Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Promotion de la sécurité alimentaire: l’apport des pisciculteurs et aquaculteurs

La Confédération nationale des sociétés coopératives des pisciculteurs et aquaculteurs du Mali (CONASCOPA-Mali) a tenu, hier lundi, dans la salle de conférence du gouvernorat du District de Bamako, son assemblée générale constitutive.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par la représentante du ministre de l’Elevage et de la pêche, KOUYATE Fanta KAMISSOKO ; en présence de la représentante du ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du nord, Dr KONE Rokia MAGUIRAGA ; de la représentante des partenaires techniques et financiers évoluant dans le domaine de la pisciculture, Marie Goretti N’TAHOMBAYE; et de plusieurs membres de la CONASCOPA, venus de Bamako et de toutes les régions du pays.
Selon le secrétaire général de la commission d’organisation de la CONASCOPA-Mali, Cheick Oumar MAIGA, cette assemblée constitutive a pour objectif d’établir un réseau d’entraide entre les pisciculteurs et les aquaculteurs sur les questions qui touchent à l’environnement, au développement durable et à la résolution des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien.
Aussi, a-t-il précisé, cette assemblée générale constitutive puise ses origines de la volonté inébranlable des acteurs des 2 secteurs à vouloir changer les anciennes pratiques afin de créer une confédération pouvant abriter toutes les fédérations, les unions et les coopératives évoluant dans le domaine de la pisciculture et de l’aquaculture au Mali.
Par ailleurs, a-t-il fait savoir, la CONASCOPA-Mali se fixe comme ambition de donner à la pisciculture toute sa place dans le développement socioculturel et économique de notre pays.
M. MAIGA a rassuré que la CONASCOPA fera de son mieux afin que la population malienne vive en bonne santé grâce à une alimentation riche en protéine, à travers la consommation du poisson.
« Les profondes mutations qui s’opèrent aujourd’hui dans le monde au plan climatique, de la préservation de notre milieu de vie et la continentalité de notre pays nous interpellent au plus haut niveau et nous projettent ainsi dans les défis majeurs auxquels nous devons faire face. C’est pourquoi la pisciculture et l’aquaculture doivent se doter de puissants instruments de développement qui donneront à coût sûr de l’emploi aux jeunes et aux femmes », a noté Cheick Oumar MAIGA.
Enfin, M MAIGA a saisi l’occasion pour rassurer de la disponibilité de leur confédération à soutenir toutes les actions des autorités de notre pays qui convergent vers le bien-être des populations.
La représentante des partenaires techniques et financiers, Marie Goretti N’TAHOMBAYE, a salué cette initiative de la CONASCOPA qui, selon elle, s’inscrit dans le cadre de la recherche de solution à l’insécurité alimentaire au Mali. Elle a témoigné que le sous-secteur de la pêche contribue fortement à la création d’emplois pour les jeunes.
Aussi, a-t-elle informé sur les démarches en cours pour accompagner le gouvernement de notre pays et les acteurs évoluant dans le secteur de la pisciculture.
La représentante du ministre de l’Elevage et de la pêche, KOUYATE Fanta KAMISSOKO, pour sa part, a affirmé que la mise en commun des efforts et moyens contribuera à résoudre les problèmes qui ralentissent le développement de la filière. Elle a appelé les pisciculteurs et les aquaculteurs à s’appuyer sur des organisations capables de donner plus de vitalité au secteur et de donner des emplois aux jeunes et aux femmes.
Pour Mme KOUYATE, la tenue de cette assemblée générale constitutive constitue un pas décisif dans la volonté de la CONASCOPA-Mali d’affronter les problèmes de la filière poisson en vue de trouver des solutions adéquates.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *