Protection de droit de l’homme: ODHP et Diakonia lancent le débat

9

L’Observatoire des droits humains et de la paix (ODHP), en collaboration avec l’ONG Diakonia, a organisé, hier mercredi, au Centre de perfectionnement de l’ANPE, une conférence-débat sur la protection des droits de l’homme pendant et après la crise, qui s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui à la promotion des droits humains, la justice et la réconciliation, financé par l’ONG Diakonia.

Placée sous l’égide du représentant du ministre de la Justice, des droits de l’homme, garde des sceaux, Mamadou DIAKITE, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence d’Abraham BENGALY, président de l’ODHP; de Nicolas Sidibé, représentant de l’ONG Diakonia, etc.
«Cerner les enjeux, défis et perspectives et la protection des droits humains au Mali, pendant et après la crise», tel était l’objectif principal de cette conférence–débat qui a enregistré la présence d’une cinquantaine de participants défenseurs de droit de l’homme.
Aussi, s’agissait-il pour eux, de dégager une stratégie pour renforcer la protection des droits de l’homme dans un environnement dangereux ; attirer l’attention des médias pour protéger les droits de l’homme ; et amener les autorités nationales à respecter les normes internationales de protection de droit de l’homme.
Pour le président de l’ODHPM, la tenue cette conférence-débat intervient après la publication du rapport du Secrétaire général des Nations unies, rendu public le 29 septembre 2016, sur la situation du Mali. Dans ce rapport, explique-il, la situation des droits humains et la situation humanitaire retiennent l’attention de l’ODHP.
Selon lui, ledit rapport révèle les menaces contre l’intégrité physique des personnes, des actes de banditisme, des attaques ciblées perpétrées par des éléments armés, des violences intercommunautaires.
Cette situation, à son avis, constitue un obstacle à la réconciliation nationale et à la cohabitation pacifique dans notre pays.
Par ailleurs, M BENGALY a profité de l’occasion pour remercier le ministère de la Justice et des droits de l’homme qui a mis en place la politique nationale des droits de l’homme, dont la mise en œuvre permettra de trouver des solutions idoines et durables aux diverses violations de droit de l’homme et de lutte contre l’impunité.
Quant au représentant du ministre de la Justice et des droits de l’homme, il a rappelé qu’à travers cette journée de réflexion, il s’agit pour les participants de tirer toutes les leçons de la crise et de faire en sorte que justice soit faite, tout en luttant contre l’impunité et l’oubli.
A travers ce thème, soutient M DIAKITE, les participants doivent fédérer leurs actions pour faire en sorte que les droits de l’homme sortent mieux protégés de cette crise.
Aussi, a-t-il réitéré l’engagement de son département pour la promotion des droits de l’homme au Mali. A cet effet, il a donné quelques informations relatives au plan d’action 2017-2021 du ministère de la Justice et des droits de l’homme qui comporte un engagement budgétaire de 4 milliards de FCFA sur le budget de l’Etat. A son avis, cette initiative est un acte fort du gouvernement pour jouer son rôle premier dans la protection de droit de l’homme. Car c’est l’Etat qui est le premier garant du respect des droits de l’homme sur le territoire national. Enfin, il a invité l’ODHP à se joindre à l’Etat pour la mise en œuvre de la politique nationale des droits de l’homme.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *