Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Présidentielle 2016: IBK, candidat de la Codem

L’honorable Hadi NIANGADO, 3e vice-président du parti Convergence pour le développement du Mali (CODEM), non moins secrétaire général de la commune II du district de Bamako, a pris contact avec sa base, le samedi dernier. Se déroulant au siège de la CODEM de ladite commune, la rencontre a été l’occasion pour l’honorable NIANGADOU de confirmer que la CODEM « soutiendra la candidature du président IBK en 2018 ».

Plusieurs responsables, cadres ainsi que des militants de la CODEM de la commune II ont pris part à cette rencontre de prise de contact. Elle a été mise à profit par le secrétaire général, après avoir salué le choix porté sur lui pour présider la destinée du parti de la CODEM en commune II, de faire un tour d’horizon sur l’actualité politique du pays et de se prononcer sur les perspectives des élections présidentielles de 2018.
L’honorable Hadi NIANGADOU a abordé l’actualité brulante de la révision constitutionnelle, dont le processus enclenché il y a peu a abouti à l’adoption du texte de la révision par l’Assemblée nationale par 111 voix contre 35 voix, le samedi 3 juin à 2 h du matin. En sa qualité de membre de la commission des lois de l’Assemblée nationale, il a salué le sérieux qui a caractérisé le vote du texte de la nouvelle constitution. Il a aussi souligné qu’ils ont voté en faveur de l’adoption du texte parce qu’il conforte le retour de la paix et prend en compte les engagements pris par l’État dans l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Pour Hadi NIANGADOU, notre pays s’est engagé devant la communauté internationale, en signant le document issu des pourparlers d’Alger, d’entamer des réformes institutionnelles pour consolider les acquis de la paix et de la réconciliation nationale. Dès lors, l’élu de la nation soutient que l’Assemblée nationale, compte tenu des pertinences du texte, n’avait pas d’autre option que d’aller en faveur de cette révision. En même temps, l’adoption du texte de la nouvelle constitution, pour lui, permettait à l’État de respecter ses engagements, à travers la création du Senat.
Aussi, a-t-il informé les militants de son fief de l’incohérence politique de l’opposition dans ce processus.
Selon lui, l’opposition n’est pas contre cette révision constitutionnelle parce qu’elle a pris part aux débats et a fait des propositions d’amendements, dont les plus pertinents ont été adoptés par la plénière. À cet égard, il juge inutiles et inopportuns certains propos de cette même opposition tendant à dissimuler le bien-fondé de cette révision. Mais dit-il, ceci ne doit pas décourager la population à aller voter massivement en faveur de cette révision afin que la puisse être rapidement une réalité.
« Pour la stabilité du pays, pour le renforcement de la paix, il faut que nous sortions en grand nombre pour dire « oui » à cette révision de la constitution. Militants de la CODEM, je vous exhorte à vous mobiliser le 9 juillet afin que le référendum adopte ce texte révisé de la constitution du 25 février 1992 », a exhorté le responsable politique.

La CODEM soutiendra IBK en 2018
S’agissant des perspectives politiques de 2018, M. NIANGADOU a évoqué le sujet qui divise le parti de la quenouille : « soutenir IBK » ou « donner une candidature à l’interne » pour les élections présidentielles de 2018. N’ayant pas retenu une décision définitive, le dernier congrès du parti tenu du 13 au 14 mai 2017 au pavillon des sports du stade Modibo KEITA, a renvoyé cette question à une rencontre extraordinaire.
Cette question, a informé l’honorable Hadi NIANGADOU, est déjà tranchée au sein du bureau politique national du parti CODEM qui a finalement décidé de soutenir IBK à la présidentielle de 2018.
« Si jamais IBK annonçait publiquement sa candidature pour 2018, le parti CODEM soutiendra le soutiendra. La CODEM n’est pas un parti hypocrite c’est pourquoi nous n’hésiterons pas à accompagner et à soutenir IBK lors des présidentielles de 2018. Si nous sommes dans son gouvernement, c’est parce que nous sommes dans cette dynamique. Si tel n’était pas le cas, nous allions simplement démissionner du gouvernement. Je pense que tous ceux qui sont dans le gouvernement du président IBK et qui ne sont pas prêts à le soutenir en 2018 doivent rendre leur démission. C’est ce que j’appelle la cohérence politique », a déclaré le député NIANGADOU élu en commune II du district.
Il a aussi précisé que la décision est une position du bureau politique national du parti CODEM qui a estimé nécessaire de soutenir le président IBK, en 2018 pour un second mandat.
« Je suis membre du bureau politique national, je sais ce qui est décidé en son sein. C’est en fonction de cela que je vous informe de la position du parti CODEM. Dans tous les cas, la CODEM va soutenir IBK jusqu’en 2018 et même au-delà de 2018. Nous allons soutenir la candidature du président IBK en 2018 », a-t-il insisté.
Cette décision met fin désormais à toutes les rumeurs sur la position de ce parti, 4e force politique de notre pays, par rapport à d’éventuelle candidature du président IBK en 2018.
À noter que la présente rencontre a été également marquée par la présentation des différents bureaux de la section CODEM de la commune II aux responsables et militants du parti.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *