Search
samedi 22 juillet 2017
  • :
  • :

Plateforme OUI AN SON NA: la commune I sensibilisée sur le Référendum

La Plateforme OUI AN SON NA a pris son bâton de pèlerin pour sensibiliser les citoyens sur le contenu du projet de loi constitutionnelle qui sera soumis au référendum dans les prochains jours. Le ton de cette série de rencontres avec les populations de Bamako et de l’intérieur a été donné en commune I du district de Bamako. C’était le mardi 11 juillet à la faveur d’un meeting sur le terrain de Korofina.

Le meeting était animé par le 1er vice-président de la Plateforme, Aboubacar CAMARA ; en présence du Porte-parole, Mamadou N’DIAYE ; du secrétaire général, Youssouf GUINDO…
Dans ses mots de bienvenue, le représentant du maire de la Commune I, Oumarou TOGO, a affirmé qu’il existait aujourd’hui des tiraillements entre les partisans du Oui et du Non de la réforme constitutionnelle. Pour lui, c’est cette contradiction qui fait la beauté de la démocratie malienne et prouve en conséquence son bon état de santé. Il a appelé les protagonistes à expliquer aux populations le contenu du texte tout en privilégiant l’intérêt du pays. Selon lui, à l’issue de ce processus, il n’y aura pas de perdant ni de vainqueur, car seul le Mali sortira Grand.
Le 1er vice-président de la Plateforme OUI AN SON NA, Aboubacar CAMARA, a expliqué pourquoi ils se sont engagés à soutenir cette révision constitutionnelle du président Ibrahim Boubacar KEITA. Il a rappelé qu’en 2013, les Associations membres de la Plateforme OUI AN SON NA ont soutenu la candidature du président IBK. Selon M. CAMARA, pour eux le président IBK est la solution aux problèmes que notre pays connait et de ce fait, il est logique qu’il bénéficie de leur soutien dans tout ce qu’il entreprendra au cours de son mandat.
Aboubacar CAMARA a expliqué qu’aujourd’hui la révision constitutionnelle est une nécessité si bien que tous les présidents de l’ère démocratique dans notre pays ont manifesté leur volonté de le faire. Pour le 1er vice-président de la Plateforme, cette révision permettra de prendre en compte dans la Constitution, certains principes de la démocratie et adapter le texte fondamental au contexte actuel du pays. Il a, au passage, salué le président Ibrahim Boubacar KEITA pour avoir respecté toute la procédure dans cette révision constitutionnelle.
Le porte-parole de la Plateforme, Mamadou N’DIAYE, a rappelé que beaucoup de rencontres ont été menées auprès des personnes ressources autour du projet de texte de révision constitutionnelle. Il a souligné que les Maliens sont unanimes que notre démocratie présente beaucoup de défaillances, d’où la nécessité de faire une révision constitutionnelle pour adapter la Constitution aux réalités du moment.
Le porte-parole a insisté sur certains points essentiels du texte dont les populations ignorent. Il s’agit entre autres de la constitutionnalisation de la Décentralisation ; de la prise en compte de la haute trahison ; de l’introduction du Senat… Il a insisté sur le fait que ces dispositions du texte font l’objet de fausses allégations.
Le porte-parole de la Plateforme a catégoriquement démenti les fausses rumeurs qui font croire que le texte autorise le mariage homosexuel dans notre pays. Selon lui, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, que certains prennent comme preuve, a été ratifiée par 54 États, dont des pays islamiques de la sous-région. Mamadou N’DIYE a expliqué qu’aucun passage de la Charte ne parle du mariage homosexuel.
Pour sa part, le secrétaire général de la Plateforme, Youssouf GUINDO, a appelé les populations de la commune I à ne pas se laisser instrumentaliser par certaines personnes qui ont d’autres agendas cachés. Il a invité les concitoyens à lire le texte au lieu de se fier aux rumeurs et autres colportages.
Enfin, les conférenciers ont déclaré que voter OUI à cette révision constitutionnelle, c’est contribuer à la recherche de solutions aux problèmes que notre pays fait face ces dernières années.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *