Programme de stage de formation professionnelle de l’APEJ: 25 250 bénéficiaires pour un coût de 9, 718 milliards FCFA

Créée pour faire face à la problématique de l’emploi des jeunes, l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes a pu faire bénéficier, à ce jour, plus de 25 000 jeunes dans son programme de stage de formation professionnelle. Malgré ces résultats encourageants, beaucoup de chemin reste à faire quant à l’atteinte des objectifs assignés par les plus hautes autorités.

La salle de conférence du Secteur privé a servi hier de cadre aux travaux de l’étalier national d’échanges avec les acteurs du programme de stage de formation professionnelle 2014 et les perspectives pour le programme de 2015.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le Directeur général adjoint de l’APEJ, Djibril SEMEGA.

La rencontre se voulait un cadre de discussion entre la direction de l’Agence et l’ensemble des acteurs du programme de stage de formation professionnelle 2014 sur le bilan de l’état de la mise en œuvre à mi-parcours du programme en cours d’exécution, mais surtout d’évaluation et d’identification des difficultés rencontrées sur sa mise en œuvre en vue de proposer des mesures correctives.

L’enjeu d’une telle rencontre se justifie par le fait que la problématique de l’emploi des jeunes est un sujet de préoccupation national. La situation de l’emploi dans le contexte malien se caractérise par la croissance de la population active qui est faiblement qualifiée, une très forte demande sociale d’emploi, une offre d’emploi peu diversifiée et très insuffisante, un sous-emploi en milieu rural, un emploi informel prédominant mais, à l’évidence, insuffisamment pris en compte.

Elle a été accentuée par la récente crise politico-sécuritaire traversée par notre pays.

C’est pourquoi les nouvelles autorités du pays ont mis en place des mesures pour aboutir à la création de 200 000 emplois à l’horizon 2018.

C’est dans cette nouvelle perspective que le stage de formation professionnelle de l’APEJ s’inscrit.

Depuis 2005, l’APEJ, selon son Directeur général adjoint, a placé par cohorte, des jeunes, dans les services publics de l’Etat, les organisations consulaires et faitières et les ONGS afin qu’ils se familiarisent avec l’environnement du travail.

Suite aux opérations de dépouillement et de sélection des dossiers de candidature, l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) a mis effectivement en 2014, à la disposition des départements ministériels et assimilés, des ONG du District de Bamako, des organisations consulaires et faitières, 4 519 jeunes sélectionnés. Au nombre de ceux-ci, 112  jeunes stagiaires ont été affectés à la Fédération nationale des associations de Santé communautaire (FENASCOM) ; 312 aux Organisations consulaires et faîtières (APCAM, APCMM, CCIM, FNAM) ; 405 au Collectif d’ONG (FECONG, CCA-ONG, SECO-ONG, GPJSP, CAFO).

Pour leurs parts, les départements ministériels et assimilés ont reçu 2 421 jeunes sélectionnés.

Quant aux structures d’accueil publiques et para publiques régionales ainsi que les collectivités territoriales, l’Agence a mis à leur disposition, respectivement, 1 113 et 156 stagiaires.

Les femmes représentent 51,73% contre 48,27% pour les hommes. Les cadres supérieurs représentent 43,75% contre 56,25% pour toutes les autres catégories confondues

A ce jour, a rappelé Djibril SEMEGA, 25 250 jeunes ont bénéficié du programme de stage de formation professionnelle de l’APEJ pour un coût de 9 718 889 929F CFA.

Malgré le franc succès de ce programme, des difficultés persistent.

En vue d’atteindre les résultats escomptés, le dispositif de suivi a permis de réaliser des supervisions sur le terrain afin de circonscrire les problèmes relevés lors de l’exécution du programme en cours et de jeter les bases prochain programme.

Le présent atelier est la suite logique des actions de terrain et rassemble autour d’une même table tous les acteurs intervenant dans la préparation et la mise en œuvre du programme de stage de formation professionnelle.

D’où, l’importance d’un tel atelier qui a pour objectif fondamental, d’une part, de disposer de statistiques fiables sur les jeunes stagiaires en service dans les structures publiques et assimilés, les ONG, les Organisations consulaires et faîtières et dans les régions administratives du Mali, et d’autre part, d’évaluer l’impact du programme sur le renforcement de l’employabilité des jeunes.

Prévue pour une seule journée, la rencontre a permis aux participants de faire un examen critique de l’état de la mise en œuvre du programme mais surtout de dénombrer les jeunes qui sont effectivement présents dans les différentes structures tout en s’assurer qu’ils ont acquis des compétences certaines.

Par Mohamed D. DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *