Réduction des risques de catastrophe en Afrique: la délégation Malienne harmonise sa position

7

Dans le cadre de sa participation à la 6è réunion de la Plateforme régionale africaine et la 5è réunion de haut niveau sur la réduction des risques de catastrophe (RRC), qui se tiendront à l’île Maurice, du 22 au 25 novembre prochain, la délégation malienne a organisé un atelier préparatoire. C’était le lundi dernier, à la direction générale de la Protection civile.

Organisé par la direction générale de la Protection civile du Mali, en collaboration avec l’Alliance Partners for Résilience, les travaux de cet atelier préparatoire ont regroupé les représentants des structures techniques de l’Etat, l’Agence pour le développement durable (AEDD) ; l’Agence nationale de la météorologie ; le Commissariat à la Sécurité alimentaire (CSA) ; le PNUD; le TINICEF ; OCHA; Catholic Relief Service, et autres organisations de la société civile malienne.
L’ouverture des travaux était présidée par le directeur générale de la Protection civile, Seydou DOUMBIA, en présence du Coordinateur national de l’Alliance pour la Résilience, Karounga KEÏTA.
L’événement sera organisé par le gouvernement de l’île Maurice, en collaboration avec la Commission de l’Union africaine (CUA), le Secrétariat de la communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR).
La Plateforme régionale africaine est un forum bisannuel qui réunit les Etats membres africains, les organisations intergouvernementales, les partenaires au développement et les parties prenantes pour examiner les progrès réalisés dans la mise en œuvre des Cadres de réduction des risques de catastrophes au niveau continental et mondial.
La Plateforme permet aussit le partage des bonnes pratiques et des leçons apprises en vue de renforcer la coordination, la sensibilisation et la mobilisation des engagements à la réduction des risques de catastrophe à travers l’Afrique.
La Plateforme régionale pour l’Afrique a eu à organiser à présent 5 sessions.
Quant à la 6e Plateforme régionale africaine, elle aura à examinera les progrès accomplis dans la domestication et la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 en Afrique.
Plateforme sera également l’occasion pour les nombreuses parties prenantes de discuter et de se mettre d’accord sur les actions de suivi afin d’accélérer la mise en œuvre des mesures de réduction de risque de catastrophe dans le continent.
La réunion de haut niveau a eu à organiser 4 sessions.
La 5e Réunion de haut niveau des ministres africains en charge de la réduction des risques de catastrophe trouvera un accord et adoptera la Plateforme régionale et le Groupe de travail africain par le biais d’une déclaration qui sera ensuite soumise au Sommet des Chefs d’Etat de l’Union africaine et à la Plateforme mondiale 2017.
Au cours du présent atelier préparatoire, il s’agissait pour la délégation malienne de procéder à une évaluation rapide de la mise en œuvre du cadre de Sendai et à la collecte des outils de communication sur la réduction des risques de catastrophe au Mali.
Aussi, a-t-il permis de déterminer le niveau de mise en œuvre des priorités du cadre de Sandai au Mali ; d’examiner les progrès réalisés dans la mise en œuvre des cadres de réduction des risques de catastrophes au niveau du Mali ; de collecter les bonnes pratiques et les leçons apprises en vue de renforcer la coordination, la sensibilisation et la mobilisation des engagements à la réduction des risques de catastrophe ; de collecter les outils de communication qui illustrent les actions de RRC au Mali.
A l’ouverture des travaux, le coordinateur national de l’Alliance pour la Résilience, Karounga KEÏTA, a souligné que son organisation travaille pour construire et renforcer la résilience des communautés en intégrant la réduction des risques de désastres (RRD), la gestion et restauration des écosystèmes (GRE) et l’adaptation aux changements climatiques (ACC) en référée comme la gestion intégrée des risques.
L’alliance est constituée de Wetlands International, de Care International, de la Croix Rouge Malienne, de la Croix Rouge Nerlandaise, de la Croix Rouge Centre du Climat avec l’appui financier du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *