Search
samedi 16 décembre 2017
  • :
  • :

Réconciliation: «remettez le flambeau aux femmes»

«La faiblesse de la représentation des femmes maliennes dans le processus de réconciliation nationale ne facilite pas l’atteinte des objectifs du dialogue social en vue de restaurer la quiétude d’antan. Les efforts déployés par les autorités dans ce cadre ne sauraient être concluants s’ils n’intègrent pas toutes les compétences des femmes dans le sens de recoudre le tissu social et du vivre ensemble». C’est partant de ce réel constat que la FENACOF-Mali a initié un projet d’appui au renforcement de la participation des femmes dans le processus de réconciliation nationale dont le lancement a eu lieu, hier jeudi, à la Plate-forme de veille des femmes.
Premières victimes du conflit armé, survenu dans le Nord du pays en 2012, les femmes maliennes réclament désormais un rôle plus consistant dans le processus de réconciliation nationale.
C’est dans cette vision que la Fédération nationale des collectifs d’organisations féminines du Mali (FENACOF-Mali) entend jouer sa partition dans la recherche de la paix en initiant ce projet d’appui qui est financé par l’ambassade du Canada au Mali, à travers le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL) à une hauteur de plus de sept millions de FCFA.
La cérémonie de lancement a regroupé autour du ministre de la Réconciliation, Zahabi Ould Sidi Mohamed, Mme DEMBELE Oulématou SOW, présidente de la FENACOF-Mali, le représentant de l’ambassade du Canada, les représentants du ministre en charge des Femmes et du maire de la CIII.
Selon la présidente de la FENACOF-Mali, depuis l’occupation des régions du Nord, les femmes et les jeunes ont été les plus touchés et ont payé les frais.
Aussi, a-t-elle précisé, les femmes sont les principales victimes des abus, liés à cette crise, qui ont comme nom: viols, mariages forcés, enlèvement à des fins d’esclavage physique et sexuel, etc.
Pour jouer son rôle de défenseur des droits de femmes, la FENACOF-Mali entend s’impliquer dans le processus de dialogue inter-malien en cours à Alger.
Au regard de leurs souffrances, dues à l’insuffisance des services sociaux de base et le manque d’activités génératrices de revenus, les femmes ont été affectées. Et pourtant, ces faits devraient permettre, jusqu’au bout, l’implication majeure des femmes dans ce processus de réconciliation.
Pour Mme DEMBELE Oulématou SOW, ce projet de la FENACOF-Mali, a pour but de sensibiliser les femmes sur leurs droits dans la gestion des crises.
Par ailleurs, elle est convaincue que ce projet va contribuer au renforcement de la participation des femmes au processus de réconciliation nationale.
De son côté, la représentante du ministre de la Promotion de la Femme, Mme Sira KEITA, a interpellé les femmes à être plus que jamais solidaire afin de mobiliser leurs efforts au service de la réconciliation nationale, gage d’un développement harmonieux et durable.
De la représentante du maire en passant par celui de l’ambassade du Canada, tous ont réitéré leur engagement à soutenir cette initiative, qui selon eux, peut aider les acteurs du dialogue à instaurer définitivement la paix et réconcilier les Maliens entre eux.
Quant au ministre de la Réconciliation, Zahabi Ould Sidi Mohamed, lui, a suscité davantage de l’espoir dans le cœur des femmes en leur promettant de parvenir à la paix bientôt dans notre pays. En plus de cette note d’espoir, il a formulé une requête auprès des partenaires techniques et financiers visant à étendre cette initiative à tout le Mali.
Par ailleurs, ledit projet concerne trois communes du District de Bamako à savoir: les communes IV, V, et VI et réunira 20 femmes dans chaque commune et celles des zones touchées pour leur participation à la formation.
Le coût du projet est de plus de sept millions de FCFA pour une durée de 3 mois.
En tout cas, ce qui est sûr, la paix ne peut être obtenue que si les femmes sont associées à ces processus. Et leurs opinions doivent être prises en considération à tous les niveaux.
Par Salimata DIOUARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *