Search
jeudi 21 septembre 2017
  • :
  • :

Promesse présidentielle de 200 000 emplois: un taux de réalisation de plus de 99%

En venant au pouvoir en 2013, le président de la République, Ibrahim Boubacar KEÏTA dit ‘’IBK’’, avait promis de créer pour la jeunesse malienne 200 000 emplois. Près de 4 ans après, c’est promesse presque entièrement tenue avec 199 418 emplois créés, soit un taux de réalisation de 99,8 %. C’est en cas, l’affirmation faite par le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle au cours d’un déjeuner de presse, hier lundi, à l’hôtel Maeva Palace à l’ACI 2000.

Au menu de ce déjeuner de presse : les réalisations du département en termes de création d’emplois et de formation professionnelle de 2013 à nos jours ; la feuille de route du département sur la période de juin 2017 à juin 2018.
Comme il fallait s’y attendre, la promesse présidentielle sur la création de 200 000 emplois au cours du quinquennat par le président IBK a été le plat de résistance entre les hommes de médias et le ministre Ben KATTRA.
Pour ce rendez-vous avec les médias, le chef du département était entouré des membres de son cabinet, du représentant du ministre du Travail et de la fonction publique, du directeur du centre national des concours de la fonction de la fonction publique. Parmi les convives, on pouvait noter la présence de responsables des directions et services centraux rattachés au ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle.
Dans son exposé liminaire, le ministre Ben KATTRA a indiqué que de septembre 2013 au 30 juin 2017, les structures de l’emploi ont enregistré la création de 199 418 emplois, soit 99,8 % des 200 000 promis par le Chef de l’État aux Maliens.
Ces emplois sont répartis comme suit : 96 428 emplois privés vers les contrats visés par la Direction nationale du travail (DNT) et ses services régionaux ; 3 692 emplois créés au titre de la composante 2 (création d’emploi par le secteur privé pour les jeunes du PROCE de 2015 au 1er semestre 2017).
De même, on note avec lui, 107 114 emplois publics ont été créés de septembre 2013 à juin, dont 10 547 emplois pour le premier semestre 2017 décomposés comme suit : ministère de la Défense et des anciens combattants (5000), de l’Administration territoriale et de la Réforme de l’État (fonction publique des Collectivités territoriales : 164 agents de santé, 2587 enseignants).
Au niveau du ministère de l’Équipement transport et désenclavement nous avons 1 249 emplois créés. Au niveau du département de la santé et hygiène publique, la Fonction publique des CT a recruté 619 agents de santé.
De même, au département de la Décentralisation et fiscalité locale, il a recruté pour son compte 912 agents et au niveau du département des Sports, on enregistre 16 recrus.
De façon générale, a dit le ministre, il a été constaté une augmentation régulière du nombre d’emplois créés de septembre 2013 au 31 décembre 2016 avec 175 892 emplois créés. De même, a-t-il fait savoir, l’accroissement le plus important a été constaté en 2015 et 2016 avec respectivement 59 717 et 68 368 emplois.
Par contre, au cours de la même période, les services du travail ont enregistré 7816 cas de licenciement
Pour l’année en cours, selon les chiffres du département, les créations d’emplois au premier semestre 2017 s’élèvent à 19 017 emplois, dont 9 319 pour le premier trimestre contre 9 698 pour le second.
Dans le secteur privé, cette situation se présente par secteurs d’activités comme suit : Agriculture, Sylviculture pêche 571 ; activités extractives, 1 555 ; activités de Fabrication, 755 ; production et Distribution d’électricité et Gaz, 271 ; production et Distribution d’eau, assainissement, traitement des déchets et dépollution, 430 ; construction, 1 272 ; commerce, 1 157 ; transport et entreposage, 300 ; hébergement et Restauration, 331 ; information et communication, 268 ; activités financières et d’Assurance, 340 ; activités immobilières 17 ; activités spécialisées, scientifiques et techniques, 418 ; activités de Services de Soutien et de Bureau, 5639 ; activités d’Administration publique, 721 ; enseignement, 948 ; activités pour la Santé humaine et l’Action sociale, 1967 ; activités artistiques, sportives et récréatives, 72 ; autres activités et services NCA, 978 ; activités spécialisées des ménages, 82 ; activités des Organisations extraterritoriales, 925.
Toujours selon les services techniques en charge des questions d’emplois, au niveau du secteur public, le nombre d’emplois créés au cours de ce 1er semestre par branche d’activités se présente comme suit : Le Ministère de la Défense et des anciens Combattants, 5000 agents tous au niveau des forces de défenses et de sécurité.
Au niveau du ministère de l’Administration territoriale et de la réforme de l’État, on a un total de 2751, soit 164 agents de santé suite au concours d’entrée à la fonction publique des Collectivités et 2 587 enseignants au niveau du concours d’entrée à la fonction publique des Collectivités.
Au niveau du ministère de l’Équipement, des Transports et du désenclave, 1 249, soit 260 pour le Programme d’Urgence Routier et 989 pour le Programme d’Entretien routier par la méthode HIMO.
Quant au ministère de la Santé et de l’hygiène publique, on enregistre un recrutement de 619 agents.
Toujours au niveau des services publics de l’État, le ministère de la Décentralisation et de la fiscalité locale a recruté au cours de la même période 912 agents, soit 912 agents de santé à travers le concours d’entrée à la fonction publique des Collectivités.
De son côté, le Ministère des Sports a recruté seulement 16 agents dont : 13 encadreurs techniques ; et 3 agents au compte du Palais des sports.
Faisant le récapitulatif des créations et pertes d’emplois de septembre 2013 au 30 juin 2017, nous notons avec le département, au niveau du public et du privé un total de 207 234 créations d’emplois contre 7 816 cas de perte d’emplois, soit une création nette de 199 418 emplois.
Au niveau de la formation professionnelle, le département a enregistré de 2015 à 2016, un total de 110 287 jeunes qui ont bénéficié de différents types de formation.
La formation pour l’employabilité a enregistré 7 869 apprenants (apprentissage de type dual, 3 231, et la formation décentralisée de court terme 4 648) ; l’alphabétisation fonctionnelle, 3000 apprenants ; la formation continue, qualifiante et apprentissage a concerné 130 287 personnes.
Le stage de formation professionnelle a concerné 17 895 jeunes qui ont été placés dans les services publics et para publics, les Organisations consulaires et faitières et les ONG. Sur ce lot, on dénombre 9 421 femmes et 8 474 hommes, 394 jeunes diplômés formés en reconversion/adoption dans onze corps de métiers porteurs (maçonnerie, couture et couture ; carrelage, plomberie sanitaire, peinture-bâtiment, électricité, bâtiment, assainissement, chaudronnerie, teinture, saponification et transformation céréales sèches), dont 159 femmes et 215 hommes.
La liste de 5000 jeunes qui seront placés en stage de qualification professionnelle dans les services publics, para public, les Organisations consulaires et faitières et les ONG vient d’être publiée par l’APEJ, selon le ministre.
Les jeunes femmes des régions de Koulikoro, Mopti, Ségou, Kayes, Sikasso et Tombouctou formées en fabrique de savon semi-industriel et liquide sont au nombre 1 160 et 13 935 jeunes ont été formés dans des travaux à Hautes Intensité de Main-d’œuvre (HIMO).
La formation en CREE/GERME et autres modules adaptés ont concerné 12 724 jeunes et 1 672 jeunes qui ont été formés en incubation dans les corps de métiers, dont 122 jeunes en coupe et couture, électricité, bâtiment, peinture-bâtiment, carrelage, mécanique auto, électricité auto, menuiserie métallique ; 500 jeunes dans la pisciculture à cage flottante et 1 050 jeunes en savonnerie, teinture, fabrication de pommade et maraichage.
Faisant le récapitulatif de la formation professionnelle, le département a présenté un bilan de 130 287 bénéficiaires répartis comme suit : formation Dual, 3 231 ; décentraliser de courts termes, 4 648 ; tutorat, 161 ; alphabétisation fonctionnelle, 3 000 ; continue, qualifiante et par apprentissage, 71 457 ; stage de FP, 17 895 ; reconversion, 394 ; fabrique de savon, 1 160 ; à travers HIMO 13 935 ; CREE AGERME 12 734 ; en incubation, 1 672.
Par ailleurs, le FAFPA a habilité 46 centres de formation en 2013, et 112 en 2014 ; 95 en 2015 et 90 en 2016, soit un total de 341 centres de formation habilités de 2013 à 2016.
Autres précisions de taille, depuis 2016, l’APEJ a financé 4 800 projets de jeunes pour un montant de 2 065 465 000 F CFA.
A la question de savoir si les chiffres fournis par son département sont fiables, le ministre BEN KATTRA a répondu : « nos chiffres ne font l’objet d’aucun doute ».
Selon le directeur de l’ONEF, Boubacar DIALLO, les chiffres ainsi présentés sont recueillis essentiellement auprès de la DNE.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *