Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Prévention et lutte contre le virus ébola à koulikoro: une région avant-gardiste avec 6 cordons sanitaires

Le gouverneur de la région, Allaye TESSOUGUE, a présidé, jeudi dernier, l’atelier de production sur la problématique des droits de l’enfant, de la réponse à l’urgence et de la riposte à la maladie à virus Ebola, organisé par le ministère de la Communication, en partenariat avec l’Organisation onusienne pour la protection des droits de l’enfant (UNICEF).

Cette rencontre de trois jours avait pour but de partager et d’échanger pour échanger avec la presse écrite de Bamako sur une question brûlante d’actualité notamment les mesures de prévention et de lutte contre la maladie  à virus Ebola, exécutées et celles en cours au Mali.

Y ont pris part une vingtaine de journalistes ainsi que des responsables de la presse locale de la Commune urbaine de Koulikoro.

Selon Ismaël MAIGA, chargé de communication à l’UNICEF, ce conclave fait partie d’une série de rencontres de production des journalistes sur la problématique des droits de l’enfant, de la réponse à l’urgence, et de la riposte à la maladie à virus Ebola.

Aussi, a-t-il rappelé, le contexte, justifiant la tenue de la rencontre, est marqué par des séparations des familles, le recrutement d’enfants par les groupes armés, les dangers liés aux restes et explosifs de guerre, des viols et violences sexuelles, la fermeture d’écoles, entre autres. À ces maux, il a fait savoir que trop d’enfants de par le monde sont plus vulnérables par la fragilisation des familles, l’urbanisation massive, la dégradation de l’environnement, la mondialisation qui creuse les inégalités.

En réponse à cette préoccupation, M.MAIGA s’est réjoui du fait que le Mali ait fait des avancées significatives dans les domaines de la ratification de la Convention relative aux droits de l’enfant et des traités internationaux, relatifs à la protection de l’enfant.

En dépit de ces efforts, a déploré le Dr Aliou BARRY, ancien directeur national de la promotion de l’enfant, le Mali a l’un des taux les plus élevés, en matière de violation des droits de l’enfant dans le monde.

«Malgré les politiques volontaristes des dernières années, la situation des enfants au Mali reste difficile pour une majorité d’entre eux», a souligné M. BARRY qui s’est appuyé sur les résultats de l’étude, relative à la Pauvreté des enfants et inégalités, initiée en 2008 dans notre pays.

Il ressort des statistiques de cette étude, partagées par M.BARRY, que plus de 4,3 millions d’enfants de moins de 15 ans, (soit 85%) sont affectés de privation sévère; un enfant sur deux est touché par la pauvreté monétaire. Les mêmes sources relèvent aussi que la sévérité des privations concerne principalement le logement (8 enfants touchés sur 10) et l’éducation (6 enfants touchés sur 10).

Le gouverneur de la région de Koulikoro, pour sa part, a surtout salué les partenaires pour l’organisation des journées de rencontre dans sa région. Toute chose qui va contribuer à la sensibilisation et à l’information de la population sur certains enjeux, notamment la lutte contre le virus Ebola.

La présence massive des journalistes à la rencontre, qu’il a notée, exprime l’intérêt que ceux-ci accordent, pour lui, au développement du pays, mais aussi au rôle que les médias jouent dans l’éveil de conscience.

Le gouverneur TESSOUGUE a saisi l’occasion pour aborder la question de la maladie à Ebola.

Son intervention a porté essentiellement sur les mesures qu’ils ont prises pour la prévention et la lutte contre le virus Ebola, dans sa région qui fait frontière côté malien avec la Guinée Conakry.

Selon le gouverneur, cette proximité avec la Guinée Conakry leur exige de doubler de vigilance depuis à la frontière. Toute chose, a-t-il soutenu, qui a nécessité l’augmentation des cordons sanitaires de protection et de prévention.

«La région de Koulikoro dispose de 6 cordons sanitaires pour la prévention et contre la propagation de la maladie Ebola dans notre pays. À ces mesures, nous allons, dans les jours à venir, élargir ces cordons par l’ouverture de deux autres», a annoncé M. Allaye TESSOUGUE.

En plus de ces actions à l’entrée de la région, le Dr Hyacinthe DAKOUO, charge de la surveillance épidémiologique, a indiqué qu’un comité a été mis en place par décision du préfet du cercle de Koulikoro avec comme fonctions principales de statuer sur toutes les informations concernant la lutte contre la maladie. Ce comité, a-t-il dit, se réunit tous les 15 jours pour faire l’état des lieux des interventions faites dans la lutte contre la maladie Ebola.

Par Sikou BAH, envoyé spécial




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *