Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Police : des recalés très bavards

Dans une mise au point publiée sur sa page Facebook, les Syndicats Unifiés de la Police Nationale se sont insurgé contre le discrédit que jette le collectif des recalés du concours d’entrée à la Police sur le corps. Face à cette campagne médiatique jugée malsaine, les Syndicats Unifiés de la Police Nationale invitent les autorités de la transition de mettre fin à ces collectifs de recalés. Une mise au point qui a relancé la polémique sur la transparence des concours d’entrée à la Police nationale. Voici votre Facebokan du jour…

Syndicats Unifiés de la Police Nationale : nous demandons aux autorités de la transition de mettre fin à ces collectifs de recalés. La Police Nationale n’est pas la seule corporation qui organise les concours. Et pour être admis, il faut remplir les critères acquis. On dit concours et non un examen donc, c’est un quota bien déterminé. A l’examen tout le monde peut être admis, mais tel n’est pas le cas du recrutement.

Diabate Cheick : il y a des gens vraiment désolées comme ce policier. Pourquoi la Police nationale a des syndicats ? Réponds à cette question et je reviens.

Amadou Peulby Diallo : Mais pourquoi pas les autres corps. Allez-y réclamer vos droits là-bas. Et pourquoi vous détestez la Police, mais vous voulez être Policier. Vraiment c’est la honte totale.

Abdoulaye Djongo : cette corporation n’est ni pour toi ni pour ta hiérarchie. La Police est nationale et non pour un groupe oligarchique. Je suis l’un des initiateurs de cette affaire de recalés, nous sommes avec nos preuves. S’il arrive que nous marchions hors la loi, qu’on nous pénalise. Vous en tant que policier, vous devez savoir quelque chose, ce que vous appelez corporation est nationale, c’est mon choix. Je l’ai choisi, j’ai postulé en 2019 deux ans, à la dernière minute. Nous sommes devenus des recalés. Nous avons des preuves, parmi l’une de nos preuves, un recalé en épreuve sportive est admis définitivement, sans faire la visite corporelle ni l’épreuve écrite. C’est quoi le projet ? La corruption bat son plein gré, vous n’êtes pas les seuls fils du Mali, nous sommes la jeunesse, nous sommes les piliers de l’avenir.

Fousseyni Traore : Mon cher ami, je suis d’accord avec toi. Très bien dis.

Hairai Tieni Mandi Sarafo : Vive la vérité. Vive les recalés.

Yaya Traoré : Heee, il faut bien écouter ce qu’on vous dit, l’autre jour sur Actu-Mali. Il ne faut pas réagir tant que vous n’avez pas de preuve. Ben pourquoi on ne réclame pas nos droits, nous sommes des Maliens non, il faut dire tout simplement que la manière se passe en ta faveur. Nous les fils de pauvre de ce pays, c’est Dieu notre arme de guerre, sinon on ne manifeste jamais avec des manchettes, pistolets ou autres choses illicites. Dieu est notre seul espoir, tout le monde sait ce qui se passe au Mali.

Papou LE Méchant : Tout est avéré, mais il faut aussi comprendre que la jeunesse malienne souffre en général, les démunis en particulier, dans le recrutement.

Senateur DE Bouctou : C’est aux dirigeants de mettre fin à la corruption. Le recrutement de la police est juste du mensonge. Donc, au lieu de vous en prendre aux recalés, essayez d’arrêter la corruption et de prendre les plus méritants.

Attaher Ag Elmehdi : Qu’est-ce qui ont créé ces collectifs ? C’est la question qu’il faut poser. Il y en eu ensuite à un recrutement à la protection civile. Mais ça s’est limité à ce cas. Allez savoir pourquoi. Ne cherchez pas à museler des victimes d’injustices par la force. Sinon, apportez un démenti aux preuves qu’ils ont présentées.

Lamine Berthé : On sait comment tu es admis. Dis à ces autorités de mettre fin à la corruption dans les recrutements. Comme tu dis que ce n’est pas un examen. Un candidat qui a échoué à l’épreuve sportive comment peut-il être admis aux résultats définitifs, c’est impossible. Ces jeunes ne demandent que des explications venant de la part des autorités et de les mettre dans leurs droits.

Idrissa Maiga : Qu’ils acceptent leur échec et aillent déposer leurs dossiers pour le nouveau concours ; sinon ils ont perdu depuis les 1ere épreuves.

Abdoulaye Abdoul Cissoko : Il va falloir revoir les méthodes de recrutement au sein de la Police. Il y a trop de magouilles, sinon la Police n’est pas la seule corporation à faire des recrutements. Mais pourquoi il n’y a trop de bruits qu’à la Police seulement ?

Sidiki Coulibaly : Vous savez au Mali, si tu n’as pas quelqu’un à la tête du pouvoir, toi tu es dedans comme un reptile qui est dans l’eau.

Ichaka Coulibaly : Mais ils sont des preuves, il faut d’abord mettre fin à la corruption.

Coulibaly Oncle de Youssouffa : Depuis la première fois, on avait souligné que ça ferait une jurisprudence ; mais ils ont fait ce qui les arrangeait à l’époque, mais le problème persiste toujours!

Bah Alassane : Demandez aux autorités de la transition aussi de mettre fin aux magouilles lors du recrutement.

Adama Karse : Est-ce qu’ils sont réellement des recalés ? Est-ce que ce collectif ne serait pas en train de faire l’affaire des autorités. Je doute très fort si les fils recalés de paysans, auront la chance de se faire recruter sur cette fameuse liste des recalés.

Konaté Bourama : Moi seul je peux mettre fin à ça, Walaye ! Cette histoire de recalés, on peut allez chez eux un a un, on saura la vérité.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *