Programme filets sociaux « Jigisemejiri »: le bilan à mi-parcours

14

La salle de conférence de l’espace « Escale Gourmande », à ACI 200, a abrité, hier mercredi, la 6e session de comité national de pilotage du programme des filets sociaux : « Jigisemejiri ». Ladite session était présidée par Mme Sidibé Zamilatou Cissé, Présidente du comité de pilotage du programme des filets sociaux, en présence de M. Abba Sangaré, représentant du ministère des Affaires sociales et M. Mahamadou Sacko, coordinateur du programme « Jigisèmèjiri » et les agents de la cellule sectorielle de lutte contre la pauvreté.

Ont pris part également à cette session, des représentants de plusieurs départements ministériels. À travers cette session, il s’agit d’une évaluation à mi-parcours des résultats obtenus dudit programme et d’analyser les contraintes et défis qui entravent sa mise en œuvre.
Initié par le gouvernement et financé par la banque mondiale, le programme des filets sociaux « Jigisèmèjiri » est rentré en vigueur au Mali, depuis le 7 aout 2013. Ledit programme concerne les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le District de Bamako. Il intervient dans les domaines de l’agriculture, de la micro finance et de la santé sociale.
Selon Mme Sidibé, au cours du premier semestre de 2016, le programme a réalisé d’importantes activités dans chacune de ses composantes, parmi lesquelles, celle des transferts monétaires et mesures d’accompagnement. Selon elle, les paiements de cette période ont concerné 43.615 ménages bénéficiaires dans 74 communes de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le District de Bamako avec un budget de 2 milliards 784 millions. En plus de cet exploit, Mme révèle que dans le cadre de la mise en œuvre des mesures d’accompagnement nutritionnel a été un véritable succès : « les organes de coordination et d’exécution sont opérationnels au niveau de toutes les régions et cercles bénéficiaires du programme.
Ainsi, les mesures d’accompagnement sont menées par 15 ONG dans 75 communes », a-t-elle dit, avant de signaler que le coût de toutes les activités globales du programme exécutées, du 1er janvier au 30 juin 2016, s’élève à 3,594 milliards sur un budget prévisionnel de 4, 800 milliards de FCFA, soit un taux d’exécution de 74,89 % des prévisions pour la période.
Malgré ces résultats obtenus, Mme Sidibé déplore que le Programme n’arrive toujours pas à mettre en œuvre la sous-composante Paquet Nutritionnel Préventif à cause des
difficultés de recrutement d’un opérateur économique qualifié dans le domaine.
Par ailleurs, en raison des conflits de calendrier et de l’insécurité, le processus
de lancement de l’étude d’impact à mi-parcours du programme et les enquêtes
socioéconomiques dans les communes bénéficiaires du nord ont accusé un
certain retard. Elle a, en conséquence, promis que des mesures supplémentaires et vigoureuses seront prises au second semestre 2016, afin que les résultats assignés au programme de 2016 soient atteints.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *