Search
lundi 20 août 2018
  • :
  • :

Protection des données à caractère personnel et élections: l’APDP déplore des attentes à la vie privée des candidats

Le président de l’institution, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim HAÏDARA, a présidé, ce lundi 6 août, l’ouverture des travaux de la deuxième session de l’Autorité de protection des données à caractère personnel. Au cours des présentes assises, l’Autorité aura examiner une vingtaine de dossiers portant sur des sujets aussi divers et variés que le système de vidéosurveillance sur les lieux de travail et les lieux privés, les mesures de sécurité applicables au traitement des données, les données relatives à la gestion du personnel ou à la gestion de la clientèle, etc.

A l’ouverture des travaux, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim HAÏDARA, a rappelé que la présente session se tient dans une période marquée par les élections présidentielles. Il a souligné que ce scrutin, particulièrement attendu par les acteurs politiques et les structures en charge de la gestion du processus électoral, appelle son Autorité à une extrême vigilance. C’est pourquoi, il a attiré l’attention des commissaires sur le fait que des atteintes graves à la vie privée de l’adversaire sont souvent enregistrées pendant la campagne électorale. C’est pourquoi, dès l’entame de la campagne électorale pour le premier tour du scrutin présidentiel, l’APDP n’a pas manqué d’appeler l’ensemble des acteurs étatiques et non étatiques, la presse, les partis politiques ainsi que les candidats au respect strict de la loi.
Cet appel n’a malheureusement pas été entendu, d’autant qu’il a été donné d’établir, non sans amertume, le constat de graves manquements à la vie privée des candidats, notamment sur les réseaux sociaux, tous actes qui jurent avec les principes relatifs au traitement de données personnelles et qui ont été vigoureusement condamnés par l’Autorité de protection.
Au moment où les électeurs s’apprêtent à retourner aux urnes, l’APDP, par la voix de son président, réitère à nouveau son appel, afin que la campagne, pour le second tour soit davantage respectueuse de la dignité humaine, à travers la préservation de la vie privée.
Selon M. HAÏDARA, la protection des données dans la gestion du processus électoral figurait en bonne place dans le Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), entré en vigueur seulement le 18 mai dernier. Ce cadre unique de référence, en matière de Protection des données personnelles dans le monde, a-t-il ajouté, s’impose à tous et comme tel; sa maitrise est d’une nécessité absolue pour toutes les autorités.
Au passage, il a tenu à féliciter la CENI et la DGE pour avoir été regardantes sur les principes de la protection des données personnelles, lors de l’élaboration du fichier électorat et de la diffusion de la liste des électeurs.
Par ailleurs, a fait savoir M. HAÏDARA, la protection des données personnelle est un domaine en perpétuelle évolution et de plus en plus elle s’affiche telle une norme de qualité dans tous les secteurs de la vie. En un mot, dira-t-il, elle est incontournable et, de surcroit, déterminative de la qualité des services à travers le monde. «Les autorités de protections se doivent de maintenir la cadence, en se hissant constamment à un niveau de compétence Ieur permettant de répondre aux attentes des usagers», a-t-il insisté.
De nos jours, a dit le président de l’institution, l’Autorité est de plus en plus sollicitée tant dans le public que dans le privé pour de multiples interventions en rapport avec ses missions. Selon ses responsables, l’approche pédagogique choisie par l’APDP s’est avérée efficace comme en témoigne le nombre de dossiers chaque jour plus important soumis à son examen.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *