Search
lundi 18 mars 2019
  • :
  • :

Programme de Protection et valorisation des manuscrits anciens: SAVAMA fait le point de son projet

L’ONG Sauvegarde et valorisation des manuscrits pour la défense de la culture islamique (SAVAMA DCI) a animé, ce jeudi, une conférence de presse pour présenter le bilan de son programme de protection des manuscrits anciens de Tombouctou et suite aux événements de 2013. Ce programme a mis en l’état de milliers de manuscrits, provenant de Tombouctou et de Ségou. A ce jour, il ne reste que 28 000 manuscrits à traiter sur un inventaire de 377 491.

Le programme de protection et de valorisation des manuscrits anciens de Tombouctou, piloté par l’ONG SAVAMA DCI, arrive à son terme en fin décembre. Ses responsables, Dr Abdel kader HAIDARA et Bazoumana TRAORE, respectivement président exécutif et coordinateur de SAVAMA, étaient les principaux conférenciers. Ils avaient à leurs côtés des partenaires chercheurs des universités d’Allemagne, d’Amérique ainsi que des responsables de l’UNESCO qui soutiennent l’exécution dudit programme.

Selon Abdel Kader HAIDARA, l’initiative est un programme quinquennal intitulé « Sauvegarde et valorisation des manuscrits anciens évacués de Tombouctou à Bamako », en faveur de la protection de façon générale de ces documents, qui étaient exposés au risque d’affectation suite à la crise sécuritaire de 2013. En initiant ce programme, selon M. HAIDARA, SAVAMA s’était fixée comme mission, entre autres, de conserver, de façon physique et digitale, les manuscrits anciens et leur retour à Tombouctou, l’élaboration des répertoires et des catalogues des manuscrits anciens, la reconstruction, la restauration et la réhabilitation des bibliothèques dans la région et la ville de Tombouctou, le renforcement des capacités en matière de conservation, de valorisation des manuscrits et d’exploitation des manuscrits.

Contrairement à sa prévision budgétaire, le programme a été exécuté sur un financement de la coopération Suisse d’un montant de plus de 2 milliards FCFA, sur une prévision de 8,5 milliards de FCFA. Malgré la faible mobilisation financière en faveur du programme, les responsables de SAVAMA, après cinq ans d’exécution, sont fiers des résultats atteints même s’il y a encore des efforts à consentir.

Focalisant essentiellement son intervention sur les résultats obtenus, M. Bazoumana TRAORE a souligné que le programme a permis de répertorier, en Arabe et en Français, 348 828 manuscrits anciens, soit 92,40% sur un total de 377 491 ; la confection de 42 318 boîtes pour 370 057 manuscrits anciens, soit une réalisation de 97,69%. A côté de ces résultats, il y a la restauration, la reconstruction et la réhabilitation de 36 bibliothèques à Tombouctou et deux à Ségou, sur un total de 45 prévues, l’équipement de 22 bibliothèques en matériels de bureau et informatique.

« Le programme a permis de réaliser 14 travaux de recherches sur les manuscrits, dont 11 ont été publiés aux Editions Jamana. Ces publications permettront de vulgariser des contenus de manuscrits anciens », a ajouté M. TRAORE, tout en affirmant que le programme s’achève à la fin de ce mois.

Pour les perspectives de l’ONG, les responsables plaident en faveur d’un nouveau programme de cinq ans afin de poursuivre et de continuer les actions entamées en faveur de la Sauvegarde et de valorisation des manuscrits anciens évacués de Tombouctou à Bamako. Il s’agit, selon les responsables de la structure, de terminer le travail qu’ils ont commencé. En effet, ils soutiennent qu’il reste encore 28 000 manuscrits. Pour ce nouveau programme, l’ONG SAVAMA sollicite un accompagne financier de plus de 2 milliards auprès des partenaires.

En plus de la poursuite de la conservation et de la protection des manuscrits, ce programme aura comme innovation de créer les cadres pour faciliter le retour de ces manuscrits à Tombouctou, mais aussi de créer un centre de ressources à vocation sous régional autour de ces manuscrits.   

Au cours de la conférence, des chercheurs des universités d’Allemagne, d’Amérique ainsi que le représentant de l’UNESCO ont salué l’initiative tout en soutenant que leur appui à ce programme était naturel.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *