Search
vendredi 20 juillet 2018
  • :
  • :

Plateforme Handicap-VIH: lancement d’une campagne nationale plaidoyer

La Plateforme Handicap-VIH, avec l’appui l’ONG internationale Humanité et inclusion (ex Handicap International) et la Fédération ouest-africaine des associations des personnes handicapées (FOAPH), a procédé ce jeudi 12 juillet 2018 au lancement d’une campagne nationale de plaidoyer au siège de la FEMAPH à Bakaribougou.

La cérémonie officielle de lancement de cette importante campagne, en faveur des personnes handicapées et très souvent exposées aux risques de transmission du VIH, était présidée par la présidente de la Plateforme, Kouyaté Fanta KAMISSOKO, coordinatrice de la cellule sectorielle de lutte contre le VIH-SIDA du ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire, en présence du président de la FEMAPH, Moctar BAH, du représentant de l’ONG Humanité et inclusion, Ahamed Ag BIGA ainsi que des membres de la Plateforme.
Depuis janvier 2017, Humanité & Inclusion met en œuvre le projet régional VIH et Handicap en tant que récipiendaire principal, en partenariat avec la FOAPH sous récipiendaire du financement alloué par le Fonds Mondial.
A travers ce projet, il s’agit de contribuer à la réduction de nouvelles infections dans le groupe passerelle des personnes handicapées, en soutenant la promotion des droits humains et en s’attaquant aux obstacles juridiques. Il s’agit aussi d’améliorer leur accès aux services de prévention, de soins et de soutien relatifs au VIH via un plaidoyer régional.
Le projet de trois ans vise à répondre à des problèmes communs tels que les obstacles d’Afrique de l’Ouest, notamment au Sénégal, en Guinée Bissau, au Cap vert, au Mali, au Burkina Faso et au Niger.
Selon les responsables du projet, l’approche régionale a été retenue afin de maximiser les effets de l’action et d’améliorer significativement l’inclusion des services SSR/VIH en Afrique de l’Ouest pour les personnes handicapées.
La présente campagne, qui vient d’être lancée, vise à amener les décideurs nationaux à adopter des lois, politiques et programmes de santé VIH/Sida qui prennent en compte la situation des personnes handicapées en conformité avec le CRDPH au Mali d’ici fin 2019.
Afin d’influencer les politiques et réponses, relatives à la riposte au VIH pour une prise en compte de la dimension du handicap, un plan de plaidoyer national a été élaboré par le comité restreint de la plateforme VIH et Handicap.
En effet, les enquêtes démographiques et de santé du Mali (EDS-M III- IV et V) ont montré une prévalence au sein de la population générale de 1,7% en 2001 ; 1,3% en 2006 et 1,1% en 2012- 2013.
En 2016, on dénombrait 109.131 personnes vivant avec le VIH sur tout le territoire national. Des enquêtes et études montrent en outre un taux de prévalence encore plus élevé chez les trois populations clés, à savoir les professionnels du sexe avec 24,2% en 2009 ; les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes avec 13,7% en 2009 ; les usagers de drogues injectables où le taux est estimé à 5,1%.
Au regard de ces données, la prise en compte et l’inclusion de la dimension handicap devient une nécessité sinon une condition pour l’atteinte des objectifs. Plusieurs politiques en faveur des personnes handicapées ont été mises en place. Malgré ces avancées, d’énormes lacunes persistent quant à la prise en compte et l’inclusion de la dimension du handicap dans la mise en œuvre concrète des stratégies de réponses nationale relatives au VIH/Sida, constituant des barrières qui freinent l’accès des personnes handicapées aux services de soins et de santé liés au VIH/Sida.
C’est pourquoi, un plan de plaidoyer national a été élaboré par le comité restreint de la plateforme VIH et Handicap afin d’influencer les politiques et réponses relatives à la riposte au VIH pour une prise en compte de la dimension du handicap.
Le président de la FEMAPH, Moctar BAH, s’est félicité de ce projet qui est l’aboutissement d’un long processus en faveur des personnes, qui représentent 15% de la population malienne. Il estime que tout le monde doit s’en approprier et y apporter des éléments d’amélioration si nécessaire. « Les stratégies et budgets de riposte contre le VIH/Sida permettront aux personnes handicapées de jouir de leurs droits à la santé sans discrimination, fondée sur les services de santé qui prennent en compte les sexo-spécificités y compris des services de réadaptation », a-t-il indiqué.
Au nom du département de la solidarité et des personnes âgées, Kouyaté Fatoumata KAMISSOKO dira que la lutte pour la cause des personnes handicapées est une cause juste qui mérite l’accompagnement de tous. Ainsi, elle a assuré que le ministère ne manquera pas de son soutien à ce projet qui est un appui de taille pour le département qui œuvre au quotidien pour le bien- être des personnes handicapées.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *