Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Promotion des femmes rurales de Dioïla: remise de matériels de production de 30 millions

Lors de sa visite, le jeudi dernier, au Centre de transformation et de production des produits karité de Dioïla, la ministre de la Femme, de l’enfant et de la famille, Mme SANGARE Oumou BA, est allée avec les mains pleines de cadeaux pour les femmes rurales. Une cinquantaine d’organisations de femmes rurales a reçu des équipements et matériels de production, d’une valeur de 30 millions FCFA. Les bénéficiaires sont les organisations Kalojè, réseau Sido, l’Aprokam…

En respectant à la lettre sa promesse faite à l’équipe du Projet d’appui aux groupements féminins dans l’exploitation du karité, la ministre de la Femme, de l’enfant et de la famille, à la tête d’une forte délégation, s’est rendue le jeudi 27 novembre à Dioïla, capitale du Banico, pour s’enquérir des nouvelles de ses sœurs rurales.

Avant d’aller sur le site du Centre de transformation et de production des produits karité, la ministre a rendu visite aux notabilités de la localité, notamment le chef du village, accompagné du préfet. Juste après les salutations d’usage, la ministre et sa suite se sont transportées au Centre de transformation et de production des produits karité.

«Votre visite revêt pour nous une dimension particulière au Banico, où nous entretenons la forme traditionnelle de gestion de la femme, reléguée au dernier plan, c’est-à-dire celle qui s’occupe de la maison rien que de la maison. Vous allez, par votre exemple, démontrer que la femme peut tout faire, elle peut gérer un service, une société, elle peut être Président de la République. Vous allez par exemple nous dire que les associations féminines sont une réalité au Mali et qu’elles constituent un jalon de développement. C’est tout simplement pour vous dire Mme le ministre combien votre visite est importante pour nous», a déclaré le maire de Kaladougou, Mamadou KONATE.

La présidente de l’Association professionnelle des femmes rurales de Dioïla (ASPROFER), Fanta DIARRA, s’est réjouie de la visite de la ministre dans leur localité. Elle a félicité le ministre BA pour tout ce qu’elle fait pour les femmes du Mali, en général, et des femmes rurales, en particulier. Profitant du micro, Fanta DIARRA a confié les femmes des 23 communes du cercle de Dioïla à la ministre Oumou BA.

Dans son intervention, la coordinatrice du Projet karité, Binta BOCOUM, a présenté son projet, connu  sous le nom du projet Appui aux groupements féminins dans l’exploitation du karité.

Selon Mme BOCOUM, le projet a été initié en 2004 pour cinq régions (Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso et Mopti) pour lutter contre la pauvreté. En initiant ce projet, le département a voulu mettre un accent particulier sur l’amélioration des revenus des femmes, condition sine qua non à leur développement durable.

‘’Le karité, cette espèce spontanée, constitue une des principales sources de revenu des femmes: il représente environ 80% des revenus des femmes rurales dans certaines zones du Mali et occupe plus de trois millions de femmes rurales’’, a souligné Binta BOCOUM.

Compte tenu de l’importance du sous-secteur, a indiqué la coordinatrice, il était nécessaire de  renforcer les capacités techniques et organisationnelles des actrices. Ainsi, le programme de formation pour l’amélioration de la qualité des produits, la démarche qualité, la diversification des produits a touché plus de 10 000 femmes.

Aussi, plus de 150 organisations et coopératives de femmes ont bénéficié d’équipements, de matériels productifs, de fonds de roulements et de formation en gestion financière et organisationnelle.

«Des efforts ont été consentis par le département, à travers ce projet par la création et l’équipement des infrastructures de production et de commercialisation des produits et permettre aux organisations de s’ériger en véritable actrices économiques dans la filière. Il s’agit de huit centres de production dans les bassins de production à savoir : Kita, Dioïla, Kati (Bancoumana), Ségou, San, Kemeni, Sikasso et Kadiolo (Loulouni).

«C’est avec un réel plaisir que je me retrouve parmi vous, braves femmes transformatrices et productrices de karité, pour partager vos quotidiens et préoccupations en vue d’une plus grande émergence au sien de la filière karité’’, a déclaré la ministre de la Femme.

Elle a rappelé que notre pays dispose d’un potentiel important pour le développement de la filière karité; car disposant le plus grand peuplement de karité en Afrique soit environ 2/3 de l’ensemble.

Les femmes rurales sont responsables de la majeure partie du travail de productivité au sien de la filière karité, a martelé Oumou BA.

Malgré l’appui du projet karité, les exploitantes rencontrent certaines difficultés, a reconnu la ministre. Ces difficultés ont pour nom, entre autres, l’insuffisance de l’organisation des productrice; la faible capacité de transformation et de diversification des produits karité; la faible maîtrise de la qualité de production; le faible accès des femmes exploitantes de karité aux technologies et aux crédits bancaires; l’insuffisance de structures adaptées pour le stockage et la conservation; la faible structuration des circuits de commercialisation.

SANGARE Oumou BA s’est dit convaincue qu’en donnant aux productrices des connaissances suffisantes, elles pourront participer davantage au développement local, voire national.

Avant d’aller remettre de façon symbolique les équipements aux femmes, la ministre a appelé l’assistance au respect strict des règles sanitaires, éditées par les spécialistes, dans la prévention de la maladie à virus Ébola.

Entourée de ses proches collaboratrices, la ministre a offert des équipements de production à une cinquantaine d’organisations venant de Dioïla mais aussi des autres bassins de production, pour une valeur de 30 millions de FCFA.

Ces équipements sont composés des marmites, des tasses et bassines en plastique, des sceaux, des balances…

La ministre SANGARE Oumou BA et sa suite ont effectué une visite guidée du centre de transformation et de production des produits karité de Dioïla. Au cours de cette visite, tout le processus de transformation du karité leur a été expliqué. La ministre a pu apprécier le savoir et le savoir-faire des femmes de l’association  Kalojè de Dioïla.

Par Hamidou TOGO

Envoyé spécial

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *