Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Prix africain du mérite et de l’excellence: mme Koumaré Mariam honore le Mali

En recevant, ce lundi 27 septembre 2021, à Kigali au Rwanda, le ‘’Prix Africain de Développement’’ (PADev), en reconnaissance de ses actions en faveur du développement, Mme KOUMARE Mariam SIMAGA porte haut les couleurs nationales sur la scène internationale. Avec cette consécration, celle qu’on appelle affectueusement Gakou, devient indubitablement une fierté pour tout le pays, une fierté pour l’entreprenariat féminin du Mali, une fierté pour Bamadou SIMAGA dit le Baobab.

Le Prix Africain de Développement (PADev) est une initiative de la Fondation 225, en partenariat avec le Rwanda Convention Bureau (RCB). Il se fixe comme objectif d’œuvrer à l’instauration d’une culture du travail, du mérite et de l’excellence comme valeurs cardinales de la société africaine. Des organisations de la société civile de 12 pays africains, dont la Fondation 225, ont créé en 2006, à Abidjan, le Prix Africain de Développement.
Et depuis, cette distinction est décernée à des personnalités qui constituent des modèles et dont les œuvres impactent positivement leur pays, voire l’Afrique. Ce mérite, selon l’un des responsables de la Fondation 225, est également reconnu à celles qui œuvrent à la construction d’États africains démocratiques et de paix.
Plusieurs personnalités maliennes ont déjà été récompensées par le Prix PADev. Il s’agit, entre autres, de l’ancien ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif TRAORE par le Prix du “Meilleur artisan de la sécurité publique” ; le co-gérant de BETRAP-SARL ; Samba DIALLO avec le prix du “Meilleur opérateur du Génie civil et rural”. A ceux-ci s’ajoutent Mahamadou CAMARA dit Seyba, Directeur général de Seyba Transit-Transport-SARL avec le prix du “Meilleur jeune entrepreneur africain” ; l’ex-Directeur général de la CANAM, Luc Ankoundio TOGO avec le Prix de “Meilleur promoteur de la sécurité sociale en Afrique”.
L’édition 2021 du Prix Africain de Développement (PADev) se tient à Kigali, au Rwanda depuis le 24 septembre sous la présidence de Koffi KOUADIO, président du Comité d’Organisation du PADev Kigali 2021. Elle rassemble les représentants politiques et diplomatiques ; les opérateurs économiques ; les institutions de Finance ; la société civile ; les décideurs ; les médias.
Le choix de Mme KOUAMRE Mariam Amadou SIMAGA n’est pas fortuit puisqu’elle est réputée être une brave femme et un exemple dans le domaine de l’entreprenariat féminin au Mali, voire en Afrique.
Au sein de l’entreprise familiale, le Groupe SIMAGA, Mme KOUMARE Mariam a fondé sa réputation dans le domaine du transport. Elle en est en effet la Directrice générale adjointe de la société.
Connue pour son acharnement au travail, elle a créé la société SOMANDINE-SARL qui excelle, elle aussi, dans les domaines de la fourniture de mobiliers et de matériels bureautiques ; la commercialisation de groupes électroniques et le BTP. Et ce sont plusieurs milliers d’emplois qu’elle a pu créer à travers ses activités.
Cette distinction est la reconnaissance africaine de l’ensemble de ses actions en faveur du développement. Mme KOUMARE Mariam SIMAGA est une des exceptions féminines qui osent bousculer la hiérarchie des affaires au Mali, un pays où les mentalités sont moins favorables à la gent féminine dans certains secteurs d’activité.
Mme KOUMARE est la fille de Feu Bamadou SIMAGA, grand opérateur économique du Mali, décédé il y a deux ans et comme un signe de Dieu, un 1er mai, Fête du Travail.
C’est le lieu de rendre hommage à ce grand bosseur Bamadou SIMAGA surnommé le Baobab et dont le nom est écrit à l’encre indélébile dans les annales des opérateurs économiques, non seulement, maliens, mais aussi, de toute la sous-région ouest-africaine. Elle est donc une digne héritière prolongeant les dons et savoir-faire d’un homme, un grand homme, d’une famille.
C’est donc avec une grande joie et une immense fierté que le Mali tout entier félicite la récipiendaire, tout en espérant que cette distinction fera tache d’huile, en termes d’émulation pour booster les femmes maliennes dans l’entreprenariat.
Ce prix représente un challenge pour réussir d’autres, encore plus éclatants, pour la mémoire de son père, ce grand baobab, digne fils de Ségou.
C’est le lieu de féliciter Mme KOUMARE Mariam SIMAGA pour les nombreux emplois créés, preuve d’un patriotisme qui la hisse au rang leaders dans le pays.

PAR BERTIN DAKOUO


Previous PostMots pour maux: Dans le rétroviseur| : Quelques dates et événements clés dans la coopération Mali - Russie... À la lumière de ce rappel historique succinct en dix points il vous sera facile de comprendre que les Russes poursuivent au Mali des intérêts stratégiques exclusivement dans le domaine militaire et le domaine minier. Les mercenaires de Wagner ne viendront pas se battre ni pour la sécurité des Maliens ni pour la stabilité du Mali. Ils viennent pour reconquérir et se réinstaller dans un pays qui leur a échappé il y’a seulement 50 ans et qu’ils considèrent comme un scandale géologique surtout dans sa partie septentrionale. 1- Le 22 Septembre 1960, notre pays accède à l’indépendance et à la souveraineté internationale. Le premier président, Modibo Keita, décide de mettre en place un régime socialiste avec seulement 13 cadres de catégorie A et un budget de quelques dizaine de milliards. 2- Le 29 Septembre 1960, la République du Mali a été proclamée membre de l’organisation des Nations-Unies par la 15ème session de l’Assemblée Générale de ladite organisation. 3- Le 26 Janvier 1961, l’ambassade soviétique est ouverte à Bamako. 4- Le 21 Février 1961, le premier accord de coopération soviéto-malien est signé. Via cet accord, Modibo Keita confie à l’Union soviétique la recherche minière sur son territoire. Les Soviétiques prennent ainsi le relais du bureau minier de l’AOF (Afrique Occidentale Française) comblant le vide laissé par la France. Moscou obtient ainsi le monopole de la prospection minière sous Modibo. 5- La loi du 31 mai 1963, réserve tout droit de prospection et d’exploitation du sous-sol malien à la SONAREM, Société nationale de recherches et d’exploitations des ressources minières du Mali. 6- Du 16 au 19 Janvier 1962, M.A.I Mikoyan, premier vice président du conseil des ministres de l’URSS effectue une visite officielle en République du Mali. 7- En fin Mai 1962, Modibo Keita se rend à Moscou pour une visite de travail. 8- En Septembre 1961, les derniers soldats français quittent le territoire malien. Soucieux d’effacer toute trace de l’armée française, Modibo Keita se tourne vers les pays de l’Est pour former et équiper l’armée nationale. Les clauses de ces accords ayant été tenues secrètes, l’ambassade de France à Bamako n’en a pas eu connaissance et les archives donnent peu de renseignements à ce sujet. L’URSS livre des équipements lourds, blindés, véhicules, aviation. L’armée malienne participe au rayonnement de l’armée soviétique qui supplante l’armée française. 9- En 1966, on estime qu’une cinquantaine de techniciens militaires soviétiques assurent l’instruction sur les nouveaux matériels livrés et son entretien, et vingt-cinq techniciens militaires pour l’armée de l’Air. Les Soviétiques seraient même allés jusqu’à garantir un soutien sans faille au régime de Modibo Keita, aux termes d’accords secrets grâce auxquels ils pouvaient intervenir à la demande du président en cas de menace endogène. 10- Le 19 novembre 1968, une junte militaire avec à sa tête le Lieutenant Moussa Traoré, jeune officier formé à Fréjus en France, renverse Modibo Keita et met un terme au régime socialiste malien. D’ailleurs sur 270 officiers que compte l’armée malienne, il y a seulement 25 qui ont été formés en Union soviétique et aucun en Chine. Sambou SISSOKO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *