Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Police nationale: des interventions héroïques

Alors que l’actualité nationale est vampirisée par les opérations militaires, dans le cadre de la lutte anti-terroriste, au nord comme au centre du pays, une bonne nouvelle vient rompre le train-train sécuritaire d’attaques, de ripostes avec son corollaire de morts, de blessés et de déplacés. La Police dans la capitale fait parler d’elle autrement que par les rackets, à travers des interventions aussi spectaculaires que salvatrices et rassurantes pour les populations civiles vivant dans un climat anxiogène.

Cette publication sur la page d’un élu communal de Kanadjiguila est le nec plus ultra de la reconnaissance des populations par le biais de leurs représentants à un agent pour qui la mission de sécurisation des personnes et des biens n’est pas un vain bon : ‘’Bonjour, chers amis. Joignez-vous à la Mairie de la commune rurale du Mandé pour magnifier et rendre hommage à la bravoure, bravoure d’un jeune policier du Groupement d’Intervention de la Police Nationale (GIPN). Il s’agit du sergent Bagaga qui a à lui tout seul mis en déroute une bande de malfrats au niveau du terrain de l’école privée de Kanadjiguila et en a pris un.
C’est pourquoi, les responsables de la Mairie l’ont invité ce matin 15 février 2021 pour le féliciter et aussi signifier toute leur gratitude à sa hiérarchie’’.
Cette bravoure qui semble contagieuse se propage prodigieusement dans la même zone (Sébénikoro est à un njet de pierre de Kanadjiguila) pour le plus grand bonheur de la population. C’est ce qu’atteste éloquemment ce communiqué : ‘’le Commissaire Divisionnaire de Police Santigui KAMISSOKO, Commissaire en charge du 9ème Arrondissement de Bamako informe la population que dans la nuit du 17 février 2021 aux environs de 20 heures à Sébénicoro en face du Lycée Mamadou M’Bodge, une dame a été braquée par deux individus et dépossédée de sa moto Djakarta. Après leur forfait, les deux suspects ont tiré sur des usagers avant de prendre la route vers le centre-ville. Ils ont été poursuivis par le Sergent Issa T. TRAORE du Groupement d’Intervention de la Police Nationale (GIPN). Ils ont tiré sur ce dernier au niveau de l’agence BNDA de Sébénicoro. Ce dernier a riposté blessant grièvement les deux suspects qui ont succombé des suites de leurs blessures. Une des balles des assaillants a atteint le Sergent à la cuisse. Tout le personnel du commissariat souhaite prompt rétablissement au Sergent’’.
Ces interventions périlleuses forcent le respect et l’admiration de la population pour un corps avec qui elle entretient des relations souvent ombrageuses quand elles ne sont pas carrément conflictuelles. Ainsi, autant ceux qui se sont distingués par des hauts faits d’armes méritent-ils la reconnaissance de la population, à l’instar des élus communaux de Kanadjiguila, autant la hiérarchie devrait-elle y sacrifier. A cet égard, les communiqués laconiques du genre de celui de ce Commissaire de Police en charge du 9e Arrondissement de Bamako n’incitent guère à l’émulation, au dépassement de soi. En effet, si le Commissariat a souhaité prompt rétablissement au Sergent Issa T. TRAORE, ce qui rentre l’on était en droit de s’attendre à ce qu’il lui adresse ses chaleureuses félicitations, en attendant bien sûr qu’on pense à lui décerner une médaille, en guise de reconnaissance de la nation envers un de ses fils qui a mis sa vie en danger pour la sécurité et la tranquillité d’autres.
In fine, les prouesses de ces deux agents et probablement celles de nombreux autres anonymes, à Bamako comme ailleurs à travers le pays, se déteignent sur l’ensemble de la Police et contribueront à changer le regard sur ce corps à la réputation souvent sulfureuse. Sécuriser les personnes et les biens, pour sécuriser sa réputation, c’est cela qui devrait être le challenge que certains relèvent admirablement et devrait légitimement pouvoir nourrir l’espoir que leurs exploits feront tache d’huile pour une Police au service de la Population.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *