Search
vendredi 24 septembre 2021
  • :
  • :

Rassemblement du 11 août: M5-RFP, ‘‘ce que nous voulons’’

À l’appel des responsables du M5-RFP, une foule nombreuse a pris d’assaut, ce 11 août 2020, le Boulevard de l’Indépendance pour appeler, à nouveau, au départ du président IBK et son régime. À cette occasion, plusieurs leaders du mouvement se sont exprimés pour non seulement galvaniser la troupe, mais également pour mettre en garde le président IBK qui ne veut pas écouter son ‘’peuple’’, le monde du M5 RFP. Convaincus de la détermination des militants, les leaders ont rassuré la foule que la victoire n’était plus loin, même si l’on est par ailleurs conscient, que ce n’est pas en un seul jour qu’on peut faire tomber un régime. Au dire de certains intervenants, tout a été tenté pour divertir les dirigeants et casser le mouvement : « Ils ont tout tenté. Le mensonge, la corruption, ils ont essayé de nous mettre à dos. Ils ont échoué ». Nous avons choisi pour vous des morceaux !

Choguel K MAIGA : « Nous ferons en sorte que ce pouvoir tombe »
Nos camarades emprisonnés seront en liberté bientôt. Pour faire tomber un pouvoir, ce n’est pas un seul jour. Mais, nous sommes fiers de cette lutte : nous avons accéléré l’application de l’article 39 des enseignants. Nous avons fait en sorte que le prix du coton des cultivateurs soit régulier et les revendications sont encore en cours. Nous ferons en sorte que ce pouvoir tombe. Vous avez ma parole.
Nos camarades sont tombés pour que le peuple malien recouvre sa dignité
Depuis le 5 juin, on nous dit qu’IBK n’est pas tombé. Faire tomber un pouvoir n’est pas l’affaire d’une journée.
Après les tueries, dans la panique, le pouvoir a décidé de faire la répression en utilisant les forces de sécurité et la justice. Nous chercherons tous les coupables des assassinats du rassemblement passé et ils seront trainés devant la justice.
Continue-t-il.
Il ne faut pas que le corps des magistrats se trompe de combat. Notre combat va continuer jusqu’à la démission d’IBK et de son régime. Ce régime sera chassé par le peuple du Mali. Ils seront renvoyés dans les poubelles de l’histoire. IBK va démissionner cher peuple.

Pr Ibrahim Ikassa Maïga : « Nous voulons instaurer la bonne démocratie »
Nous (M5 RFP) avons décidé de mener pacifiquement cette lutte contre la mauvaise gouvernance du Président IBK et elle va s’étendre partout au Mali. Nous porterons plainte contre les responsables des tueries du rassemblement passé. Nous voulons instaurer la bonne démocratie. Nous exigeons la libération de Soumaila Cissé. Nous exigeons également la démission des députés dont la victoire a été contestée.
Nous condamnons les arrestations arbitraires de nos membres qui sont en ce moment emprisonnés dans la main du régime. Nous continuerons cette lutte jusqu’à la démission du président de la République et de son régime. Le peuple malien reste déterminé et mobilisé.

El Hadj Issa Kaou Djim : « C’est IBk, le vrai problème du pays »
L’insécurité est arrivée jusqu’à Kayes. Ils ont bouffé l’argent du pays, la justice est paralysée, la bonne gouvernance n’est plus. L’éducation est bafouée. Le chômage prend de l’ampleur. C’est IBk, le vrai problème du pays. Il doit démissionner pendant qu’il est encore temps. M5-RFP ne veut rien d’autre que sa démission. Mais, nous exigeons le caractère pacifique de la lutte.
« Nous avons confié le pays à IBK pour que la sécurité revienne dans le pays. À l’époque en 2013, le problème était à Kidal, aujourd’hui, il est jusqu’à Kayes »
La première personne à avoir violé la constitution, c’est IBK. Nous ne voulons pas de violence, mais ce que cette masse présente réclame, c’est la démission d’IBK. Qu’il rende le Mali aux Maliens.
IBK, son Premier ministre et tous ceux qui les ont aidés à tuer des manifestants aux mains nues seront poursuivis.
Nous voulons aussi la libération de Soumaila Cissé. Soumaila Cissé était le vrai président élu en 2018, mais sa victoire lui a été volée. Et « bientôt », concernant sa libération, n’est toujours pas arrivé. Nous n’avons pas oublié nos manifestants emprisonnés. Ils seront bientôt libérés grâce à vous, le peuple.

Cheick Oumar Sissoko:
Ibk dit qu’il va nous emprisonner. Qu’il vienne le faire ! Nous existons grâce à vous. Nous mènerons cette lutte jusqu’à la fin. Ibk et son régime sont les ennemis du pays.
Kassoum Tapo a dit qu’il nous mettra tous en prison. S’il ne le fait pas, nous lui en voudrons. Par contre, lui, ira en prison. Même s’il va aux USA où il a acheté une maison, il ira en prison. Avec tout l’argent détourné, nous pourrions construire des écoles et des hôpitaux, permettre à des gens d’entreprendre.
Ne les écoutez pas lorsqu’ils disent que nous ne sommes pas capables. Nous le sommes avec vous. Restez debout. Nous voulons un nouveau Mali.
Ce mouvement politique que vous êtes, nous n’en sommes que l’expression politique. Nous ne voulons qu’une chose, écrire nous-mêmes une page de l’histoire de notre pays. Ce n’est pas à la CEDEAO ni à la communauté internationale qui le fera, ils nous accompagneront sur la base des intérêts du Mali.
Le sous-sol malien est riche, mais nous ne voyons pas l’intérêt. Si nous ne sommes pas unis, nous n’arriverons pas cher peuple. Nous voulons écrire l’histoire de notre propre pays. Ni la CEDEAO ni la communauté internationale ne pourront le faire. D’ailleurs, ils sont présents pour leurs intérêts.

Me Mountaga Tall : « Le M5 veut que la fourmi arrête de piquer »
Le pouvoir actuel est méchant, très méchant. Ce pouvoir ne pourra pas arrêter le vol, la corruption, ni l’insécurité. La famine persiste, l’éducation est morte, le chômage détruit les jeunes. Il doit partir pour la paix du peuple. Nous ne sommes pas seuls, la diaspora est sortie également et les autres régions.
Mes frères, vous êtes la force du M5. Ce que le M5 doit faire n’est pas une mince affaire. Le M5 veut que la fourmi arrête de piquer. Une fourmi pique, c’est ce qu’elle sait faire.
De la même manière qu’une piqûre de fourmi dérange, ce régime dérange également. Le Mali n’est pas un pays pauvre. Leurs agissements ont appauvri le pays.
Je suis persuadé que notre demande, Dieu l’entendra

Me Mohamed Ali Bathily : « le nouveau ministre de la Justice est un suppôt »
Si tu mets un chat à la place d’un chien méchant, il ne pourra rien faire. Tapo ne peut pas arrêter tout le monde. Tapo est un oiseau de minerve, car ils font leurs attestations en cachette.
IBK, le président de la République est l’ADN du déshonneur du Mali et Kassim Tapo, le nouveau ministre de la Justice est un suppôt. Je ne compte pas Tapo, parce que Tapo est le suppôt, ce n’est qu’un bichon maltais, qui fait beaucoup de bruit, mais ne peut rien faire. Tapo peut-il arrêter les gens ici présents ? Non ! Tapo dit qu’il est un homme de justice, mais les responsables des 23 martyrs sont encore dans la nature. Ibk est l’adeine du déshonneur du Mali et Tapo est disciple.
La loi nous confère la légitime défense. Nous arrêter chez nous la nuit comme des poulets, c’est fini, nous n’allons plus nous laisser faire. Nous envahirons les tribunaux pour les empêcher d’emprisonner les gens injustement.

Adama Ben Diarra dit Ben le Cerveau : « Ils ont tenté de nous mettre à dos, mais ils ont échoué »

Ils ont tout tenté. Le mensonge, la corruption, ils ont essayé de nous mettre à dos. Ils ont échoué. Aujourd’hui, ils disent que nous voulons faire du Mali un État islamique, est-ce qu’ils savent ce qu’ils disent encore ?
De nos 23 personnes qui ont été tuées, l’un était un camarade. Son dernier message était, enterrez-moi et continuez le combat.
Après la pluie, vient le beau temps, mais aujourd’hui, ce n’est pas le beau temps pour IBK et son régime.

Pr Clément Dembélé : « Si IBK reste au pouvoir jusqu’en 2023, le Mali disparaîtra »
Nous ne quitterons pas cette scène aujourd’hui jusqu’à la démission d’IBK. Même dans sa folie meurtrière, Adolf Hitler a laissé les enfants fréquenter l’école, cela fait 3 ans que sous IBK, les enfants maliens ne vont pas à l’école.
Nous voulons qu’IBk et son régime démissionnent. À cause de lui, nos enfants ne vont plus à l’école. Il doit démissionner. Si IBK reste au pouvoir jusqu’en 2023, le Mali disparaîtra.

Mme Sy Kadiatou Sow aux manifestants : « Si vous voulez, IBK s’en ira pour de bon »
Allez-vous acceptez qu’IBK et son régime fassent encore trois ans ? (la foule crie Non) la balle est dans votre camp, jeunes du Mali. Jeunes, ce sont vos semblables qui sont en prison, qui ont été tués. La balle est dans votre camp, jeunes maliens. Si vous voulez, IBK s’en ira pour de bon. Il ne peut plus, il doit partir. Si l’un d’entre vous est arrêté, que 10 prennent sa place. IBK dit être venu pour l’honneur du Mali. N’a-t-il traîné l’honneur des Maliens dans la boue ?

Modibo Sidibé : « Nous voulons que notre pays nous revienne »
Ils pensaient que nous n’allons pas y arriver après le premier meeting. Nous ne voulons pas de poste. Nous voulons le bien du pays. Nous voulons que notre pays nous revienne. Nous y arriverons inch Allah !
« Ils pensaient que le mouvement s’était essoufflé. Aujourd’hui, vous prouvez le contraire. Ils vont dire qu’ils ont remembré la Cour Constitutionnelle, qu’ils vont régler le problème de l’AN, et aussi mettre en place un gouvernement d’union nationale, rien de tout cela ne nous intéresse. Nous n’avons qu’une demande, et elle sera satisfaite.

Dr Oumar Mariko : « C’est l’occasion pour le Mali de se retrouver »
Jean Luc Mélenchon m’a demandé de porter sa parole auprès du peuple malien. Je vais en retour demander à Mélenchon de dire à Macron de la fermer hermétiquement concernant le Mali. Mettre les gens en prison, tirer sur eux, nous disons aujourd’hui que c’est fini.
C’est l’occasion pour le Mali de se retrouver, je demande à Algabass Ag Installa, coordinateur de la CMA, à la plateforme, aux chasseurs de se joindre à nous pour faire partir IBK. Il y’a trop d’effusions de sang dans ce pays.
Le président Macron doit se taire un peu au sujet au Mali. Qu’il envoie Sarkozy à la CPI pour avoir détruit la Libye. Nos soldats meurent chaque jour. Ils doivent parler parce qu’ils ont assez d’être tués par les rebelles. Il est complice d’IBK. Les deux sont les mêmes. Ibk va démissionner.

Imam Mahmoud Dicko :« Je demande une nouvelle fois à mon grand frère d’écouter son peuple ».

Nous menons cette lutte pour le pays. Ceux qui ont tué les innocents jusque chez moi payeront si Dieu le veut, une fois que vous partirez à la maison. Dieu fera son travail. Et ce travail ne passera pas inaperçu aux yeux de personnes.
Je vous demande d’être unis et ensemble nous y arriverons. Ce combat nous concerne tous. Nous allons rendre au Mali son honneur et sa dignité. Ils veulent nous pousser dans l’erreur, pour nous nuire et nous détruire. Mais, n’acceptez jamais cela. Si Dieu le veut, inch Allah, quelqu’un s’en ira en courant de ce pays.

Tout a été déjà dit. Je veux rendre hommage à nos fils, petits fils qui ont donné leur vie pour nous. Je suis convaincu, je n’ai pas de doutes. Ceux qui ont fait couler le sang, sans considération pour la maison de Dieu, même si tout le monde rentre, Dieu mènera cette bataille
Cette lutte est déjà finie, Dieu fera la bataille. Chaque être humain doit avoir une limite. Eux, ils n’en ont pas.
Nos pays voisins, nous les saluons, car nous sommes un pays hospitalier. Mais là où nous sommes aujourd’hui, il convient que ce soit nous qui nous retrouvons.
J’ai dit à mon grand frère IBK, entendons-nous entre nous, moi qui ai entrepris cette démarche, c’est moi qu’on a essayé d’éliminer. C’est Dieu qui me protège. Je ne crains donc rien. Cette lutte est celle de tout le pays, pour restaurer la nation malienne. Rendre au Mali sa dignité, son honneur.
Ils veulent nous pousser à la faute, pour dire après que nous sommes des casseurs et distraire les gens. N’acceptez pas cela. Ce que le peuple lui a demandé, si ne l’écoute pas, si Dieu le veut, il lâchera l’affaire de lui-même
Je suis persuadé, je vous l’ai déjà dit, le Chérif de Nioro ne se dédit jamais
Nous prions pour le retour de Soumaila Cissé sain et sauf. Les enfants dont j’ai dirigé la prière mortuaire, je peux témoigner qu’ils n’étaient ni voleurs ni casseurs. Ils ont été agressés devant chez moi et devant la mosquée, Dieu mènera la bataille. Les mères des victimes m’ont dit «nos enfants sont morts Dicko, si cela ne suffit pas, nous-mêmes sacrifierons nos vies ».
Je salue toute la jeunesse de la commune 5 qui a tout laissé pour venir défendre Dicko, je me dois de témoigner pour eux. Je demande une nouvelle fois à mon grand frère d’écouter son peuple.
Notre appel, Dieu va l’entendre cher peuple. Notre appel, Dieu va l’entendre cher peuple.

Je suis avec le peuple. Il y a certaines familles qui sont venues me voir en disant : « s’ils tuent nos enfants, nous viendrons nous-mêmes prendre votre garde ». IBK doit écouter son peuple. C’est ce qui nous arrange tous. Moi je rentre, mais, vous, vous pouvez rester ici quand vous voulez.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *