Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Présidentielle: «Il faut un canevas pour les candidats»

En même temps que le document de contribution de la Charte d’Engagement Public pour l’Emergence (C.E.P.E) aux réformes Politiques et Electorales sous l’angle de la participation citoyenne et des priorités des jeunes, des femmes et des personnes vivant avec un handicap, le Dr SALL a remis au Chef de Cabinet du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation une proposition de Cadre Logique de la C.E.P.E pour les Réformes Politiques et Electorales. Quelles sont les principales recommandations ?

Le Président de la C.E.P.E, le Dr SALL, également Président de CRI 2002, en campant le décor, a expliqué que la C.E.P.E, réalisée avec le soutien technique du NDI et l’appui financier de l’USAID et de la Coopération Suisse, découle du Programme EMERGE comprenant plusieurs autres programmes. Elle est composée de : RJA, ADEFIM, CRI-2002, FEMAPH et s’articule autour de 4 axes : la révision constitutionnelle ; les réformes politiques et électorales ; la relecture de l’Accord ; la réorganisation territoriale.
En fonction de son interlocuteur, le Dr SALL s’est appesanti sur les réformes politiques et électorales et la réorganisation territoriale.
Parlant de la Constitution, il a parlé de Kabala démocratique en tant que source d’alimentation de la démocratie.
Pour ce qui est des réformes politiques et électorales, le Président de la C.E.P.E. a souligné la nécessité de revoir la Charte des partis politiques en mettant l’accent sur leurs fonctions éducative et électorale et une 3e fonction qui est une des plus importantes et des plus ignorées, à savoir l’encadrement des élus. Car, est-il convaincu, les migrations sont une des causes de l’effritement de la confiance des électeurs envers les partis.
‘’Intensifier la campagne d’éducation civique et électorale à l’endroit des citoyens sur l’ensemble du territoire national pendant la phase préélectorale pour renforcer le niveau d’engagement civique des citoyens ciblant les jeunes, les femmes, les personnes vivant avec un handicap et les groupes traditionnellement marginalisés’’, telle est la recommandation de la C.E.P.E.

Si le Dr SALL a recommandé la relecture du statut de l’opposition et du chef de file de l’opposition qui doit être une personnalité charismatique.
Il a pointé du doigt la constitution de listes communes majorité-opposition, tout comme le système de la proportionnelle qui exclut la liste concurrente, nonobstant l’important score qu’elle engrange souvent.
Il préconise également de travailler sur le financement des partis politiques. ‘’Conditionner le financement des partis politiques par leur capacité à mettre en œuvre des actions d’éducation civique et électorale à l’endroit de leurs militants de façon permanente’’, recommande la C.E.P.E.
Le Dr SALL préconise un Code électoral intangible pendant une période donnée pour ne plus avoir une loi électorale à chaque présidentielle qui change les règles du jeu en cours du jeu.
Pour la présidentielle, il propose d’élaborer un canevas dans lequel tous les candidats se fondraient pour plus de lisibilité des programmes et pour assurer la continuité de l’État. Un canevas qui va dans le cadre de la refondation des savoirs. « Désormais, le président du Mali doit connaître le Mali », a-t-il prôné.
Il recommande d’opérationnaliser les nouvelles régions tout en impliquant les citoyens dans tout le processus en tenant compte des groupages sociaux culturels.
Avant de terminer, le Dr SALL a souligné l’importance de se mettre d’accord sur les concepts. « En matière d’approche, vu le temps qui reste, il faudrait d’abord faire les élections nationales, à savoir le référendum et la présidentielle qui sont à circonscription unique… Donc, si nous, c’est-à-dire nous tous, parce que nous sommes dans la Transition, parvenons à faire le référendum et la présidentielle, ce serait bravo », a dit le Dr SALL.

Pour le Chef de Cabinet, Hamini Belco MAIGA, le document de plaidoyer de la C.E.P.E participe d’une démarche inclusive permettant de prendre en charge les considérations de la société civile. Il faut la participation de tout le monde pour sortir de la Transition et même au-delà, a-t-il exhorté, avant de promettre qu’une attention particulière sera accordée au document de plaidoyer et d’assurer que la porte du département sera toujours ouverte à la Coalition de la C.E.P.E.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *