Search
dimanche 19 novembre 2017
  • :
  • :

Réhabilitation du marché rose: le gouvernement met la CCIM dans son rôle

Par une lettre, en date du 20 novembre dernier, le Premier ministre confiait officiellement la conduite des travaux de réhabilitation du Marché Rose à la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM) dont c’est d’ailleurs l’une de ses missions.

Le président de l’institution consulaire, Mamadou KONATE, a invité hier, à son siège, les représentants du collectif des marchés pour leur donner la primeur de l’information, à charge à eux de la répercuter au niveau des usagers des marchés.

  1. KONATE a rappelé l’engagement du Gouvernement à reconstruire les marchés après les différents incendies. Des délais avaient même été avancés et face au non-respect desquels les commerçants ont manifesté leur impatience.

Désormais, a-t-il fait savoir, le Gouvernement a décidé de confier la réhabilitation du marché à la Chambre de commerce et d’industrie du Mali. Il incombera donc à l’institution de prendre en charge les aspects architecturaux, de financement. Pour autant, a souligné M. KONATE, le Gouvernement apportera sa contribution pour la réussite du projet.

Le président de la CCIM a annoncé que dès le mois de décembre prochain, les premières actions seront menées, notamment pour la structure et la stratégie de mise en œuvre du projet de réhabilitation. Dans la même veine, il a fait savoir que la structure faitière des commerçants sera pleinement impliquée à tous les niveaux du processus pour éviter les écueils du passé, comme la construction d’équipements qui ne correspondent à aucune norme souhaitée par les bénéficiaires.

Il considère que le transfert de cette mission à la CCIM est un immense honneur qui lui est fait ; mais également, une reconnaissance de son rôle. M. KONATE a salué le rôle du ministre du Commerce, sous l’égide duquel il opèrera, lequel a été sensible aux appels pressants des commerçants. Pour lui, la balle est à présent dans le camp de la CCIM pour la réalisation d’équipements marchands dignes de ce nom intégrant les préoccupations d’espace, de fluidité, de sécurité. Pour une si grande marque de confiance, il a pris l’engagement que le défi sera relevé avec l’accompagnement de l’ensemble des commerçants.

En répondant aux principales préoccupations des intervenants, le président de la CCIM s’est montré rassurant. La décision du Premier ministre, par son caractère officiel, est ce qu’il y a de plus sérieux. Il ne s’agit pas de mettre de la poudre aux yeux des commerçants éprouvés par plusieurs mois d’attente.

Quant à la diligence du projet, M. KONATE n’a pas fait dans la langue de bois : certes le maximum sera fait pour que le projet ne traine pas en longueur ; mais, a-t-il prévenu, en raison de ses exigences, il ne peut être bâclé. Donc, il sera réalisé dans les délais raisonnables.

Les représentants des commerçants, de façon unanime, ont salué la décision du Gouvernement de transférer la réhabilitation du marché à la CCIM. Ce d’autant plus que la décision gouvernementale met la Chambre dans son rôle. L’accent a été mis sur la diligence des travaux, l’équité dans la répartition des magasins une fois les travaux terminés. Les commerçants ont demandé une implication dans la conduite du processus pour la prise en charge de leurs préoccupations : des espaces moins exigus, prendre en compte ceux qui étaient installés aux alentours du Marché Rose installer en premier lieu, les commerçants avant de mettre des magasins à la disposition de responsables publics à des fins spéculatives…

Les commerçants sont convaincus, qu’en confiant une telle mission à la CCIM, représente un immense défi pour lequel il faut se donner la main pour être à hauteur de confiance.

Par Bertin DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *