Search
samedi 17 novembre 2018
  • :
  • :

Planification familiale: plaidoyer et dialogue entre religieux et jeunes

La coalition des organisations de la société civile a organisé, hier mardi, une journée de plaidoyer et de dialogue entre les leaders religieux et les jeunes de notre pays. Cette rencontre entre la communauté musulmane et la jeunesse a eu lieu au grand hôtel de Bamako.

plusieurs responsables religieux et organisations de la société civile ont participé à cette journée de plaidoyer et de dialogue. Il s’agit entre autres de M. Souleymane DOLO, président de la coalition des organisations de la société civile ; du Dr Boré Saran Diakité, représentant du ministère de la Santé et de l’hygiène publique ; de Madame Sorofè Traoré, présidente des jeunes ambassadrices ; Zeydi Makan Dramé, président du réseau Islam, population et développement ; du pasteur Kalan Djibril Touré, représentant de l’Église protestante. On y notait également la présence d’une centaine de participants. Les travaux de la cérémonie d’ouverture étaient présidés par M. Yacouba Garba Maiga, secrétaire général du ministère de la Jeune et de la construction citoyenne.
Dans son intervention, le Dr Boré Saran Diakité, représentante du ministère de la Santé et de l’hygiène publique a exprimé sa joie d’avoir pris la parole en cette circonstance de plaidoyer et de dialogue entre les leaders religieux et les jeunes de notre pays en faveur de la santé reproduction et du planning familial. Elle a fait savoir qu’au Mali, les données montrent que les jeunes constituent la plus large frange de la population. Selon la représentante du ministère de la Santé et l’hygiène publique, cette grande majorité de jeunes vit en milieu rural avec un niveau d’instruction faible et un accès limité à l’information. Aussi, sont-ils victimes de violences et de discriminations dans leurs milieux de vie où les conditions sont malsaines. Pour lui, la pauvreté, les inégalités, l’exploitation, les abus, la prostitution, la consommation de drogues, d’alcool et de tabac sont des fléaux auxquels sont confrontés nos jeunes durant leur parcours de vie. Le Dr Boré a ajouté que la récente crise qu’a traversée notre pays n’a pas été de nature à faciliter la consolidation des acquis en matière de la santé de la reproduction, de planification familiale. Selon elle, la problématique liée à la santé sexuelle et reproductive de nos adolescents et jeunes est une inquiétude pour tous les parents, une préoccupation plus que partagée par toutes les communautés. En outre, M. Yacouba Garba Maiga, secrétaire général du ministère de la Jeunesse et de la construction citoyenne, a indiqué que le nombre disproportionné d’adolescents et de jeunes peut entrainer des conséquences néfastes sur le développement, en général, en termes de ressources adéquates pour faire face à leur santé et leur éducation. M. Maiga a fait savoir que les adolescents et jeunes sont exposés à d’autres fléaux tels que la consommation de tabac ; d’alcool ; drogue ; la malnutrition ; le manque d’exercice physique…
Le secrétaire général a informé que d’immenses efforts sont consentis par le gouvernement du Mali avec l’appui de ses partenaires, mais que les défis à relever restent très grands. Selon lui, tous les acteurs la santé ; les structures de l’État et surtout les leaders religieux et les jeunes doivent contribuer chacun dans un domaine ou zone d’intervention à mener des actions essentielles pour réaliser de nouveaux progrès. Il faut, dit-il, encore dégager de nouvelles stratégies pour plus d’actions à forts potentiel d’impact en matière de santé sexuelle des adolescents et des jeunes.

PAR SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *