Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Réalisation du barrage de Fomi: ce qui a été convenu entre Maliens et Guinéens

La 4e réunion du Comité interministériel de Concertation Guinée-Mali (CIC-GM) tenue du 28 au 29 à Bamako a été sanctionnée par plusieurs recommandations. Parmi lesquelles, l’organisation dans les meilleurs délais une réunion de CIC-GM pour l’élaboration des termes de référence relatifs au partage des coûts et bénéfices de l’ouvrage.

Pendant deux jours, des responsables maliens et guinéens ainsi que des partenaires techniques et financiers étaient en conclave à l’hôtel Elfarouk pour évaluer la mise en œuvre du projet de construction du barrage hydro-électrique de Fomi sur le fleuve Niger.

S’inscrivant dans le cadre du Plan d’action de développement durable (PADD) du Bassin du Niger assorti d’un programme d’investissement pour la période 2008-2027, la réunion a eu lieu les mardi et mercredi derniers.

La cérémonie de clôture était présidée par le Conseiller technique du ministère de l’Énergie et de l’eau, M. Amadou DIALLO, qui avait à ses côtés le chef de la délégation de la Guinée, El Hadji Bandia DOUMBOUYA, représentant aussi le ministre de l’Énergie et de l’hydraulique de son pays.

Dans son speech de remerciement, M. DIALLO s’est réjoui de la tenue de cette réunion pour avoir permis de passer en revue l’état d’avancement du Projet d’aménagement du barrage à buts multiples de Fomi ainsi que le rôle que l’ouvrage est appelé à jouer dans le projet d’interconnexion électrique entre le Mali et la Guinée Conakry. La rencontre a été également l’occasion, a rappelé M. DIALLO, d’évaluer l’opérationnalisation du Comité interministériel de concertation Guinée-Mali et son Secrétariat permanent.

Par ailleurs, malgré les difficultés, le représentant du ministre malien de l’Énergie et de l’eau estime que la mise en œuvre du barrage de Fomi est satisfaisante. Ainsi, dans son allocution, il a tenu à féliciter les partenaires qui soutiennent cette initiative, en occurrence, les Royaumes de Pays-Bas et la Suède de même que les responsables de l’Autorité du Bassin du Niger.

Au cours de cette réunion, les responsables des deux pays ont réaffirmé leur attachement à la mise en œuvre du barrage de Fomi qui aura aussi des avantages certains sur les conditions de vie et de travail du peuple malien et guinéen. En effet, à partir des installations du barrage de Fomi, les populations peuvent faire de l’agriculture, de la pêche et de la pisciculture. En somme, c’est une initiative intégratrice et de développement économique entre les deux pays.

A l’issue des travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations aux autorités maliennes et guinéennes ainsi qu’au secrétariat exécutif de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) en vue booster le processus qui connaît des difficultés.

Ainsi, les participants invitent les ministères des deux pays en charge du dossier de prendre des dispositions pour la nomination des membres du CIC-GM et de son Secrétariat permanent conformément à la décision du 13 juin 2014. Aussi, appellent-ils, à la tenue, dans les meilleurs délais, une réunion de CIC-GM pour l’élaboration des termes de référence relatifs au partage des coûts et bénéfices de l’ouvrage. De même, pour pallier le déficit d’information, la réunion a recommandé le renforcement de la communication prenant en compte l’ensemble des États membres de l’ABN et les populations bénéficiaires sur le projet.

Par ailleurs, tout en demandant aux responsables de l’ABN de prendre les dispositions pour la réalisation de l’EIES sur l’ensemble du bassin du Niger, la réunion souhaite que l’ABN informe ses États membres du choix du site définitif du barrage de Fomi.   

Il y a lieu de retenir que la prochaine rencontre se tiendra en Guinée à une date qui sera convenue des deux pays.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *