Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Projet «Apprendre par les TIC»: faire face aux lacunes des enseignents

Pour améliorer la formation des enseignants maliens en vue d’un apprentissage de qualité dans nos établissements scolaires, l’Etat et ses partenaires ont lancé, jeudi dernier, à DFA communication, le projet «Apprendre par le TIC», dénommé ATIC. D’une durée de 2 ans, ce projet d’un montant de plus 400 millions de FCFA sera expérimenté dans les Centres d’animation pédagogique (CAP) de Sikasso et de Koutiala pour 60 écoles primaires de ces 2 localités avant son élargissement à toutes les écoles du pays.

La cérémonie de lancement de ce projet pilote était présidé par la représentante du ministre de la Recherche scientifique, Mme DIALLO Fadimata Bintou TOURE ; en présence du représentant d’Aide et action, Bahiri SIDIBE ; de la Directrice marketing de Orange-Mali, Anouk BERTUCAT. L’on y notait la participation de plusieurs responsables et acteurs scolaires de notre pays.
Selon le représentant d’Aide et action, qui a donné le ton des interventions, le projet ATIC est une initiative des partenaires de l’éducation malienne pour venir en renfort au dispositif déjà en place pour la formation des enseignants. Car il est de constat général que l’école malienne est malade de la faible capacité pédagogique de ses enseignants. M. SIDIBE atteste qu’en 2014, le Mali a enregistré un taux de redoublement de 20% dû en grande partie à la formation des enseignants qui laisse souvent à désirer.
C’est en réponse à cette situation du moins inquiétante, a soutenu M. SIDIBE, que le projet ATIC a été initié avec comme objectif principal d’apporter une formation de qualité aux enseignants des écoles fondamentales du pays en vue de renforcer leur capacité pédagogique jugée faible par de nombreuses études.
Aussi, M. SIDIBE fera savoir que ce projet, pour sa mise en œuvre, bénéficie du soutien financier de l’Agence française pour le développement AFD, de l’Agence universitaire de la francophonie, d’Orange-Mali, d’Aide et action, et d’Orange Labs pour un montant de plus de 400 millions de FCFA.
Et avant l’élargissement de ce projet à l’ensemble du territoire national, a-t-il précisé, une phase test se déroulera dans les CAP de Sikasso et de Koutiala qui couvrira la période 2016-2018 et sera axée sur les matières de sciences et des mathématiques des classes de la 5e et de la 6e année.
« Le projet a été planifié pour contribuer à l’amélioration de la qualité de l’éducation en testant de nouvelles modalités de formation initiale et continue des enseignants à travers la rénovation de leurs pratiques pédagogiques pour un développement plus efficace des compétences des élèves via la téléphonie mobile», a-t-il expliqué.
La contribution d’Orange-Mali dans la mise en œuvre de ce projet, selon sa directrice marketing, rentre dans le cadre de la responsabilité sociétale de l’entreprise en vue de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’école malienne en mettant un accent particulier sur la formation des enseignants.
«Soucieuse du développement du Mali, Orange-Mali ne pouvait rester en marge de ce projet qui a pour finalité l’avenir des enfants », a souligné Anouk BERTUCAT puisque convaincue que la première richesse d’un pays est avant tout ses intellectuels. Enfin, elle pense qu’en cas de succès de cette initiative, le model sera élargi à l’ensemble du territoire national.
Dans son discours de lancement de ce projet, la représentante du ministre de la Recherche scientifique, à l’instar de ses prédécesseurs, a laissé entendre qu’au Mali, tous les acteurs s’accordent pour dire que l’enseignement primaire souffre d’une qualité insuffisante.
Selon elle, l’une des causes de la dégradation de la qualité de l’enseignement est due aux faibles compétences des enseignants, les faibles performances du dispositif de formation continue et d’encadrement des enseignants et les faibles capacités et motivations des chefs d’établissement à admirer et aimer les équipes pédagogiques des écoles.
Après ces interventions, les participants ont eu droit à une démonstration de l’outil de formation de ce projet. Il ressort de de leurs explications que chaque enseignant qui sera retenu dans ce projet va disposer des outils de télécommunications, de manuels de travail, des appareils de projection vidéo. Aussi, il sera créée en leur intention une plateforme accessible via le Web sur laquelle les enseignants pourront interagir, échanger, discuter, etc.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *