Promotion de la planification familiale au Mali: l’implication des leaders religieux

22

La direction régionale du Développement social et de l’économie solidaire de Bamako, en collaboration avec l’UNICEF, a organisé, hier jeudi, dans les locaux du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIF) une session d’information et de sensibilisation des leaders religieux sur la Planification familiale (PF).

A l’ouverture des travaux, le point focal de l’UNICEF, Mahamar Ahimidi MAÏGA, a tenu à rappeler que dans le cadre de ce projet, les directeurs techniques des CSCOM, les leaders communautaires, les jeunes et femmes ont déjà été formés et que c’était le tour des leaders religieux obédience chrétienne et musulmane d’être formés.
Aussi, a-t-il souligné, le présente activité entre dans le cadre du processus de renforcement des acteurs du Projet d’accroissement de la demande et de l’utilisation des services de santé de la reproduction et de la planification familiale.
En effet, financé par le Banque mondiale à hauteur de 1 724 500 dollars US, soit environ 862 250 000 F CFA, a rappelé M MAIGA, ce projet qui a démarré ses activités en juin dernier prendra fin en février 2017 et couvre 34 districts sanitaires dans les régions de Bamako, Koulikoro, Sikasso et Ségou.
L’objectif général est accroitre la demande et l’utilisation des Services de santé de la reproduction et planification familiale au niveau des Centres de santé de référence (CSREF) et Centre de santé communautaires (CSCOM) dans les 34 districts sanitaires à travers l’approche Communication pour le développement (C4D). Aussi, s’agit-il, de renforcer la gestion communautaire de la santé de la reproduction et de la PF.
Ledit projet a pour cible principale, les adolescentes et les femmes âgées de 15 à 49 ans, qui connaissent et font confiance aux services SR/PF
Pour atteindre ses objectifs, a-t-il souligné, le projet a prévu des campagnes d’information et de sensibilisation à l’attention des ménages de manière à promouvoir les bonnes pratiques relatives à la SR/PF au sein des communautés au niveau national, régional et local. Et pour toucher ses cibles, le projet entend impliquer les leaders communautaires de manière à les amener à renforcer l’acceptation de la santé de la reproduction et la planification familiale au sein des communautés.
De même, il est prévu, note M MAIGA, la mise à niveau de 2000 relais et agents de santé communautaires. Ceux-ci initieront à leur tour dans leurs localités des campagnes d’information, d’éducation et de communication pour le changement de comportement à l’endroit des communautés, à travers surtout l’organisation de sessions d’éducation et de pair-éducation des jeunes dans les écoles et dans le secteur informel sur la SR/PF
Autres activités non moins importantes prévues dans le cadre de ce projet : les pièces de théâtre participatives, les chansons, la réalisation d’une série télévisée sur la SR/PF.
A ceux-ci s’ajoutent l’organisation des journées de prêches et homélies sur la SR/PF par les leaders religieux ; ainsi que le plaidoyer pour le renforcement de l’accessibilité des services de la SR/PF.
Ces campagnes visent à amener les ménages à adopter les bonnes pratiques en matière de santé de la reproduction et de planification familiale(SRPF).
D’ici février 2017, les responsables de ce projet entendent faire en sorte que 300 000 femmes et adolescentes fréquentent et utilisent les services SR/PF dans les 34 districts sanitaires et le District de Bamako.
Egalement, il s’agit pour les ASACO d’acquérir de nouvelles compétences en communication, mobilisation sociale et plaidoyer, et de promotion de la SR/PF.
Au total, ce sont 700 leaders communautaires, dont des religieux, des chefs de villages, leaders jeunes, leaders femmes, qui seront formés et sensibilisés pour leur implication dans la promotion de la SR/PF.
Rappelons que ce projet est mis en œuvre à travers : les directions régionales du Développement social et de l’économie solidaire (DRDS-ES) ; les Académies d’enseignement fondamental, les directions régionales de la Santé (DRS) ; de la Promotion de la femme ; de la Jeunesse et de Sports ; les ASACO, les élèves; les congrégations religieuses, les leaders communautaires, etc.
A la fin des travaux, le président du Haut conseil islamique de la Commune V, l’imam Fousseyni DOUMBIA, a tenu à saluer les initiateurs de cette rencontre pour la bonne collaboration et leur implication constante des leaders religieux dans les campagnes en faveur de la PF.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *