Search
samedi 23 juin 2018
  • :
  • :

Plateforme/CMA: la dynamite

Alors qu’à la base, les membres de la CMA et de la Plateforme se côtoient quotidiennement à Kidal, au sommet c’est un désamour qui fait planer une réelle menace sur le processus de paix et de réconciliation. En cause, une sombre affaire de sous.

Selon des sources locales, si la Plateforme s’est rebiffée et fait savoir qu’elle ne participait plus aux travaux du Forum de Kidal, en fin mars dernier, dans le quotidien, c’est le statu quo à Kidal. L’on apprend en effet que les éléments du GATIA qui étaient entrés dans la ville, le 2 février dernier, y sont toujours et vaquent tranquillement à leurs occupations.
Par ailleurs, le consentement de la CMA, quant à l’admission de trois membres de la Plateforme dans chacune des six sous-commissions de gestion de la ville de Kidal, n’est pas remis en cause, rapporte-t-on.
Entre les membres des deux Mouvements qui cohabitent à Kidal, il n’y a aucune espèce d’animosité. Dans tous les cas, les combattants du GATIA qui sont à Kidal en sont des ressortissants. Ils ne peuvent qu’être les bienvenus chez eux.
Par contre, au sommet, à savoir au niveau des directions politiques de la Plateforme et de la CMA, souffle un vent sibérien depuis quelques jours. Officiellement, l’on se garde de parler de divorce, mais il est évident que ce n’est plus le grand amour en ce moment entre ces Mouvements armés qui avaient poussé la réconciliation au point de décider que l’un pouvait engager l’autre. En cause, apprend-on, la gestion des sous octroyés par le Gouvernement pour l’organisation du Forum de Kidal. D’ailleurs, c’est le porte-parole de la Plateforme, Me Harouna TOUREH, qui a révélé le montant réel qui est de 500 millions.
Selon de nombreuses indiscrétions, le Forum se tenant à Kidal, il revenait de facto à la CMA le droit de conduire son organisation. Ce qui, a priori, ne posait aucun problème à la Plateforme.
Les divergences de vues seraient intervenues au niveau de la gestion des sous. Étant maîtresse de l’organisation, la CMA aurait trouvé logique de monopoliser la bourse. En a résulté le boycott des travaux du Forum de Kidal par la Plateforme.
Il y avait-il un deal entre les deux Mouvements de partager l’argent donné pour l’organisation du Forum et que la Plateforme a été flouée par la CMA ? La question a toute son importance. Et pour cause ! Alghabass Ag INTALLA, dans son mot de bienvenues à ses hôtes, à l’ouverture du Forum de Kidal, a souligné : « c’est le lieu de rappeler que ce forum avait été convenu entre la CMA et la Plateforme pour parachever cette dynamique de réconciliation chèrement acquise et soutenue par le Gouvernement du Mali et la communauté internationale ».
Il a également rappelé : « les leaders de la CMA et de la Plate-forme ont initié à partir d’Anafif une série de rencontres inter et intracommunautaires pour aplanir les différends entre individus et entre communautés ».
Autant dire que ce Forum de Kidal était vital, d’autant, à en croire Alghabass, si l’on note des avancées réelles sur plusieurs plans (libre circulation des personnes et des biens, stabilisation des campements et des villes, accès aux services sociaux de base), persiste le problème de l’inaccessibilité de certaines zones aux populations. Il a déclaré à cet effet : « cependant, il y a encore des zones dans l’Azawad où les populations ont des difficultés réelles pour se mouvoir. Ceci doit être rapidement traité par la CMA et la plateforme pour que la libre circulation des personnes et des biens soit une réalité dans tout l’Azawad ». Il est alors inexplicable que face à une telle équation à résoudre et qui n’est certainement pas la seule, que la Plateforme se rebiffe et boycotte les travaux du Forum.
Ce qui est évident c’est que la CMA a su faire preuve de repartie à cette défection spectaculaire de la Plateforme. En effet Alghabass faisait savoir : « l’absence de la plateforme à cet événement d’importance capitale malgré l’espoir qu’il a suscité chez les populations et la communauté internationale ne doit pas freiner notre élan dans la poursuite du plaidoyer en faveur de la paix et de la cohésion sociale entre toutes les populations de l’Azawad ». En clair la CMA est prête à se passer de la Plateforme pour la suite du processus de paix et de réconciliation. Ce qui représenterait un inquiétant recul pouvant avoir des conséquences sur plusieurs plans, dont l’entente entre les communautés, l’application des arrangements sécuritaires et la libre circulation des personnes et des biens.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *