Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Préfectorale: militarisation aux forceps

Le fossé entre les autorités de la transition et les syndicats pourrait s’agrandir davantage. Outre les propos du président de la Transition qu’ils jugent outranciers et inacceptables, la modification ce mercredi matin par le gouvernement du Décret n° 2015-0067/P- RM du 13 février 2015 fixant les conditions de nomination et les attributions des Chefs de Circonscription administrative pour lui permettre de nommer des militaires aux postes réservés au corps préfectoral pourrait embraser un peu plus le front social déjà embrasé.

Au cours de sa session ordinaire tenue par visioconférence, ce 16 décembre 2020, en l’absence de Bah N’Daw, le gouvernement a adopté un projet de modification du Décret n° 2015-0067/P- RM du 13 février 2015 fixant les conditions de nomination et les attributions des Chefs de Circonscriptions administratives.
Jusqu’à ce mercredi, le Décret prévoyait la nomination dans chaque circonscription administrative, un Représentant de l’État qui prend le titre, selon le cas, de Gouverneur, de Préfet et de Sous-Préfet.
Le Représentant de l’Etat est chargé de diriger l’action de l’Etat dans la circonscription, de coordonner, d’orienter et de contrôler les activités des services déconcentrés sous son autorité.
Il représente le Président de la République et l’ensemble des membres du Gouvernement dans sa circonscription administrative.
Le décret prévoyait que les Préfets et les Sous-Préfets étaient nommés parmi les administrateurs civils, les secrétaires d’administration et les attachés d’administration conformément à la loi portant statut du corps préfectoral.
Désormais le gouvernement de Transition a pris la décision d’élargir les possibilités de nomination des Préfets et des Sous-préfets à d’autres corps de la fonction publique et aux personnels des Forces armées et de Sécurité. Il s’agit pour le gouvernement de tenir compte de l’insuffisance du personnel du corps des administrateurs civils et du corps préfectoral et de la situation sécuritaire du pays. Selon le gouvernement, son adoption permettra de résoudre les difficultés rencontrées en matière de nomination des Représentants de l’État au niveau des circonscriptions administratives.
Pour les syndicats cet élargissement est une violation manifeste de la loi portant statut du corps préfectoral. Pour les responsables syndicaux de la Plateforme d’actions communes des agents de l’État et des collectivités en grève illimitée depuis plusieurs semaines déjà, il s’agit en vérité de caser des militaires putschistes qui n’ont pas eu de places depuis le coup d’État. Un processus qui a commencé depuis quelques semaines et qui se poursuit en toute illégalité.

Par Abdoulaye OUattara




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *