Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Renforcement de la lutte contre la polio au Mali: introduction du vaccin injection dans na routine

Le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, à travers la direction nationale de la Santé (DNS), a organisé, le samedi dernier, dans ses locaux, une conférence de presse, focalisée sur l’introduction du Vaccin polio injectable (VPI) dans la vaccination de routine (centre de santé) au Mali. « Le VPI renforce l’immunité dans le sang, tandis que le VPO renforce l’immunité dans le tube digestif ».

Les principales conférencières étaient : le Dr DIALLO Fanta SIBY, chef de la section immunisation à la DNS et Mme TRAORE Mariam SIDIBE du Centre national d’information et communication en santé (CNIECS).
Selon les conférencières, l’Initiative mondiale d’éradication de la poliomyélite a été prise par l’Assemblée mondiale de la santé lors de sa 41e session en mai 1988. En mai 2012, elle a fait de l’achèvement de l’éradication de la poliomyélite une urgence programmatique pour la santé publique mondiale, et en 2013, elle a adopté un nouveau Plan stratégique pour l’éradication de la poliomyélite et fixé la phase finale en 2018. C’est dans le cadre de ce plan, qui vise à libérer durablement le monde de la poliomyélite, soutiennent-elles, que le Vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) devra à terme, être abandonné partout dans le monde, afin d’être remplacé par le VPI, pour avoir montré ses limites.
Pour ce faire, ont précisé les conférencières, la démarche arrêtée prévoit trois étapes :
D’ici à la fin 2015, introduire une dose de VPI dans tous les programmes de vaccination de routine ; en avril 2016, abandonner le VPO trivalent au profit du VPO bivalent pour la vaccination de routine et les campagnes de lutte contre la poliomyélite ; à l’horizon 2020, prévoir l’abandon de tous les VPO.
Pour le Dr DIALLO Fanta SIBY, les stratégies pour parvenir à ce but sont le renforcement de la couverture vaccinale de routine contre la poliomyélite chez les enfants de moins d’un an (au moins 95 % en VPO3 ; la surveillance des paralysies flasques aiguës (PFA) chez les enfants e moins de 15 ans ; l’organisation des JNV de qualité contre la polio chez les enfants de moins de 5 ans ; et l’organisation des journées de ratissage dans les zones ayant enregistré un cas de poliomyélite confirmé au laboratoire.
Selon les conférencières, administrer le VPI et le VPO ensemble n’entraine pas une surdose, au contraire, cela va permettre d’assurer une meilleure protection contre la poliomyélite.
Il ressort de la situation épidémiologique de la poliomyélite, dans le monde, que de 1988 à 2008, le nombre de cas de polios a chuté de 350 000 cas à 1 500 cas de polio virus sauvage (PVS).
De 2009 à 2015, le nombre de cas a passé de 1352 à 74 cas, soit une réduction de plus de 99 %. Le nombre de pays endémiques a drastiquement diminué de 125 pays en 1988 à 2 pays en 2016 (Afghanistan et Pakistan avec moins de 10 cas pour les 2 pays en mars 2016).
Au Mali, ont-elles fait savoir, le dernier cas de poliovirus autochtone (indigène) a été notifié en décembre 1999 à Ségou et le pays a été certifié indemne de polio virus sauvage le 22 octobre 2008. Mais depuis, le Mali a enregistré 14 cas importés contre lesquels d’intenses campagnes de vaccination ont été menées.
Tous en saluant les énormes efforts consentis par les autorités maliennes et ses partenaires dans les campagnes de vaccination qui lutte contre 11 maladies en 5 passages, gratuitement, sauf l’acquisition d’un carnet de vaccination à 200 FCFA.
Concernant, le VPI en phase d’introduction dans les vaccinations de routine, Dr DIALLO Fanta SIBY a rassuré quant à la disponibilité, la gratuité et la sécurité du VPI à travers l’ensemble du territoire national.
Aussi, ont-elles précisé, le VPI, qui est identique au VPO, quant à leur composition, sera utilisé en cas de vaccination de routines (dans les centres de santé). Ainsi, les injections sont faites par des professionnels.
Notons que la poliomyélite est une maladie infectieuse très contagieuse, invalidante, voire mortelle. La vaccination est le moyen le plus efface pour protéger les enfants contre la polio. Il y a deux types de vaccin contre la poliomyélite : le vaccin polio oral (VPO) et le vaccin polio injectable (VPI).
Le VPL, qui est administré à la face latérale de la cuisse gauche de l’enfant à l’âge de 3 mois et demi (14e semaine) et en même temps que les vaccins (penta3, pneumo3, Rota3 et VPO3), renforce la protection donnée par les doses précédentes du VPO à l’enfant et également met la communauté à l’abri de la maladie.
Administrer plusieurs vaccins à un enfant pendant une seule séance permet de mieux le protéger contre plusieurs maladies en même temps.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *