Search
mardi 23 janvier 2018
  • :
  • :

Processus « Faim zéro » au Mali: les acteurs affutent leirs armes

Les concertations régionales de Gao, Kidal, Ménaka, Kayes, Koulikoro et du District de Bamako sur l’examen stratégique national de la sécurité alimentaire et de la nutrition (Faim zéro) se tiennent, depuis hier mercredi, à l’hôtel El Farouk. Les présentes assises visent à partager le contenu du Rapport d’études sur ledit examen et de recueillir les priorités des différentes régions en matière de lutte contre la faim et la malnutrition.

Placée sous l’égide de l’ancien Président de la République, le Pr Dioncounda TRAORE, la cérémonie d’ouverture de 2 jours s’est déroulée en présence du Secrétaire général par intérim du ministère de l’Économie et des finances, Soussourou DEMBELE ; la représentante de la maire de la Commune III, Mme BAGAYOKO Aminata SANOGO. On y notait aussi la présence du représentant des partenaires techniques et financiers et celui du gouverneur du District de Bamako ; ainsi que plusieurs acteurs du secteur de la sécurité alimentaire et de la nutrition des régions concernées.
Dans son mot de bienvenue, la représentante du maire de la Commune III a félicité les initiateurs pour le choix de sa circonscription à abriter cette importante rencontre relative à un sujet qui préoccupe aujourd’hui beaucoup de nos concitoyens, à savoir la sécurité alimentaire et la nutrition.
À sa suite, le Secrétaire général du ministère de l’Économie et des finances a pris la parole pour situer l’événement dans son contexte.
Pour lui, les présentes concertations régionales marquent une étape importante dans le processus de consultation sur l’examen stratégique de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans notre pays.
Aussi, a-t-il rappelé, elles interviennent après celles des régions de Ségou, Sikasso, Mopti, Tombouctou et Taoudéni, tenues en septembre 2017.
Ce faisant, ces concertations régionales leur permettent d’envisager avec beaucoup plus d’inclusivité le lancement officiel de l’exercice en capitalisant tous les riches et utiles enseignements tirés du processus à travers notamment le recueil des spécificités régionales et locales, exprimées çà et là, ainsi que les réponses et alternatives pour y faire face.
Par ailleurs, a-t-il fait savoir, les concertations régionales visent à une large diffusion du rapport de l’examen stratégique en vue de partager avec l’ensemble des acteurs les expériences et pratiques en matière de sécurité alimentaire, de nutrition et de lutter contre la faim ; d’assurer leur participation au processus ; et de leur permettre d’apporter des contributions.
« Ainsi, nous attendons de ces concertations et recommandations pertinentes et adaptées aux réalités des différentes régions, qui permettront d’établir un référentiel afin de promouvoir une vision commune des défis et des lacunes dans les interventions pour pallier l’insécurité alimentaire et la malnutrition et ainsi réduire la faim à zéro d’ici 2030 », souligne M DEMBELE.
Pour sa part, le Facilitateur national, le Pr Dioncouda TRAORE, a d’entrée de jeu, au nom des institutions impliquées dans le processus « faim zéro » exprimé ses regrets pour la délocalisation des concertations régionales de Gao, Ménaka et Kidal, initialement prévues à Gao-ville.
« Ce n’est ni par parce que nous n’avons pas saisi les enjeux ni un manque de considération, mais simplement en raison des impératifs de calendrier », a-t-il expliqué.
La raison est que les animateurs du processus sont dans l’obligation de clore cette phase initiale de concertation à la base pour pouvoir lancer le projet national dans les meilleurs délais.
Le Pr Dioncounda TRAORE rappelle avoir dit à Ségou et à Mopti, ainsi que dans ses prises de parole successives qu’il est heureux et honoré du choix porté sur sa personne comme Facilitateur du processus de l’examen stratégique national Faim zéro au Mali.
À son avis, c’est un grand défi pour le professeur qu’il est, formé à aligner des chiffres sur le tableau noir. Mais est-il convaincu, ce défi peut-être révélé par le militant et patriote qu’il est.
Aussi, le Pr Dioncounda TRAORE dit avoir appris et continue d’apprendre des experts du processus. Et d’avouer que l’exercice est exaltant d’être au contact d’autant de personnes ressources compétentes et enthousiastes.
Enfin, soutient le Facilitateur, le processus des concertations régionales est désormais rodé, car il a eu l’éclatante démonstration à Ségou et Mopti.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *