Search
samedi 18 août 2018
  • :
  • :

Questions de violences basées sur le genre: bientôt un expert Onusien déployé au Mali

En séjour dans notre pays pour échanger avec les acteurs de la question des violences basées sur le genre, la Sous-secrétaire générale et Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies, Zeinab Hawa BANGURA, a rencontré, hier mardi, les responsables du ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.
L’hôte du Mali a révélé que des discussions sont en cours pour le déploiement très prochain d’un expert onusien dans la lutte contre les violences sexuelles.

La délégation de la Sous-secrétaire générale a été reçue par la ministre SANGARE Oumou BA, en présence de plusieurs cadres du département et des actrices d’organisations féminines de lutte contre les violences basées sur le genre.

Les efforts de l’ONU en matière de lutte contre les violences sexuelles au Mali salués
D’entrée de jeu, le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a tenu à remercier la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour sa présence dans notre pays en vue de prendre part aux échanges sur la problématique des violences basées sur le genre, en particulier les violences sexuelles en période de conflit.
Pour elle, le déplacement de Mme BANGURA dans notre pays est la preuve suffisante de son engagement personnel pour la promotion et la protection des droits humains et ceux des femmes et des filles, en particulier.
«Cette visite traduit l’attachement de votre Institution à soutenir les efforts de promotion et de protection des droits humains, et en particulier des femmes et des filles au Mali comme dans le reste du Monde. Elle traduit aussi de façon éloquente la nécessité et l’opportunité de mettre en place un cadre solide de coopération avec le gouvernement du Mali, à travers le ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille sur les questions de violences sexuelles », a affirmé Mme SANGARE Oumou BA.
Elle n’a pas manqué d’exprimer la reconnaissance du Mali à l’ONU pour avoir bien accepté sa demande d’appui institutionnel pour la mise en place de deux personnes ressources, dont une nationale dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre, plus précisément les violences sexuelles.
La première responsable du département de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a rassuré la Représentante du secrétaire général des Nations unies que la question des violences basées sur le genre dans les zones de conflit demeure une priorité du gouvernement et des organisations de défense de droits humains.
Elle a informé que plusieurs actions ont été entreprises dans le cadre de la prévention et la prise en charge de différentes formes de violences avec l’appui du système des Nations Unies et d’autres partenaires.
Comme instruments programmatiques et juridiques qui fondent la volonté inébranlable du Mali dans la lutte contre toutes les formes de violences, notamment sexuelles, le ministre a évoqué entre autres, la Politique nationale du genre, le Programme national de lutte contre les violences basées sur le genre, le Code pénal et le Code de procédure pénale.
Mme SANGARE Oumou BA a par ailleurs donné l’assurance que notre pays, ayant opté pour une sensibilisation vigoureuse pour changer les comportements, va orienter ses ambitions vers l’adoption d’une loi contre les violences basées sur le genre. Pour y arriver, elle a sollicité le soutien de la Sous-secrétaire générale et celui de l’ensemble du système des Nations Unies pour le renforcement des capacités du ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille et tous les acteurs engagés dans la lutte contre les violences basées sur le genre en période de conflit.

L’engagement de Mme Zeinab Hawa BANGURA aux côtés du Mali
Selon la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies, elle est venue dans notre pays pour écouter et voir dans quelles mesures son bureau peut aider les acteurs maliens dans la lutte contre les violences sexuelles.
Aussi, a-t-elle fait savoir, son rôle est d’appuyer, d’accompagner et d’encourager les autorités nationales à prendre des décisions en faveur de la lutte contre les violences sexuelles. Tout en indiquant que sa mission consiste également à aider les acteurs maliens dans la mobilisation de ressources pour appuyer les victimes.
Par ailleurs, Mme BANGURA a salué les réformes en cours et le travail déjà abattu par les acteurs maliens avec l’appui des Nations unies dans la lutte contre les violences sexuelles.
La représentante des Nations unies a rassuré d’aider notre pays en termes de plaidoyer et à travers d’autres initiatives dans ce combat. Elle a révélé que des discussions sont en cours pour le déploiement très prochain au ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, d’un expert onusien dans la lutte contre les violences sexuelles.

L’état de la lutte contre les violences sexuelles au Mali
Après les mots introductifs du ministre et de la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies, une présentation sur les violences sexuelles en période de conflit, cas du Mali, a été faite par le chef de programme.
Il ressort de sa présentation qu’à la faveur de la crise qu’a connue notre pays, 1 344 cas de violences sexuelles ont été enregistrés, dont 1284 cas dans les régions de Tombouctou et de Gao.
Comme actions et outils contre les violences sexuelles, l’on note, entre autres, l’élaboration d’un programme national de lutte contre les violences sexuelles ; l’initiative d’une lettre circulaire ; la saisine de la Cour pénale internationale par le gouvernement ; des campagnes d’information et de sensibilisation dans les zones de conflits ; l’orientation des victimes vers les tribunaux compétents, des sessions de formation à l’endroit des parlementaires sur les principes de base…

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *