Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Présidence du haut conseil des collectivités: Oumar Ag Ibrahim ne sera candidat à sa succession

Oumar Ag Ibrahim n’est plus candidat

Les journées nationales des communes ont démarré, hier lundi, au CICB, sous la présidence du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar KEITA, en présence du ministre de la Décentralisation et de la ville, Ousmane SY. Cette édition, 13ème du genre, au-delà des retrouvailles,  est une opportunité pour les élus locaux de mieux mutualiser leurs efforts pour juguler la crise et accompagner le processus de paix, lancé par les autorités nationales.

La rencontre a enregistré la présence des présidents de l’Association des municipalités du Mali (AMM), Boubacar BAH, et du Haut conseil des collectivités, Oumarou Mohamed Ag IBRAHIM, ainsi que du maire de la CIII du District de Bamako, Abdel Kader SIDIBE.

Le thème retenu cette année est : «Les collectivités territoriales dans le processus de paix et de réconciliation nationale». A côté de ce thème central, on pouvait lire dans la salle Djéli Baba SISSOKO du CICB, des slogans : «Les élus locaux s’engagent dans la paix et la réconciliation nationale», «La paix : facteur de cohésion et de développement» ; «Les collectivités territoriales : espaces de développement économique, social et culturel, dotées des compétences et des ressources appropriées, fonctionnent effectivement et offrent durablement aux populations des services de qualité, à travers un processus participatif».

Le maire de la CIII du District a souhaité la bienvenue aux participants à cette fête des élus locaux sur les questions de relance économique de leurs communes respectives. Il a adressé une motion spéciale aux élus des communes des régions du Nord de notre pays qui ont déployé et continuent de déployer des efforts pour que le calme précaire qui règne actuellement dans leur localité soit.

Quant au président de l’AMM, il s’est réjoui du retour de l’événement, après deux éditions ratées, à cause de la crise sécuritaire qui a frappé le pays.

Depuis 2012, à la suite de la crise multidimensionnelle, l’AMM a lancé plusieurs initiatives pour minimiser les effets de cette situation, sans précédente sur les populations de notre pays, a-t-il expliqué. Ainsi, il a été décrété, dès novembre 2012, par l’AMM, la décentralisation intégrale et immédiate. Dans cette mouvance, le projet ‘’200 Communes du Sud aident 200 Communes du Nord’’ a vu le jour et a permis aux enfants de plusieurs collectivités du Nord de bénéficier de la solidarité manifeste de nombreuses Communes du Sud, a indiqué Boubacar BA.

Aussi, l’AMM a-t-elle initié, des tournées dans les camps de réfugiés dans les pays voisins, tels que le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger.

Ces actions, a souligné le président de l’AMM, ont permis de coudre ou de tenter de coudre une partie du tissu national, mis-en mal par la crise multidimensionnelle.

Il ressort des explications du président de l’AMM que c’est surtout les ressources financières et souvent les compétences qui font défaut aux collectivités pour relever les défis.

Plaidoyer pour une police municipale

M.BA a également plaidé pour l’effectivité d’une police municipale aux mains des collectivités. Il a invité le Président de la République à s’impliquer pour que les démarches déjà entamées par l’AMM, dans ce sens, puissent favorablement aboutir dans les meilleurs délais.

Pour lui, il s’agit maintenant de renforcer ces atouts pour qu’Etat et les collectivités conjuguent ensemble leurs intelligences afin d’insuffler une nouvelle dynamique, non seulement à la décentralisation, mais aussi à la gestion des affaires publiques du Mali.

Quant au président du Haut conseil des collectivités, il a fait savoir qu’une décentralisation bien reçue apporte des solutions à l’ensemble des préoccupations des Maliens, à savoir la préservation de l’unité nationale du pays, sa laïcité, sa gestion démocratique, ainsi qu’aux problèmes sociaux de base.

A l’entame de cette fête consacrée aux élus locaux, Oumarou Ag Mohamed IBRAHIM a tenu à annoncer qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession au poste de président du HCC.  Il a profité de l’occasion pour remercier surtout les conseillers municipaux qui lui ont toujours accordé leur confiance afin qu’il puisse accéder à ce poste.

A son avis, de sa création à ce jour, beaucoup de chose ont été faites pour que le HCC soit une institution de référence dans notre processus démocratique et de décentralisation.

Le Président de la République, pour sa part, a exprimé toute sa conviction à la politique de décentralisation comme moyen de développement de nos communautés et d’expression des diversités dans l’union. IBK s’est réjoui du choix du thème de la rencontre et a soutenu que tout le Mali aspirait actuellement à la paix. Le défi de la paix, a déclaré le Président IBK, sera relevé, «malgré les élucubrations d’une minorité de vouloir prendre en otage tout un pays. Car, le Mali est un peuple qui a construit son unité, sa diversité culturelle, à travers les siècles».

Par ailleurs, le Président  IBK a donné l’assurance que le processus de négociation à Alger va se poursuivre jusqu’à son terme.

Aussi, a-t-il fait savoir, sans paix aucun développement n’est possible. C’est dans ce cadre qu’il n’a pas manqué de dénoncer la non ouverture des écoles à Kidal, à l’image des autres localités du pays. Cet état de fait est inacceptable, selon le président de la République.

Le président de l’AMM a remis le mémorandum des collectivités au Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA.

Par Sidi DAO et Mariama KABA (Stagiaire)

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *