Search
dimanche 21 octobre 2018
  • :
  • :

Premier tour de la présidentielle: le SADI demande une annulation du scrutin

La cour de la Bourse de travail de Bamako a été prise d’assaut, hier mercredi, par les militants du parti SADI, avec à leur tête le Dr Oumar MARIKO. L’objectif de cette assemblée générale était de demander à la Cour constitutionnelle d’annuler le premier tour de l’élection présidentielle, tenu le 29 juillet dernier. Selon le parti SADI, l’exercice auquel les maliens avaient été conviés n’a été qu’une mascarade électorale.
Certains ténors de l’opposition malienne avaient pris à cette rencontre, dont notamment Mamadou Hawa GASSAMA de l’URD, M. Modibo SANGARE du parti UNMPR ainsi que des activistes et chroniqueurs, dont le président d’honneur du CDR, M. Boubou LAH.
Des appels aux maliens pour sortir massivement afin de contester le résultat du premier tour de la présidentielle du 29 juillet, des mots hostiles aux responsables de l’actuel gouvernement, traités de menteurs et de voleurs, des affiches du Dr Oumar Mariko : voilà le climat qui prévalait à cette assemblée générale, où était également conviée la presse nationale et internationale.
D’entrée de jeu, Me Mariam DIAWARA a, comme ses camarades, qualifié le scrutin du 29 juillet de scrutin émaillé de vols et de fraudes. Selon elle, il n’a y pas de loi au Mali, puisque les dirigeants actuels ont, selon elle, piétiné toutes les bonnes lois de notre pays au profit de la nouvelle loi. Le parti SADI, poursuit-elle, a fait des recours au niveau des institutions juridiques sous régionales et internationales pour contester cette loi en vain. « Le Dr Mariko, avec l’appui de ses avocats, a saisi la cour de la CEDAO ; nous n’avons pas eu gain de cause. Le motif de rejet de notre requête a été que seul le Dr MARIKO a déposé une requête pour une question nationale. Si toute l’opposition nous avait suivi à l’époque, cette mascarade électorale n’aura pas eu lieu», a-t-elle dit, avant d’appeler les participants à la révolution et à lutte acharnée pour revendiquer une annulation pure et simple de cette élection.

M. Modibo SANGARE a salué, au nom de son parti, la détermination du parti SADI et celle de la jeunesse malienne pour changer cette qui, selon lui, n’est pas à la faveur du citoyen lambda du Mali. Pour en revenir à l’élection du 29 juillet, M. SANGARE a fait des révélations sur le comportement d’un préfet, dont il a tu la circonscription de vote. « Dans cette zone, le préfet a brûlé le vote de tout un peuple et en lieu et place, ce sont des urnes bourrées qui ont été acheminées à Bamako pour la centralisation. Pour faire taire les autres agents des bureaux de vote de la zone, chacun allait signer le procès-verbal du préfet, moyennant une enveloppe remplie d’argent. En commune III aussi, des urnes remplies étaient chez un baron du pouvoir qui donnait de l’argent aux gens pour apposer leurs empreintes digitales sur des feuilles d’émargement. Nous demandons donc, avec toutes ces anomalies, une annulation pure et simple du scrutin du 29 juillet », a-t-il exigé. Comme Me DIAWARA, il a lui aussi appelé les participants à prendre d’assaut la rue pour proclamer l’alunation de cette élection.
Concernant la sensibilisation des leaders religieux pour la prévention de crise postélectorale, Modibo SANGARE a au contraire invité les populations à sortir pour le sacrifice ultime pour le bonheur du pays. « Sortez massivement pour votre pays ! Si vous êtes tués sur ce terrain, vous serez dans le paradis. Donc sortez massivement pour nous débarrassez de ce système », a-t-il lancé à la foule.
Quant au Dr MARIKO, il a pointé du doigt la présidente de la Cour Constitutionnelle qui, selon lui, est responsable et comptable de toutes les dérives constitutionnelles du Mali, de 1991 à nos jours. «Mme la présidente de la Cour Constitutionnelle, vous avez fait trop de mal au peuple malien. Vraiment, pour vous racheter devant Dieu et les hommes, annulez ce scrutin pour le bonheur des maliens. Madame la présidente de la Cour Constitutionnelle, vous avez le choix entre le Mali paisible et une république en crise. Donc, soyez sage, en prenant la bonne décision, celle de l’annulation de ce scrutin. Car nous n’allons pas accepter cette mascarade électorale et nous allons manifester notre refus », a-t-il lancé en guise d’ultimatum !
Pour finir, le président du parti SADI a appelé l’ensemble de l’opposition à l’union sacrée pour une alternance effective au Mali.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *