance d’une vie normale et OXFAM compte la réduire, à travers un vaste plaidoyer qui s’étend sur trois ans.

L’événement s’est déroulé sous la présidence du ministre de l’Economie et des finances, Mme BOUARE Fily SISSOKO, en présence du représentant du maire du District de Bamako, Hady Modi SALL, de celui des organisations de la société civile, Dounantiè DAOU, du président de OXFAM- Mali, Mohamed COULIBALY.

Le représentant du maire du District a indiqué que les inégalités sont aujourd’hui au centre des préoccupations des élus.

«Malgré les efforts déployés, l’accès de nos populations aux services essentiels de base pose problème», a-t-il expliqué avant d’exhorter les citoyens à s’acquitter correctement du paiement des taxes et redevances.

Hady Modi SALL a aussi souhaité une meilleure gestion et répartition des ressources publiques.

Se référant au Rapport d’OXFAM, Dounantiè DAOU a fait remarquer que l’explosion, dans le monde, des inégalités économiques extrêmes date de ces 30 dernières années. Si bien que ces inégalités représentent aujourd’hui, l’un des plus grands défis économiques, sociaux et politiques de notre époque.

Notre pays n’échappe pas aux effets néfastes du phénomène, dit-il. Désormais, les inégalités classiques fondées sur le sexe, la caste, la race et la religion sont exacerbées par le décalage qui se creuse entre les nantis et les démunis. Cette augmentation rapide des inégalités économiques extrêmes représente un obstacle à l’éradication de la pauvreté à l’échelle mondiale, a-t-il soutenu.

Les organisations de la société civile, par sa voix, se sont donc engagées à s’impliquer davantage dans la campagne de l’organisation afin de réduire de façon significative les écarts entre les riches et les pauvres.

Le chargé de plaidoyer d’OXFAM-Mali, Yaya TOURE, a surtout mis l’accent sur le constat, selon lequel, les inégalités extrêmes nuisent à une croissance économique bénéficiant à la majorité.

Sur la base du Rapport, il a indiqué qu’en 2014, les 85 plus grandes fortunes du monde détiennent autant  de richesses que la moitié de la population de la planète.

Evoquant les causes de l’explosion inégalitaire extrême, observée aujourd’hui, Yaya TOURE a pointé du doigt les choix politiques et économiques délibérés.

Selon M. TOURE, deux facteurs ont eu un effet déterminant : le capitalisme sauvage et la mainmise des élites économiques sur le pouvoir politique.

Le directeur d’OXFAM- Mali enchainera en disant que le problème est devenu si préoccupant que le FMI et la Banque mondiale s’en sont appropriés.

Sur notre Continent où la population est très jeune, la démographie va imposer dans la lutte contre les inégalités un véritable défi dont l’acuité se fera ressentir dans les prochaines décennies, a fait constater M. COULIBALY.

Le président d’OXFAM a aussi plaidé pour l’égalité des genres avant d’insister particulièrement sur l’importance d’une fiscalité compensatrice.

Quant à la ministre de l’Economie et des finances, elle a rappelé l’engagement du gouvernement sur la question. Elle a soutenu que la cherche de solutions aux problèmes de base des jeunes, des femmes et des personnes âgées reste une priorité gouvernementale.

Mme BOUARE a exhorté  la société civile et l’ensemble des partenaires à œuvrer en synergie avec le gouvernement pour pouvoir avancer et gagner la lutte contre les inégalités.

 

Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *