Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

Poulo à propos du CNT: « je n’accepte pas qu’on tire au sort nos représentants »

Le Président de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM) Housseini Amion GUINDO a désapprouvé hier l’approche du Président de la Transition pour la mise en place du Conseil national de la Transition (CNT). « Ce qui se trame est une insulte pour le peuple malien », a-t-il dénoncé. D’où son appel à un sursaut national.

Après de longues semaines d’attente, le Président de la Transition Bah N’DAW vient de signer deux décrets portant répartition et le mode de désignation des membres du Conseil National de la Transition (CNT). Sur les 121 membres, 22 seront des militaires. Et les autres organisations de la société civile et des partis politiques ont 48 heures, qui ont expiré hier mercredi, pour donner les noms de leurs représentants. Sur ce sujet, le Président de la CODEM, Housseini Amion GUINDO, que nous avons pu joindre, n’a pas porté de gants pour dénoncer la démarche.
« Les décrets me désespèrent de la capacité de Bah N’DAW à diriger la Transition. Par la même occasion, il étale sa méconnaissance du fonctionnement de l’État », a déclaré le Président du Parti CODEM, très en colère contre les deux décrets du Président de la Transition sur la clé de répartition du CNT et les modalités de désignation de ses membres.
Dans le fond comme dans la forme, l’attitude du Président Bah N’DAW infantilise et méprise toutes les forces vives de la nation. Dans l’un ou l’un l’autre cas, le Président de la Transition viole allègrement les principes de fonctionnement de l’État. Certes, le pays traverse une période transitoire ; mais sa gestion doit tout de même être conforme aux textes de la République. « La tutelle de la politique est le ministre de l’Administration territoriale. Entre nous, il y a un cadre de concertation où des échanges et des débats sont tenus autour de certains sujets avant qu’une décision ne soit prise. Rien de tout cela n’a été fait », a soutenu Poulo pour qui la démarche du Président de la Transition est inacceptable.
Il se dit également sidéré de l’ultimatum donné aux forces vives de la nation par Bah N’DAW pour la désignation de leurs représentants au compte du CNT. « Ils ont pris près de deux mois pour signer ces décrets. Et maintenant, ils viennent nous donner 48 heures pour les choix en oubliant qu’il y a 217 partis politiques qui doivent se concerter pour désigner 22 personnes parmi lesquelles 11 seront retenues », a pointé du doigt Housseini Amion GUINDO.
Sur le fond, le responsable de la CODEM est aussi contre que le Président de la Transition qui donne la latitude au Vice-président Assimi GOITA de s’occuper de la liste des membres du CNT, contrairement à sa mission consignée dans la Charte de la Transition à laquelle ils ont juré d’être fidèles. « Ce ne sont pas à eux de choisir nos représentants. Le CNT est un organe de représentativité et non un organe de nomination. Je n’accepte pas qu’on tire au sort nos représentants. C’est du banditisme que le Président est en train de faire. Ou il ne sait pas comment marche un État ou il est incapable ; alors qu’il se démet de sa responsabilité », a-t-il déclaré. Selon lui, les missions principales du CNT sont politiques et électorales. Mieux, on ne peut pas réformer l’Etat sans les hommes politiques, a fait remarquer Housseini Amion GUINDO. A cet effet, les nouvelles autorités, à travers le Président Bah N’DAW, ne peuvent pas écarter les politiques. Or, l’État repose sur la démocratie et la classe politique est animatrice de cette démocratie que l’on a opté. « Ils ne sont pas plus patriotes que nous », tempête-t-il, avant d’appeler à un sursaut national de toutes les forces de la nation face à cette situation.
Par ailleurs, dans cette condition, le Président de la CODEM affirme que son Parti n’enverra pas de CV pour siéger au sein du CNT. « La CODEM ne sera pas de queue devant Assimi GOITA », a-t-il indiqué. De même, il se réserve le droit de reconnaître le CNT et les décisions qu’il prendra.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *