Search
vendredi 22 septembre 2017
  • :
  • :

Protection sociale: ICP-Mali Friedrich Ebert outillent des journalistes

L’ICP-Mali (l’information, communication et le plaidoyer au service de la protection sociale au Mali) en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert, organise du 7 au 9 septembre, un atelier de renforcement des capacités des journalistes sur la protection sociale. La cérémonie d’ouverture a eu lieu hier jeudi, au siège de la Mutualité malienne à Médina-Coura.

C’était en présence du président de l’ICP-Mali, Ousmane DAOU ; du représentant de la Fondation Friedrich Ebert, Amadou SAMAKE et le président l’Union technique des mutualités du Mali, Issa CISSOUMA.
Durant trois jours, une quarantaine de journalistes seront outillés sur les enjeux et défis de la politique nationale de protection sociale ; partageront le plan national d’extension de la protection sociale et seront formés à être des acteurs engagés au service du développement social au Mali.
Le chargé des programmes de la Fondation Friedrich Ebert, Amadou SAMAKE, a affirmé que leur organisation travaille avec ses partenaires maliens pour un développement pluraliste, participatif et démocratique pour aller au renforcement et à la consolidation de la justice et de la démocratie sociale. Selon lui, la Fondation appuie la gestion et la résolution de la crise au Mali de façon critique et constructive. Dans la poursuite de ses activités, dit-il, elle jette son regard vers un plus grand réseau de proches partenaires et de nombreuses relations ainsi qu’un plus grand nombre de domaines d’intervention et de défis à relever au niveau social et politique.
« La protection sociale est un instrument de protection des travailleurs et travailleuses, des citoyens et citoyennes contre des risques sociaux comme la maladie, le chômage, l’âge… La protection sociale est également un instrument essentiel et indispensable dans la lutte contre la pauvreté. On peut constater aujourd’hui que les sociétés qui disposent d’un système de protection sociale et complet sont parmi les plus riches dans le monde », a affirmé le représentant de la Fondation Friedrich Ebert.
Il a soutenu que la réalité du Mali pose un défi pour des systèmes de protection sociale. Pour preuve, M. SAMAKE a fait savoir que les chiffres officiels indiquent que plus de 47 % des Maliens sont pauvres. Selon lui, compte tenu de la baisse de la ligne de pauvreté, il est juste d’assumer que la pauvreté est encore beaucoup plus élevée que le chiffre indiqué.
Le chargé des programmes de la fondation s’est dit convaincu qu’établir un système de protection sociale et viable est à la fois un véritable challenge et une nécessité urgente pour notre pays. Il a affirmé que c’est pour cette raison que la Fondation soutient ICP-Mali dans son initiative de la création d’un réseau de plaidoyer lobbying auprès des décideurs sur la thématique Protection sociale.
Pour sa part, le président de l’ICP-Mali, Ousmane DAOU, a rappelé que la protection sociale consacrée par la Déclaration universelle des droits de l’homme fait partie des droits fondamentaux. Selon lui, la mise en œuvre de la Déclaration de politique nationale de protection sociale, adoptée en 2002, par le gouvernement du Mali a permis d’atteindre des résultats satisfaisants. Il a cité entre autres : l’institutionnalisation de l’AMO et du RAMED en 2009 ; le renforcement des institutions de sécurité sociale ; le développement de la mutualité à travers la mise en œuvre de la stratégie nationale d’extension de la couverture maladie par les mutuelles de santé, le renforcement de la résilience des communautés à travers le développement des organisations de l’économie solidaire.
Comme défis, le Président de l’ICP-Mali a soulevé l’opérationnalisation du régime d’assurance maladie universelle ; l’extension des régimes de pensions aux populations non couvertes ; l’accès au revenu minimum pour les enfants et familles très pauvres, à travers des programmes des filets sociaux afin d’assurer l’accès à l’alimentation, à l’éducation, et à tout autre bien et services sociaux de base.
De l’avis M. DAOU, face à ces défis, le rôle des professionnels de la communication est stratégique et incontournable dans la perspective d’une meilleure compréhension de la protection sociale par les populations. D’où, les séminaires de renforcement des capacités que son regroupement organise régulièrement à l’intention des journalistes.
Pour la première journée, Mme KONE Sissi DAKOUO a entretenu les journalistes sur les enjeux et défis de la politique nationale de protection sociale au Mali.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *