Search
vendredi 24 septembre 2021
  • :
  • :

Le programme SD3C-G5 Sahel: renforcer la résilience de la population

Le ministre du Développement rural, Modibo KEITA, a lancé le jeudi dernier, le Programme conjoint Sahel en réponse aux défis Covid-19, aux conflits et au changement climatique (SD3C-G5 Sahel). Une initiative de 6 ans dont l’objectif est de renforcer la résilience de milliers de personnes.

L’événement a eu lieu à l’Ex-Sheraton, en présence des représentants de la FAO, du PAM, le FIDA, des partenaires de la mise en œuvre du Programme d’une valeur de plus 25 milliards de FCFA.
Son objectif est de renforcer de manière durable la résilience des populations rurales les plus vulnérables dans la région du Sahel afin d’atténuer la crise Covid-19, les conflits et les effets du changement climatique.
Après les mots de bienvenue du maire de la commune IV, le responsable du Projet, Dramane SIDIBE, a expliqué que le Programme est mis en œuvre sur une période de 6 ans en 2 phases de 3 ans. Ses zones d’intervention sont les régions de Kayes, de Mopti, de Tombouctou, Ménaka, Kidal plus le district de Bamako.
« Le projet est aligné sur les priorités nationales et approuvés par le pays qui intègre différents programmes visant à améliorer les revenus et les conditions de vie de la population », a affirmé M. SIDIBE.
Soutenu financièrement par la FAO, le PAM et le FIDA, ce Programme entend aider l’État malien au renforcement de la résilience de sa population contre le changement climatique, l’insécurité alimentaire, les crises sanitaires ayant fortement impacté négativement le secteur de l’agriculture et de l’élevage de façon générale.
Ces situations ont augmenté le taux de pauvreté au Mali, a relevé Edmond MOUKALA, le représentant des partenaires qui explique que ces secteurs contribuent au renforcement de l’économie nationale avec plus 15% d’apport au PIB et occupe de plus de 80% de la population malienne.
A cause de la crise sanitaire en 2020, la région de Sikasso a perdu plusieurs milliards de FCFA avec la fermeture des frontières.
C’est face à ces constats que le ministre du Développement rural a rappelé que les pays du G5 Sahel et le Sénégal ont sollicité en 2019 le FIDA pour la mise en place d’un programme régional sur la question de l’agriculture, de l’élevage et du pastoralisme.
Basé sur le triptyque humanitaire, développement et paix, ce nouveau programme, selon le ministre KEITA, sera une contribution significative du FIDA et des autres partenaires aux efforts de développement durable du Mali, à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.
De par son approche, le Programme privilégiera les petits producteurs, en particulier les femmes et les jeunes qui vivent en zone transfrontalière et mettra l’accent sur l’adoption de pratiques de productions durables et sur des approches de cohésion sociale, a précisé le ministre Modibo KEITA.
« Le Programme touchera au Mali 152 000 personnes vulnérables au sein de 25 000 ménages, essentiellement des petits agriculteurs et éleveurs vulnérables très exposés aux crises qui risquent une décapitalisation de leurs actifs de production », a affirmé le ministre du Développement rural, tout en précisant que l’initiative ciblera les zones qui sont au cœur des conflits armés et des déplacements de la population.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *