Racine Thiam à propos des allégations sur le salaire du Président IBK: « c’est faux, IBK ne gagnent pas 150 millions de FCFA par mois »

4

Le directeur de la Communication et des relations publiques du Président de la République, Racine THIAM, a animé, hier mardi, le 8è numéro de sa rencontre périodique avec les médias, dénommée « Rendez-vous avec Koulouba ». À travers des échanges à bâton rompu avec les journalises, le conférencier a fait le tour de l’actualité du Président de la République, ses visions et ses réalisations. Il a saisi l’occasion pour balayer d’un revers de la main les allégations sur le salaire du Président IBK.

Cette conférence de presse s’est tenue 2 jours après la célébration du 3è anniversaire de l’accession au pouvoir du Président Ibrahim Boubacar KEITA. Une occasion mise à profit par le directeur de la Communication pour faire un bilan à mi-parcours des réalisations du régime et les projections.

IBK ne gagne pas 150 millions par mois :
Avant de rentrer dans le vif du sujet, le conférencier a jugé nécessaire d’apporter des éclairements sur les déclarations de certains responsables politiques du pays tendant à faire croire que le Président de la République a un salaire de 150 millions de FCFA par mois.
Pour Racine THIAM, ces fausses informations sont faites à dessein par leurs auteurs. « C’est faux, ce n’est pas possible. Le Président de la République n’est pas payé à 150 millions de FCFA par mois », a rétorqué le directeur de la Communication du chef de l’Etat.
Il a éclairé l’opinion publique en précisant que le Président de la République est payé selon une loi qui fixe les salaires et indemnités des responsables de l’Etat. Une loi votée depuis 1992, elle est non seulement publique et disponible, mais elle n’a pas non plus changé depuis cette date.
« L’on essaye de faire une comparaison sur tableau pour dire que le Président de la République est mieux payé que Barack OBAMA. Alors que le Président de la République est 20 fois moins payé qu’OBAMA. On confond sciemment et ceux qui le font le savent, car certainement, ils ont pratiqué l’Etat et savent que ce n’est pas vrai. C’est simplement pour créer une situation de défiance au sein de la population pour que les gens se révoltent en disant trop c’est trop ; on ne peut pas donner 150 millions à IBK ; 75 millions au Premier ministre. C’est faux, c’est injuste et ce n’est même pas moral », a lancé le conférencier.
Sans dévoiler le salaire réel du Président de la République et de ses ministres, se référant sur la loi en question, Racine THIAM a affirmé que le salaire des ministres tourne autour d’un million ; autour de 2 millions pour le Premier ministre et autour de 4 millions pour le Président de la République.
Il a estimé que l’on peut faire la confrontation politique sans rentrer dans ces jeux. Tout en soulignant que la Présidence de la république du Mali a un fonds de souveraineté qui est le plus bas de la sous-région.
«Nous avons le 2è de la Présidence le plus bas de la sous-région. Le Président IBK a un salaire qui, en Afrique, passe pour être ridicule. Il faut arrêter cette campagne de dénigrement sur tout et sur le loyer que le Président de la République aurait pris pour sa location, c’est faux et archi faux », a précisé Racine THIAM.

Les avancées de l’Accord
Se prononçant sur les avancées enregistrées après la signature de l’Accord de paix et de réconciliation, Racine THIAM a rappelé qu’IBK a été élu sur un programme qui s’intitulait ‘’ Pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens’’.
Après trois ans de pouvoir, le conférencier trouve que l’espace médiatique a été plus orienté vers la crise du Nord que les avancées enregistrées dans d’autres domaines.
Selon lui, il y a eu des avancées palpables dont la plus grande, à son avis et celui du Président de la République, est le fait que depuis la signature de l’Accord tous les groupes armés qui se réclamaient séparatistes, fédéralistes ou indépendantistes, sont désormais inscrits dans l’intégrité territoriale du Mali. Et que depuis la signature de l’Accord, aucun des belligérants n’a porté les armes contre les militaires maliens.
«La signature de l’Accord nous a permis d’éteindre un front. La mise en œuvre de l’Accord se poursuit et ceux qui considéraient l’Etat malien comme leur ennemi, aujourd’hui le voit comme le juge, l’arbitre qui peut trancher leurs différends. L’on ne parle plus de séparatisme, mais de lutte contre le terrorisme. Ce changement de paradigme est assez important. Ce qui nous fait dire que la signature de l’Accord a permis une avancée importante, même si un 2è front reste ouvert, à savoir le terrorisme que toutes les nations du monde font aujourd’hui face », a souligné M. THIAM.

Les grandes réalisations :
Sur le plan des infrastructures, le responsable de la Communication du Président de la République a indiqué que beaucoup de choses ont été faites. Il a révélé que près de 400 milliards sont en train d’être investis dans le domaine de l’électricité et de l’eau. Et que le projet d’adduction d’eau potable de Kabala II, pour un montant de 104 milliards de FCFA, initié par le régime actuel, est sur le bon chemin. Ce projet, a-t-il soutenu, permettra de donner de l’eau à 1,5 millions de personnes à Bamako et environ.
Aussi, a-t-il annoncé, plusieurs centrales électriques, hybrides et solaires sont en construction à travers le pays dont le plus grand à Ségou.
Dans le domaine de l’Agriculture, Racine THIAM a fait savoir que le Président IBK a été félicité par la FAO à Rome pour l’effort exceptionnel entrepris dans le développement de l’Agriculture. Le Mali étant le pays africain qui a dépassé le protocole de Maputo avec 5% en ce qui concerne le budget alloué à l’Agriculture.
« Les 15% du budget alloués à l’Agriculture permettent non seulement de subventionner les machines et les intrants agricoles, mais aussi de multiplier les surfaces aménagées pour atteindre 100 000 ha le plus rapidement », a salué Racine THIAM.
En ce qui concerne l’emploi, le conférencier a reconnu que beaucoup d’efforts ont été déployés et que beaucoup d’autres restent à faire. Pour résoudre le problème d’emploi, il a noté qu’il est nécessaire d’imaginer d’autres formules innovantes pour pouvoir absorber le chômage. Cela, dit-il, en exploitant les domaines de l’Agriculture, de l’Agro-industrie et de celui des petites et moyennes entreprises.
Il n’a pas passé sous silence le prix des denrées alimentaires qui, selon lui, n’ont pas pris l’ascenseur contrairement à ce qui se dit.
Le conférencier a tenu a rappelé que le régime en place a accordé 20% d’augmentation sur le salaire des fonctionnaires. Ce qui, affirme-t-il, est du jamais fait dans notre pays depuis l’Indépendance.
« De même, l’ITS (impôts sur les traitements et salaires) a été baissé de presque 8% ; plus de 40 milliards de subvention ont été mobilisés pour maitriser le prix de l’électricité. Aussi, nous quittons 1 400 milliards de budget pour 2 000 milliards, soit 600 milliards d’augmentation, rien que sur les recettes internes du pays, c’est-à-dire la Douane, les Impôts et taxes. Cela veut dire qu’il y a des choses qui rentrent dans le pays, qu’il y a moins de corruption à la Douane ; aux Impôts et que la lutte contre la corruption, dont a promis le Président IBK, est en train de marcher », s’est félicité le conférencier.
Il a également souligné les investissements qui ont été faits dans le domaine sécuritaire pour tenir les Forces armées maliennes (FAMA) en situation de combat sur toute l’étendue du territoire.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *