Prix des denrées de première nécessité: une moyenne inférieure aux 5 dernières années

2

Sous la présidence du ministre du Commerce, Abdel Karim KONATE, le Conseil national des prix a tenu hier, dans l’après-midi, sa troisième session ordinaire, au cours de laquelle il a été question des prix des denrées de première nécessité ; du projet de décret sur les logements à usage d’habitation ; et les questions diverses ayant porté sur le récépissé d’entrepose ; les prix du pain et de la viande.

La rencontre a enregistré la présence de la quasi-totalité des membres du Conseil national des prix. A l’issue de cet exercice qui s’est déroulé dans une atmosphère conviviale, le Conseil a félicité le Gouvernement pour les efforts qu’il ne cesse de consentir pour stabiliser les prix des produits de première nécessité (sucre, lait, riz, huile, farine). Des prix qui, faut-il le souligner, sont restés inférieurs à la moyenne des prix des cinq dernières années.
Une autre satisfaction du Conseil national des prix, et qui a donné lieu à une félicitation du Gouvernement, porte sur les mesures prises pour stabiliser le prix du pain. Il l’invite cependant à opérationnaliser le cadre de concertation créé à cet effet.
La santé des consommateurs était également au centre des préoccupations des membres du Conseil national des prix. Aussi, invitent-ils, les structures de contrôle de la qualité à faire montre de beaucoup de vigilance.
L’occasion était bonne pour le ministre KONATE d’informer le Conseil de l’adoption par le Gouvernement, en Conseil des ministres, du projet de loi instituant le système d’entreposage. Ce qui, a expliqué le ministre du Commerce, favorisera plus d’investissements dans le secteur agricole, donc une amélioration des conditions de vie, tout en luttant contre l’exode rural, à travers la création d’emploi. En fait, il s’agit d’un moyen pour lutter contre le bradage des récoltes.
Dans la même veine des informations, le ministre KONATE a parlé du projet de décret réglementant le loyer des locaux à usage d’habitation dans notre pays. A ce sujet, le Conseil national des prix a félicité le Gouvernement pour cette initiative heureuse, tout en l’invitant à diligenter son adoption et sa mise en œuvre.
En ce qui est du prix du pain qui figurait en divers, le ministre a fait savoir qu’il n’y a eu aucune augmentation du prix de la farine. Mieux, les meuniers ont bénéficié d’une exonération. Ce qui fait que le sac de farine est vendu à 16 000 FCFA. Aussi, a-t-il soutenu, il n’y aucune raison pour que le prix du pain augmente, la farine étant sa matière de base.
La question qui a le plus largement occupé les membres du Conseil a porté sur le prix de la viande. Différentes propositions ont été faites par les membres du Conseil, après que le ministre KONATE a rappelé tous les efforts consentis par le Gouvernement en termes de subventions à la consommation. Il a fait le distinguo d’avec la subvention à la production qui est pérenne.
Ce que le ministre a tenu également à préciser, c’est la différence entre la vie chère et la hausse des prix des produits de première nécessité. S’il reconnaît qu’il y a une cherté de la vie ; il affirme cependant, sur la base de données fiables que les prix des produits de première nécessité sont bien maîtrisés dans notre pays.

Par Bertin DAKOUO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *