Search
lundi 22 juillet 2019
  • :
  • :

Réaction du chérif de Nioro: après SBM, la tête dU Général Salif mise à prix

Le Chérif Mouhamedou bouye Ould cheikhne Ahmede hamahoullah après la prière du vendredi 19 avril 2019 s’est prononcé sur la démission du Premier ministre, Soumeylou Boubèye MAIGA. Il a commenté que le Premier ministre, depuis sa nomination, n’a guère trouvé une solution adéquate aux maux qui minent le pays (insécurité grandissante, mauvaise gouvernance, crises scolaires). Ainsi, son départ était inéluctable. Après SBM, le nouveau combat du Chérif de Nioro sera contre le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Salif TRAORE. Il accuse ce dernier en complicité avec le Premier ministre de projeter des gaz lacrymogènes dans la Zawia de Niaréla. Pour cette faute très grave, il ne souhaite pas que le ministre Salif TRAORE soit membre du nouveau gouvernement

Je rends hommage à Dieu le miséricordieux. J’aurais appris hier que le PM a succombé à sa maladie incurable, chose que j’avais prédit, c’est comme si on égorge un mouton, il fait un temps pour résister avant de mourir, sinon j’étais unanime que le pari était gagné, Boubèye était agonisant. Depuis que lui et son gouvernement ont voulu accepté l’insertion de l’éducation sexuelle complète dans nos établissements publics et privés chose incompatible avec nos mœurs, car le Mali étant un pays à quasi-totalité musulman, nous avons pris le dessus sur lui grâce au tout-puissant. Même IBK n’était pas sans savoir que c’était fini pour son Premier ministre qui n’est pas parvenu à lier l’utile à l’agréable et a failli à la mission qui lui a été consignée. IBK et moi avons une affinité très sincère. Jadis, et je confirme que c’est lui qu’a contribué à la chute de Boubéye. Nous le regrettons d’une part, d’autre part nous n’avons rien à regretter. Pourquoi nous ne le regrettons pas ? J’avais annoncé que Boubèye n’était pas à mesure de gérer le poste de Premier ministre, un fardeau lourd pour lui, il n’a guère pas pu trouver une solution adéquate aux maux qui minent le pays (insécurité grandissante, mauvaise gouvernance, crises scolaires). Sachant son incapacité à remédier aux problèmes du pays, il a préféré rendre sa démission chose qui était inéluctable, sa démission ne met surprend pas.

« Car mieux vaut tard que jamais. Pourtant à eu à remercier beaucoup de PM. Pourquoi il était accroché à SBM ? Depuis la nomination du PM qu’est ce qu’il a fait pour toi et pour le pays ? Au contraire, moi, je parle à haute et voix. J’ai consenti d’énormes efforts considérables pour lui (pécuniaires, matériels, soutien moral). Je parle sans crainte ni murmure il n’a rien fait pour moi, mais hélas ! J’ai été déçu de son comportement, car il n’a pas honoré son engagement vis-à-vis du peuple malien. Enfin la lutte continue et ma décision reste et sera toujours d’apporter ma pierre pour bâtir l’édifice national, et faire sortir le Mali de l’impasse et de l’insécurité, ensemble nous vaincrons. J’ai été déçu du comportement du ministre de la Sécurité et de la protection civile, qui pour moi m’as trahi, j’ai connu Salif Traoré quand il était à Nioro comme lieutenant, je l’ai considéré comme mon propre fils, car il avait une bonne affinité avec mes enfants. Et j’ai su appris que c’est le PM qui l’aurait ordonné à envoyer des policiers pour projeter des gaz lacrymogènes à la zawia de Niarela, automatiquement j’ai chargé mon fils Moulaye Idriss d’appeler le ministre afin de tirer au clair l’information. Il a nié les faits, chose que je considère comme un mensonge. Cela m’a fait très mal, il aurait dû assumer sa responsabilité, et en bonhomie me présenter éventuellement ses excuses en tant que père et fils, alors je sollicite son départ, et je ne veux pas qu’il soit membre du nouveau gouvernement, et cela ne va rien par rapport à ma position. Un message aussi à l’endroit du président de l’Assemblée nationale du Mali, lors de la séance plénière du 18 avril 2019, les députés Nimaga et GASSAMA en voulant interpeller le ministre de la Sécurité concernant l’attaque contre la Zawia ils ont étaient interrompu par vous, par ce que vous ne voulez pas entendu parler de Cheick Hamaoula. Et vous avez ensuite donné l’argument comme quoi, vous-même vous avez un enfant du nom de Cheick. Je vous rappelle que cela est une bonne chose. Je vous rappelle aussi que vous n’avez pas donné ce nom à votre fils par la simple raison que vous souhaiteriez le nom de Hamala chez vous. Vous et moi connaissons la réalité donc gare à vous. J’aurais appris à travers l’émission de notre fils rasta Bath, fils de Mohamed Ali Bathily, que les militaires, officiers, sous-officiers, hommes des rangs censés être hamalistes ou proches de ma famille serait tout être des potentiels auteurs d’un coup d’État contre le régime IBK. Ce n’est pas pour manquer du respect à cette armée, mais elle n’a pas besoin de m’accompagner si jamais je dois mettre fin au régime d’IBK.

Une armée que vous avez même vendu laissée à la merci des Occidentaux.

Dieu est grand

Nioro, le 20 avril 2019

Cheick Coulibaly

Porte- parole Union des jeunes Hamalistes de Nioro du Sahel




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *