Processus de paix et de réconciliation: Christian Aid réfléchit aux questions de dévelippement

10

L’ONG Christian Aid a organisé, hier mercredi, une table ronde, à l’hôtel Laïco El Farouk, pour échanger sur l’intégration des questions de développement au processus de paix au Mali.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de la Réconciliation nationale, Attaher Ag IKNANE ; en présence du représentant de l’ONG Christian Aid au Sahel, Yacouba KONE ; des représentants de plusieurs ONG et des experts.
Le thème de cette table ronde organisée par Christian Aid était : « L’intégration des questions de développement au processus de paix au Mali ».
Selon le Coordinateur, Yacouba KONE, l’ONG Christian Aid, présente au Mali depuis les grandes sécheresses des années 1973-1974, appuie les communautés vulnérables de plusieurs localités du pays dans leurs efforts de sécurité alimentaire et nutritionnelle ; la lutte contre les effets néfastes du changement climatique et dans le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des acteurs locaux du changement.
Il a informé que durant ces deux dernières années, leur programme s’est étendu à une nouvelle thématique qui concerne la lutte contre la violence et la consolidation de la paix.
Yacouba KONE a souligné qu’après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation, il existe encore des signes montrant que le processus de paix fait face à certaines difficultés.
Il a évoqué la persistance de l’insécurité, notamment dans les régions du Nord, limitant l’accès des ONG aux populations en besoin d’appui et le rôle limité de la société civile dans la mise en œuvre de l’Accord qui restent une préoccupation.
Le Coordinateur de l’ONG Christian Aid au sahel a justifié que c’est face à cette situation qu’ils ont décidé, avec l’appui financier de la Fondation Open Society, d’organiser cette table ronde afin de promouvoir l’échange entre les parties prenantes, en particulier les ONG de développement et les agences de financement, avec comme objectif d’appuyer le processus de paix au Mali.
« Dans l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, les parties se sont engagées à respecter huit principes parmi lesquels figurent la lutte contre la corruption et l’impunité ; la lutte contre le terrorisme ; le trafic de drogue et les autres formes de criminalités transnationales organisées. Ainsi, nous avons initié cette table ronde pour mieux analyser ces principes et de faire des recommandations pertinentes aux ONG de développement, aux décideurs et agences de financement pour la prise en compte de ces principes dans le développement durable du Mali. Pour nous, un accent particulier doit être mis sur les questions de la sécurisation des moyens de subsistance des communes vulnérables confrontées aux effets du changement climatique », a affirmé Yacouba KONE.
Le Secrétaire général du ministère de la Réconciliation nationale, Attaher Ag IKNANE, a salué les organisateurs pour l’organisation de cette table ronde. Selon lui, elle se tient à un moment où le Gouvernement et l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sont à pied d’œuvre pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. L’accord de paix, affirme M. IKNANE, est articulé autour de quatre questions fondamentales : les questions de gouvernance ; de développement économique et social ; de sécurité et de défense ; de paix et de réconciliation. Il s’est dit rassuré que cette table ronde soit l’occasion pour les experts de mûrir la réflexion afin de dégager des recommandations pertinentes qui aideront les acteurs à consolider le processus de paix et de réconciliation.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *